Finances personnelles

10 erreurs à éviter lorsqu’on remplit sa déclaration de revenus

L’exercice est long et fastidieux, ce qui ne veut pas dire qu’il faut le bâcler pour autant ! Voici 10 erreurs que l’on commet fréquemment quand vient le temps de «faire ses impôts» et les moyens de les éviter.

10 erreurs à éviter lorsqu’on remplit sa déclaration de revenus
Photo : iStockphoto

1) Ne pas indiquer la bonne adresse de résidence.

Cela semble plutôt élémentaire, mais c’est pourtant l’erreur la plus répandue chez les contribuables, assure Kareen Dionne, porte-parole régionale de l’Agence du revenu du Canada (ARC) !

« Si vous déménagez, avisez-nous de votre nouvelle adresse dès que possible. Autrement, vos remboursements pourraient être interrompus, que vous les receviez par dépôt direct ou par chèque », indique-t-elle.

De même, si le compte bancaire dans lequel sont déposés vos paiements change, assurez-vous de fournir les renseignements nécessaires à l’ARC et à Revenu Québec. « Et vérifiez que le paiement est bien déposé dans le nouveau compte avant de fermer l’ancien », rappelle Mme Dionne.

* * *
Pour faire un changement d’adresse :

Agence du revenu du Canada
Comment changer votre adresse

Revenu Québec
Changement d’adresse

 

2) Mal choisir la personne qui remplira ses déclarations de revenus.

Il peut être bien tentant de faire appel au beau-frère qui nous jure qu’il s’y connaît en impôts et qu’il remplira nos déclarations le temps de le dire. Mais avant de sauter sur la première proposition venue, il importe d’effectuer quelques petites vérifications.

Pour des questions de sécurité notamment, les autorités gouvernementales déconseillent de confier la production de ses déclarations de revenus à une personne dont on ne connaît pas l’expérience en la matière. « Prenez soin de choisir quelqu’un en qui vous avez pleinement confiance et vérifiez ses références, recommande l’Agence du revenu du Canada.

« Relisez toujours votre déclaration et approuvez-en le contenu avant de l’envoyer, puis faites un suivi pour vous assurer de bien recevoir votre avis de cotisation, puisqu’il contient vos renseignements financiers et personnels », poursuit l’ARC.

« Une déclaration remplie par un amateur peut même déclencher une vérification fiscale qui risque de traumatiser le contribuable pendant des années ! » souligne quant à lui le site spécialisé en services financiers Conseiller.ca.

Mais comment trouver une personne digne de confiance ? Le bouche à oreille peut s’avérer un bon moyen. En entrevue pour Conseiller.ca, Yves Chartrand, fiscaliste au Centre québécois de formation en fiscalité (CQFF), suggère de demander des recommandations de collègues ou de personnes qui pratiquent le même boulot que vous. L’avantage : vous augmenterez vos chances de dénicher un professionnel qualifié qui connaîtra bien les réalités du métier que vous exercez (et qui saura, par exemple, quelles dépenses spécifiques peuvent être admissibles à une déduction).

Si vous choisissez de remplir vos déclarations vous-même, prenez le temps de visiter au préalable les pages Web suivantes pour trouver toutes les instructions nécessaires à cette tâche : Tout sur votre déclaration de revenus, sur le site de l’Agence du revenu du Canada, et Documents relatifs à la déclaration de revenus TP-1, sur le site de Revenu Québec.

Le Centre québécois de formation en fiscalité offre aussi des séances de formation, de même que des outils virtuels de calcul utiles pour remplir ses déclarations de revenus.

 

3) Ne pas produire de déclarations parce qu’on n’a pas de revenu.

Même si vous êtes étudiant, sans emploi ou retraité, vous devez remplir vos déclarations. Vous pourriez bénéficier de crédits d’impôt qui généreront un remboursement. « Par exemple, vous pourriez avoir droit au crédit pour la TPS, enregistrer vos frais de scolarité afin de pouvoir les transférer à un parent ou à un conjoint, ou tout simplement les reporter à une année ultérieure », explique Kareen Dionne.

Les crédits pour la famille doivent également être déclarés. « La prestation fiscale canadienne pour enfants est calculée en fonction du revenu familial. Pour que le bon montant soit versé aux familles, il est important que les deux parents – ou celui ayant la garde de l’enfant dans le cas d’un couple séparé – produisent des déclarations de revenus et de prestations même s’il n’y a pas de revenu à déclarer », ajoute la porte-parole de l’organisme fédéral.

 

4) Dépasser de quelques jours la date limite d’envoi de ses déclarations de revenus… en se disant qu’elles finiront bien par se rendre de toute façon.

Si vous ne payez pas vos impôts fédéraux et provinciaux à temps, soit le 30 avril – ou si, à la suite d’une erreur commise dans votre déclaration, vous vous retrouvez avec un solde dû sur votre avis de cotisation -, vous vous exposez à des pénalités pour production tardive : 5 % du solde impayé de 2010 plus 1 % par mois complet de retard, jusqu’à concurrence de 12 mois.

Par exemple, le contribuable qui doit 2 000 $ en impôts pour l’année fiscale 2010 et qui produit sa déclaration le 5 mai devra payer une pénalité de 100 $.

« La pénalité peut être plus élevée si on vous en a déjà imputé une pour la production tardive d’une déclaration d’une des trois années précédentes », précise Kareen Dionne.

 

5) Ne pas conserver tous les documents et reçus pertinents sous prétexte qu’on a rempli ses déclarations par voie électronique.

