Loin du but

L’objectif du Québec en matière de gaz à effet de serre est encore loin d’être atteint.

Koushik Pal / Unsplash

Les émissions de gaz à effet de serre enregistrées au Québec ont baissé de 6 % de 1990 à 2018, révèle le plus récent inventaire, publié en décembre 2020 par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

C’est encore loin de l’objectif que s’est donné le gouvernement Legault dans son Plan pour une économie verte 2030, où il s’engage, d’ici cette année-là, à réduire les émissions de GES de 37,5 % par rapport au niveau de 1990. Pour tenter ce tour de force, il affectera quelque 6,7 milliards de dollars à la transition énergétique d’ici 2026.

Près de 75 % de cette somme sera investie dans des mesures d’atténuation des changements climatiques, notamment la décarbonisation des industries, de l’agriculture et des bâtiments, ainsi que l’électrification du transport des personnes et des marchandises, ce dernier étant responsable de 35,6 % des GES émis au Québec en 2018. 

L’État soutiendra aussi des secteurs industriels stratégiques pour la transition énergétique (hydroélectricité, gaz naturel renouvelable, bioénergies, etc.) et renforcera la résilience du territoire face aux aléas climatiques par différentes actions (verdissement des villes, protection des milieux naturels, prévention des inondations, etc.). Rappelons que le gouvernement de la CAQ souhaite un Québec carboneutre en 2050.

***

Vive le nuage local

Vous conservez des documents, des photos ou de la musique dans le nuage informatique ? Un geste utile pour le climat est d’opter pour un service de stockage ayant ses centres de données au Québec. Grâce à l’utilisation de l’hydroélectricité, un centre de données québécois émet 95 % moins de GES qu’une installation située aux États-Unis ou au Royaume-Uni, et 50 % moins qu’un serveur en Suède, a calculé le Centre international de référence sur le cycle de vie des produits, procédés et services (CIRAIG). 

Pub énergivore

La publicité en ligne, en pleine croissance, est non seulement agaçante pour les internautes, mais également nuisible au climat. L’augmentation du volume de données en circulation et de la présence de témoins — les cookies qui enregistrent des informations relatives à votre navigation — accroît le temps de connexion et donc la consommation d’énergie, a démontré une étude publiée en 2018 par des chercheurs américains, espagnols et finlandais. Ces derniers ont estimé que l’empreinte carbone de la publicité sur le Web en 2016 était d’environ 60 millions de tonnes d’équivalent CO2, soit deux fois les émissions annuelles du transport routier au Québec. Le quart de ces émissions de GES seraient d’ailleurs dues aux annonces et aux courriels frauduleux ! Une réduction de la publicité en ligne permettrait aux technologies numériques de produire moins de carbone, celles-ci engendrant 4 % des émissions mondiales de GES, soit plus que l’aviation civile, selon une étude du groupe de réflexion français The Shift Project dévoilée en 2019.

Une présentation de unpointcinq, média de l’action climatique au Québec.

Laisser un commentaire

Gaz naturel renouvelable? ouf

Ça c’est du verbiage tout craché d’ÉNERGIR (cache-sexe de Gaz Métro).

traduction en français, fiasco économique et environnemental

https://www.lapresse.ca/debats/opinions/2020-02-12/gaz-naturel-renouvelable-fiasco-economique-a-l-horizon

« L’État soutiendra aussi des secteurs industriels stratégiques pour la transition énergétique (hydroélectricité, gaz naturel renouvelable, bioénergies, etc.) »

Comment est-ce que UN.CINQ peut même suggérer l’idée d’industries stratégiques, sans parler du solaire et éolien?
Tant qu’à y être pourquoi pas suggérer l’arnaque de l’Hydrogène, verte ou non ça vient du fossile d’abord?

On remarque encore une fois une référence à la CIRAIG,
spécialiste en opposition des solutions
comme cet ignoble exercice de stigmatisation du VE par le cycle de vie bourré de faussetés et d’extrapolations fictives à propos des VE qui ont toutes été déboulonnées scientifiquement.

Pensez-vous qu’on devrait prendre au sérieux ces nouvelles ‘études’ de pollution nuagique soulevées par CIRAIG, ça ressemble encore trop à un exercice de stigmatisation de solutions pour camoufler le vrai problème du fossile.

