Trois formations pour aider les autres

On dit souvent qu’aider les autres est une vocation. Au-delà de cet appel intérieur qui nous pousse à tendre la main à nos semblables, une formation solide permet d’en faire un vrai métier. Voici trois formations pour ceux et celles qui rêvent d’une carrière où ils pourront apporter concrètement leur aide. 

1. Techniques d’intervention en délinquance

Cette formation collégiale permet d’acquérir les outils nécessaires pour intervenir auprès de jeunes et d’adultes délinquants, ainsi que de victimes d’actes criminels. Les cours portent sur le profil, le milieu social et les réalités de la clientèle, et sur des facteurs tels que la consommation de drogue et les enjeux de santé mentale.

L’étudiant y apprendra à interagir avec des personnes délinquantes et à intervenir auprès de ces dernières. Il recevra aussi une formation sur les aspects légaux, les notions de sécurité et l’évaluation des risques, en plus d’apprendre comment aider ces personnes à changer leurs comportements et à se réadapter.

Offert dans huit établissements au Québec, le diplôme d’études collégiales comprend 2520 heures de formation. Avec un taux de placement de 98,5 %, selon le site Pygma, ce diplôme ouvre la porte à des emplois dans les centres jeunesse, les services correctionnels, les centres de réhabilitation, les organismes communautaires et les maisons des jeunes, entre autres.

2. Certificat en victimologie

La violence et les crimes se retrouvent malheureusement partout, et les victimes sont nombreuses. Pour vraiment aider et accompagner ces dernières, il faut d’abord les comprendre, puis connaître les ressources et les outils dont elles disposent. Le certificat en victimologie étudie ce qui se passe chez la victime après un crime et les façons de l’aider.

Offerte à l’Université de Montréal et à l’Université Laval, cette formation de 30 crédits est proposée à ceux et celles qui souhaitent travailler dans les milieux de la santé et des services sociaux, de la justice et des organismes communautaires. Elle permet notamment de mieux comprendre les dynamiques de la violence conjugale et l’état de stress post-traumatique.

La formation s’avère également pertinente dans le cas d’un baccalauréat multidisciplinaire comprenant d’autres certificats connexes, par exemple en criminologie, et pour les diplômés de techniques collégiales orientées vers l’intervention sociale.

3. Certificat en action ou intervention communautaire

Que l’on souhaite travailler avec les jeunes, les familles, les nouveaux arrivants ou les personnes âgées, l’intervention communautaire ouvre un vaste champ de possibilités d’emplois dans le secteur des services sociaux, dans le milieu de la santé et au sein d’organismes communautaires aux missions variées.

On pourra donc orienter sa carrière en fonction de ses intérêts et de ses aptitudes. Selon les postes occupés, les intervenants peuvent agir directement auprès de la clientèle, en étant par exemple travailleurs de rue, alors que d’autres se consacreront plutôt à de la coordination au sein d’un organisme.

Le certificat en action communautaire et le certificat en intervention communautaire, offerts respectivement par l’Université de Montréal et l’Université du Québec à Chicoutimi, sont un excellent point de départ pour les personnes qui désirent entreprendre une carrière dans le milieu, et une occasion de se perfectionner pour celles qui y œuvrent déjà.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.