Vous devez être en mesure de les fournir en tout temps, dans l’éventualité où les gouvernements fédéral ou provincial en feraient la demande.

« Il faut conserver vos anciennes déclarations de revenus – de même que toutes vos pièces justificatives – pendant six ans, et ce, même si vous n’avez pas à les joindre toutes à vos déclarations, avertit Kareen Dionne. Le fait de ne pas pouvoir fournir les pièces requises lorsqu’on vous les demande – pour apporter des modifications à votre déclaration, par exemple – peut entraîner un refus du crédit ou de la déduction que vous réclamez ou un retard dans le traitement de votre déclaration. »

Ainsi, il est recommandé de conserver, durant cette période, des copies des documents suivants :

– feuillets T4 (revenus d’emploi) ;
– frais médicaux ;
– cotisations à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ;
– pensions alimentaires ;
– dons de bienfaisance ;
– frais de garde d’enfants ;
– frais de déménagement.

 

6) Oublier de réclamer certains crédits d’impôt qui peuvent nous faire économiser.

Par exemple :

– le crédit d’impôt pour l’achat d’une première habitation (acquise après le 27 janvier 2009) ;
– le crédit d’impôt pour le transport en commun ;
– la déduction de frais liés aux outils des gens de métier (comme les mécaniciens) ;
– la réduction d’impôt si vous êtes travailleur autonome (par exemple, pour l’achat d’un ordinateur) ;
– les frais de déménagement (s’il vous rapproche d’au moins 40 kilomètres de votre nouveau lieu de travail) ;
– le crédit d’impôt pour la condition physique des enfants (inscription à des programmes continus d’activité physique) ;
– le crédit d’impôt pour la solidarité (qui regroupe le crédit pour la TVQ, le crédit pour un particulier habitant un village nordique et le remboursement d’impôt foncier) ;
– le crédit d’impôt pour les frais de garde d’enfants ;
– le crédit d’impôt pour le maintien à domicile d’une personne âgée.

* * *
Pour en savoir plus, voyez :

Agence du revenu du Canada
Cinq façons de bien vous préparer à produire votre déclaration de revenus 2010

Revenu Québec
Citoyens – Clientèle

 

7) Omettre de réclamer certains types de frais médicaux admissibles.

Il peut s’agir, par exemple, « de la part « employé » des primes d’assurance maladie, ou encore des frais de physiothérapie, d’acupuncture, de chiropratique, de lunettes ou de traitements au laser », expliquent Yves Chartrand et Richard Gagnon, du CQFF.

Attention toutefois : des professionnels comme les ostéopathes et les naturopathes ne sont reconnus qu’au Québec, ce qui veut dire que les frais versés à ces praticiens ne peuvent être réclamés au fédéral.

Par ailleurs, les montants payés pour des médicaments sont déductibles seulement s’ils sont prescrits par un médecin et enregistrés par un pharmacien.

* * *
Pour connaître la liste des frais médicaux admissibles ou non admissibles :

Agence du revenu du Canada
Frais médicaux

Revenu Québec
Impôt du Québec : frais médicaux

 

8) Ne pas envoyer ses déclarations de revenus à temps parce qu’il nous manque des feuillets ou des reçus.

Si vous ne pouvez pas obtenir votre feuillet T4 avant la date limite, alors utilisez vos talons de chèques de paie pour estimer le revenu que vous devez déclarer de même que les déductions et crédits que vous êtes en droit de demander, conseille l’ARC.

Autre moyen : si vous savez d’avance que vous ne recevrez pas un feuillet à temps pour produire vos déclarations, joignez à celles-ci une note indiquant le nom et l’adresse du payeur, le type de revenus dont il est question ainsi que les démarches que vous avez entreprises pour obtenir le document manquant.

 

9) Mal répartir ses cotisations REER des 60 premiers jours de l’année.

Pour certains contribuables, il peut s’avérer plus avantageux de déduire ses contributions à un régime enregistré d’épargne-retraite des mois de janvier et de février 2011 dans les déclarations de l’année d’imposition 2010 (plutôt que dans celles de 2011). Encore faut-il le savoir !

En effet, le calendrier annuel des REER a débuté officiellement le 2 mars 2010 et s’est terminé le 1er mars 2011. Ainsi, la loi prévoit que les cotisations des 60 premiers jours d’une année donnée peuvent être attribuées à l’année précédente.

« Les employés qui participent à un REER collectif au travail, par exemple, pourraient recevoir leur relevé de cotisation de février 2011 à la mi-mars, soit bien après la date limite de contribution déductible pour 2010, et penser que leur cotisation de février 2011 n’est pas admissible pour l’année d’imposition 2010 », note le site Conseiller.ca pour expliquer cette méconnaissance.

 

10) Produire une nouvelle déclaration de revenus pour demander un redressement.

Tant au fédéral qu’au provincial, il est possible de demander que des modifications soient apportées – pour ajouter des déductions oubliées, par exemple – à une déclaration correspondant à l’une des 10 années civiles qui précèdent celle où vous faites votre demande (dans le cas de l’année fiscale 2011, on peut donc remonter jusqu’en 2001).

Mais il faut modifier soi-même sa déclaration par Internet, ou bien envoyer par la poste un formulaire de redressement ainsi que toutes les pièces justificatives requises. Voyez les liens ci-dessous pour connaître la bonne façon de procéder.

* * *
Agence du revenu du Canada
Comment faire modifier votre déclaration

Revenu Québec
Demande de redressement d’une déclaration de revenus TP-1.R