Retraite : vos finances repensées

Travailler pour compenser

En raison de la pénurie de main-d’œuvre et du faible taux de chômage, les travailleurs d’expérience ont l’embarras du choix pour se trouver un emploi. Pour certains, il s’agit d’une occasion de s’accomplir et de socialiser. Mais pour d’autres, continuer de gagner sa vie peut s’avérer une nécessité.

Publié dans :
De notre partenaire

Croire que les retraités qui retournent sur le marché du travail verront leurs revenus engloutis par l’impôt est un mythe, affirme d’emblée Vincent Morin, fondateur du blogue retraite101.com et collaborateur à la plateforme d’éducation financière Educfinance.

Puisque le taux d’imposition est progressif et qu’il existe des crédits accessibles aux retraités, l’impact est beaucoup plus faible qu’on pourrait le penser. « On va payer des impôts, on va avoir des cotisations sociales, mais si on travaille et qu’on a des revenus, notre situation s’améliore. On ne peut pas gagner moins à travailler », explique-t-il.

Les premiers 5000 $ gagnés sont exemptés d’imposition, et jusqu’à 10 000 $, seule la moitié du montant sera imposée. Le crédit d’impôt pour prolongation de carrière permet d’obtenir un crédit maximal de 1500 $ entre 60 et 65 ans et de 1650 $ au-delà de 65 ans.

Ces mesures sont en place pour aider les retraités à faible revenu qui voudraient avoir un revenu d’appoint. Ceux qui sont déjà dans une bonne situation n’ont pas à se soucier davantage de l’impôt que pendant leurs années actives.

« Pour ceux qui sont dans l’entre-deux, souligne Vincent Morin, ça pourrait être intéressant de continuer à travailler afin de récolter assez d’argent pour couvrir ses dépenses et reporter ses rentes. »

Patience pour les rentes

Vous comptez demander vos prestations du Régime de rentes du Québec (RRQ) et la pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV) dès que possible? Sauf si vous en avez absolument besoin pour vivre, c’est une mauvaise idée.

Assurez-vous plutôt de bien déterminer l’âge qui permet d’obtenir un montant bonifié qui, contrairement aux placements détenus personnellement, offrira une rente indexée, ce qui a le potentiel de mieux vous protéger de l’inflation.

« En touchant ces rentes à 70 ans plutôt qu’à 65, on peut les bonifier de 0,7 % par mois. On aura donc 42 % de plus », calcule Vincent Morin. Et ce, sans avoir eu à décaisser des placements.

Le logiciel d’imposition de Revenu Québec et les outils de calcul en ligne SimulR et SimulRetraite permettent de tester différents scénarios. « Mais comme on entre soi-même ses données, on peut en oublier, prévient Vincent Morin. C’est toujours mieux de consulter un professionnel. »

Vous avez envie ou besoin de travailler quelques années de plus? Il existe des sites spécialisés pour aider les retraités à trouver un emploi, comme celui de l’agence KIGI et emploiretraite.ca. La plupart des sites comme Jobboom et Indeed permettent aussi d’afficher des postes destinés aux retraités.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.