Le paradoxe des tourbières

Puisqu’un climat plus chaud stimule l’expansion des tourbières et leur capacité à stocker du CO2, celles-ci pourraient aider à ralentir le réchauffement du climat.

L’état des tourbières gelées au sein du pergélisol de l’Arctique tient les scientifiques en haleine. À l’heure où le Grand Nord se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde, le potentiel dégel de ces vastes milieux humides où s’accumulent des végétaux en décomposition risque de libérer une quantité colossale de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère, ce qui accélérera d’autant le réchauffement planétaire. En outre, plus de 1 000 tourbières enfouies sous des champs, forêts et lacs partout dans le monde pourraient également émettre des gaz à effet de serre (GES) si elles étaient mises à nues par des feux ou des inondations, par exemple.

Ça, c’était la mauvaise nouvelle. Voici maintenant la bonne : « Alors qu’elles recouvrent seulement 3 % de la surface du globe, les tourbières qui ne sont ni gelées ni enfouies stockent environ un tiers de tout le carbone actuellement emmagasiné dans le sol », précise Julie Talbot, professeure agrégée de géographie à l’Université de Montréal.

Et puisqu’un climat plus chaud stimule l’expansion des tourbières et leur capacité à stocker du CO2, celles-ci pourraient aider à ralentir le réchauffement du climat. « Nous ignorons cependant si les tourbières arctiques qui dégèleront rejetteront plus de GES que pourront en capter les tourbières en surface. C’est la grande question ! » souligne la chercheuse. Les recherches se poursuivent donc. L’an dernier, une étude a avancé qu’il y aurait une augmentation de la rétention du carbone dans les tourbières jusqu’en 2100, mais il faut plus de modélisations de ce type pour arriver à des prévisions fiables. En attendant, croisons-nous les doigts !

Une présentation de unpointcinq, média de l’action climatique au Québec

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

Commentaires
Laisser un commentaire