Climat : la dernière chance

Un groupe d’organisations québécoises, le G15, s’est mobilisé pour proposer au gouvernement des mesures de relance verte en appui à une transition juste. Car nous sommes à un point tournant, explique notre collaborateur.

Photo : L'actualité

L’auteur est directeur général pour le Québec et l’Atlantique de la Fondation David-Suzuki.

La pandémie a coupé le souffle d’un mouvement que rien ne semblait plus arrêter il y a six mois à peine, après que nous ayons été un demi-million dans les rues de Montréal, et des dizaines de milliers de personnes partout au Québec, pour demander à nos gouvernements de répondre à l’urgence climatique. L’idée même d’une foule monstre rassemblée sous le soleil de l’été indien semble aujourd’hui appartenir à une autre époque. C’était il y six mois, il y a un siècle, une éternité.

Alors que la pandémie fait rage et que le mouvement écologiste est confiné, l’industrie pétrolière, qui fait face à un baril à prix négatif, utilise la crise pour obtenir des concessions qui vont bien au-delà de l’aide d’urgence, au Canada comme aux États-Unis. Tout est sur la table, suspension des réglementations environnementales, de la tarification du carbone et des règles de transparence sur le lobbying, injection de milliards en fonds publics, exemptions fiscales. Ce n’est pas sans rappeler ce que Naomi Klein (auteure du livre No Logo : la tyrannie des marques) a appelé la stratégie du choc : utiliser une crise, alors que la population vit dans la peur et la précarité, pour faire valoir les grands intérêts financiers et économiques au détriment du bien commun.

Malgré la pandémie, notre budget carbone continue de s’épuiser à grande vitesse. En octobre 2018, le GIEC nous donnait jusqu’à 2030 pour réduire les émissions mondiales de 45 % par rapport à leur niveau de 2010. Selon les dernières évaluations du très crédible site web Carbon Brief, du Royaume-Uni, la COVID-19 va causer une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 5,5 % par rapport à 2019, soit la plus importante baisse de l’Histoire.

Cependant, pour atteindre les objectifs fixés par la science, nous devrions réduire les émissions d’une fourchette de 6 % à 7 %, chaque année, d’ici 2030. Et tout indique que les émissions rebondiront dès que l’économie reprendra de la vigueur. Voici un constat qui montre la position critique dans laquelle l’humanité se trouve alors qu’elle fait face à sa pire crise sanitaire en 100 ans.

L’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) calcule que l’atteinte de nos objectifs climatiques exigera des investissements de 110 000 milliards de dollars d’ici 2050. L’Agence internationale de l’énergie estime quant à elle que la transition énergétique génèrera des gains économiques nets de plus de 100 000 milliards de dollars d’ici 2050, créant plus de 28 millions d’emplois dans le monde.

Pour que de tels investissements se concrétisent, les pays de l’ensemble de la planète doivent poser des gestes décisifs pour orienter l’économie et transformer nos modèles énergétiques. C’est pourquoi, bien avant la pandémie, les scientifiques, les experts du secteur énergétique et les militants écologistes réclamaient une mobilisation économique comparable à celle de la Deuxième Guerre mondiale alors que l’ensemble de l’appareil industriel avait été mis à contribution dans l’effort de guerre. D’autres réclamaient un nouveau plan Marshall mis en œuvre pour la reconstruction de l’Europe d’après-guerre, ou un programme Apollo, qui a envoyé des hommes sur la lune et représenté jusqu’à 4 % du PIB américain dans les années 1960.

Mais la proposition qui a le plus capté l’imaginaire du mouvement est celle du New Deal vert, lancée par le Sunrise Movement aux États-Unis et portée notamment par la représentante démocrate de Queens Alexandria Ocasio-Cortez. Cette proposition réfère au New Deal adopté par le président Roosevelt pour sortir les États-Unis de la dépression des années 1930. Elle consiste en des investissements massifs dans une transition juste et une transformation de notre modèle économique.

L’idée d’un New Deal vert qui a émergé en 2018 apparaît aujourd’hui visionnaire alors que les pays du monde entier déploient des plans d’urgence d’une ampleur inédite depuis la Deuxième Guerre mondiale et la grande dépression. Au Canada, on estime que l’effort de relance représentera plus de 13 % du PIB, et il pourrait atteindre 20 % du PIB aux États-Unis. On parle aujourd’hui ouvertement de l’instauration d’un revenu minimum garanti, d’une démondialisation, d’une plus grande autonomie économique et alimentaire.

En somme, les investissements massifs qui semblaient inconcevables il y a à peine six mois se matérialisent en ce moment à grande vitesse et sans débat public. Les plans de relance en préparation sont le plus grand levier de transformation en trois générations, et notre dernière chance d’atteindre les objectifs fixés par le GIEC et l’accord de Paris. Une fois cette vague d’investissement passée, les États n’auront plus les moyens d’intervenir de manière décisive pour une décennie ou plus, et il sera alors trop tard.