Oui ça nous fait une belle jambe de se dire qu’avec notre électricité propre on peut faire mieux que ceux qui utilisent de l’énergie sale,
mais encore une fois CIRAIG,
comme elle a réussi à formatter le cerveau des québécois indécis sur le VE,
met en lumière que les solutions pour diminuer la pollution fossile sont aussi polluantes, pour faire dire qu’après tout on est pas si pire avec nos VUS à pollution et les torchères de raffineries, au diable la mortalité précoce due à la pollution fossile (3 fois pire que le COVID),
la pollution des donateurs de CIRAIG comme TOTAL coûte seulement 120 MILLIARDS en santé au Canada!
https://www.nationalobserver.com/2021/03/25/news/air-pollutants-cost-canada-120-billion-year-health-canada-study

Donc attendons que ça nous pète en pleine face et surtout ne dérangeons pas les pollueurs.

Musique svp…Niquons la planète avec les Saltimbanques

Répondre

Une solution simple et peu couteuse pour aider à diminuer rapidement notre impact climatique: éliminer l’extraction du gaz naturel. Remplacer une fournaise au gaz par une fournaise électrique coûte bien moins cher que changer une voiture.
Il faudrait aussi éliminer le chauffage au bois, encore utilisé pas mal en région.

Tenez aussi compte que changer une voiture pour un autre, électrique, laisse quand même la vieille voiture à combustible en fonction pour plusieurs années. Si tous les nouveaux véhicules achetés étaient tous électriques, ça ne donnerait qu’une diminution de 1% des émissions de GES par an.

Finalement, pour favoriser la transition, il faudrait aussi augmenter, de façon très importante et graduelle, les taxes sur les carburants fossiles et sur le bois de chauffage. Sans augmentation des prix, la transition aux énergies vertes ne sera pas favorisée.

Répondre

@ M » Belley

La VE a atteint l’objectif de zéro-émission.

Je me demande bien d’où vous prenez votre 1%, avez-vous une référence?
…transport des personnes et des marchandises, ce dernier étant responsable de 35,6 % des GES émis au Québec en 2018… selon Annick Poitras

Le sujet est de savoir qu’arrive-t-il si on ne change pas vers la mobilité électrique,
alors chaque bagnole à pollution va continuer à donner en moyenne 4.6 Tonnes de GES par années, ce qui se traduit par des milliards de tonnes de GES et de pollution qui tue globalement juste par le tuyau d’échappement à la hauteur des poumons des enfants.

Et ça, sans parler des GES et de la destruction de la santé et de l’environnement à partir de l’extraction du fossile vers le réservoir de la bagnole à pollution.

Ne pas parler de cette pollution c’est comme de dédouaner les pollueurs qui remplissent les réservoirs et quand les réservoirs sont vides, qu’est-ce qu’on fait?
La guerre et on pille les ressources des autres en tuant des gens innocents.

Au Canada on tue par la pollution la bouche en coeur, 15,300 morts prématurées au Canada en 2016 et ça c’est ce qui est déclaré (voir mon lien dans mon commentaire plus haut pour les détails). Hey ça ne passe même pas aux nouvelles de RC, mais on continue de donner le prix du baril sans faute alors que c’est le kWh qui sera la mesure de l’économie du futur.

La VE a atteint l’objectif de zéro-émission,

ceux qui n’ont pas atteint le leur ce situe entre la mine et l’usine, c’est à eux qu’il faut demander de nettoyer leur industrie.

M. Belley
Je m’excuse d’avoir sauté sur le seul point négatif de votre commentaire pcq
je suis d’accord avec ce que vous dites sauf cette insinuation sur le VE.

Il y a tellement faussetés qui ont été dégoulinées sur le cycle de vie du VE (et ça inclus UN.CINQ aussi) par des journalistes qui de toute évidence ne font que répéter de l’information de seconde main et qui colportent la propagande de ceux qui ont tout intérêt à bloquer le progrès vers les énergies renouvelables et la mobilité électrique, comme les pétroleux.

Il est évident que ces journalistes ne sont pas propriétaires de VE et ils/elles se pavanent en experts pour donner des cours 101 sur le VE.