Notre dernière chance se joue donc maintenant. L’avenir du climat sera décidé dans les prochains mois dans un contexte de crise, alors que le mouvement pour le climat est confiné et que les débats démocratiques sont inexistants. C’est pourquoi un groupe d’organisations québécoises, le G15, s’est mobilisé pour tendre la main au gouvernement du Québec et proposer des mesures de relance verte en appui à une transition juste. Des appels similaires ont été faits par d’autres organisations au niveau fédéral.

Nous sommes à un point tournant de l’Histoire. En marchant avec les jeunes en septembre, nous avons signé un pacte, et ce pacte tient toujours malgré la pandémie, malgré les morts, l’isolement et la souffrance. Un New Deal vert est non seulement possible, mais il est désormais nécessaire. Il est temps de relever la tête et de l’exiger. Nous n’avons plus rien à perdre parce que le statu quo nous amène directement au précipice. Pour paraphraser Roosevelt, désormais : « La seule chose que nous devons craindre est la peur elle-même. » C’est notre dernière chance, ne la laissons pas nous échapper.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

Vous avez des questions sur la COVID-19 ? Consultez ce site Web du gouvernement du Québec consacré au coronavirus.

Vous avez des symptômes associés à la maladie ? Appelez au 1 877 644-4545 ou consultez un professionnel de la santé.

Les commentaires sont fermés.

Si nous nous efforçons de regarder la réalité froidement, nous ne pouvons que constater que tout le monde parle de toutes sortes de choses, voit un avant et puis un après, si ce n’est que toutes ces réactions relèvent de l’état de choc dans lequel nous vivons tous à divers degrés actuellement.

On ne peut pas tout changer dans le désordre et dans la précipitation. L’analogie avec le « New Deal » tient à peine la route, car c’était un programme américain pour les américains et ce programme n’a pas empêché la « Grande Dépression » pas plus qu’il n’a pu empêcher la déclaration de la Seconde Guerre mondiale.

Or, nous sommes présentement au bord du gouffre. Pire même, certains économistes estiment que le « New Deal » a contribué à faire durer la déprime économique.

Actuellement nous nous acheminons vers des déficits publics record, un endettement accru des ménages et des entreprises et toutes sortes de drames humains. Plus encore, les nouvelles règles de distanciations favorisent les transports individuels et non les transports en commun publics.

Loin de moi l’idée de revenir sur la nécessité de procéder à une transition verte. La question reste encore de savoir quoi faire et sur ce point je ne suis toujours pas renseigné. Des idées concrètes ?

Sans vouloir considérer le scénario le plus infect, je doute que les objectifs fixés par le GIEC lors de l’accord de Paris ratifié le 12 décembre 2015, soient atteints de sitôt. Par conséquent, nous devrions établir les priorités pays par pays et agir de manière à atteindre ces objectifs intermédiaires rapidement. C’est dans ce cadre concret qu’il sera parfaitement possible d’envisager les coûts, le financement et la manière de financer.

Il vaut mieux accomplir la moitié du chemin réellement que de ne parvenir à aucun objectif d’ici 10 ans, puis 30 ans. De plus, la réussite sur des objectifs réalistes et intermédiaires produira un effet d’entrainement, de telle sorte que des objectifs intermédiaires puissent être devancés.

Il est temps de remettre l’écologie dans la vie quotidienne pour ainsi décharger les instances climatiques qui ne peuvent porter indéfiniment un message qui ne prend : ni dans les États, ni dans les monopoles économiques, ni dans bien des chaumières près de chez nous.

Il faut donc décentraliser l’action.

D’accord, quand est-ce que vous et vos amis allez protester en Chine? Ils sont le plus grand pollueur de la planète.
Croyez-vous vraiment que nous allons disparaître dans 10 ans, comme ce que disait votre prédicateur gourou AOC?

On s’entend pour dire qu’il est impensable présentement de pouvoir influencer la Chine. Moi j’ai plutôt tendance à m’adresser aux environnementalistes d’ici en leur demandant de montrer l’exemple. Certaines de mes connaissances militent activement (même très activement), ce qui ne les empêche pas de posséder deux voitures, deux résidences (principale et secondaire) et de se taper des voyages (avant Covid bien sûr). Pas crédible pantoute. Ces messagers demandent au moins biens nantis de poser des gestes concrets alors qu’eux…

La plus grande pandémie actuellement c’est nous. Si nous ramenions la terre à l’échelle d’un humain, nous ne sommes que des organismes microscopiques qui ont réussis à se développer sans limites, qui utilisent les fonctions naturelles de la Terre pour les transformer au bénéfice de notre propre croissance. C’est exactement ce que fait le virus actuel, il entre dans la cellule pour en modifier le fonctionnement afin qu’elle produise de nouveaux virus. On trouve ça effrayant et on fait tout pour éliminer la menace, à juste titre. Si l’intelligence humaine pouvait être l’illustration d’une faculté supérieure, ce serait certainement en ne répétant pas le fonctionnement d’un virus, c’est-à-dire, se développer jusqu’à tuer l’organisme qui lui permet de le faire vivre.

Habituellement, lorsqu’on présente les choses sous cet angle, ça soulève des réactions outrées d’associer l’humain à une si méchante petite chose. Pourtant, comme nous, elle est programmée pour vivre et se développer, croître. Alors, qu’on me démontre qu’on est si différent, je n’espère que ça.