Finances personnellesArt de vivre

5 clés pour respecter votre budget voyage

Ce sont les petits détails qui finissent par coûter cher en voyage. 

Photo: iStock
Photo: iStock

Un vol bon marché, un hôtel pas mal du tout pour le prix… Votre voyage ne vous coûtera pas trop cher, dites-vous à vos amis. Une fois à destination, par contre, c’est plus difficile de respecter le budget. Après tout, c’est les vacances, et on mérite bien de se payer de petits luxes. C’est vrai, mais attention tout de même de ne pas rapporter dans vos valises un gros solde à payer sur votre carte de crédit.

Tout comme le budget personnel, le budget voyage doit être réparti en différents postes budgétaires. Les trucs qui suivent vous aideront à garder le cap sans avoir à vous soucier de noter la moindre petite dépense en cours de route!

Informez-vous du taux de change… et des taxes

Un hôtel à 250 dollars la nuit à New York, ce n’est pas si mal à première vue. Assurez-vous cependant de vérifier si le prix comprend ou pas la taxe de séjour de 15 % qui prévaut dans cette ville. Et une fois le total converti en dollars canadiens, le prix de cette nuitée s’élève à 381 dollars (au taux en vigueur le 6 janvier). Ce n’est plus une si bonne affaire…

La taxe ne s’applique pas sur tout, mais le taux de change, lui, est toujours à considérer. Le sandwich qui vous coûte cinq livres en Angleterre vous revient à plus de huit dollars canadiens! À l’inverse, une dépense de 100 bahts en Thaïlande semble beaucoup, mais cela équivaut à moins de quatre dollars.

Faites le budget du jour

Après l’avion et l’hôtel, l’alimentation risque d’être votre plus grosse dépense. Pour des prévisions réalistes, informez-vous de ce qu’il en coûte en moyenne pour se nourrir dans le pays que vous visiterez. Si vous comptez fréquenter beaucoup les restos, augmentez le budget.

Généralement, je ne recommande pas de tenir un journal de vos dépenses, mais si vous vous rendez compte que vous dépassez trop votre budget, faites un bilan quotidien. Payer comptant — en ne traînant sur vous que la somme quotidienne prévue — devrait vous aider. Certains jours vous dépenserez plus, certains autres moins. L’idée n’est pas de lésiner sur tout en vacances, mais pas de faire de folies non plus.

Déterminez ce qui compte vraiment

À une certaine époque, mon objectif était de voir du pays le plus possible. Du genre à changer d’endroit tous les trois jours pendant un voyage de deux semaines! C’est fatigant, et tous ces déplacements ont un coût; on a tendance à le sous-estimer. Il est vrai que se rendre dans un autre pays, une fois qu’on est en Europe ou en Asie, est moins coûteux que de s’y rendre à partir de chez soi, mais ça reste une dépense dont il faut tenir compte. Prendre le temps de s’imprégner d’un endroit, de vivre le quotidien des habitants et utiliser les transports publics, tout cela aide à réduire les dépenses.

Attention aux droits d’entrée

Lors de mes premiers voyages, je dressais toujours une liste interminable de sites à voir absolument. Je ne m’attardais nulle part tellement je voulais cocher d’éléments! Sans compter que les droits d’entrée s’accumulaient vite. Désormais, je choisis une seule activité par jour. Si vous envisagez de visiter beaucoup d’attraits touristiques, informez-vous des forfaits offerts par la ville. Assurez-vous cependant qu’ils concernent les visites qui vous intéressent vraiment.

Résistez à l’achat de babioles

Ces objets qui vous semblent irrésistibles en voyage, de quoi auront-ils l’air chez vous? À Istanbul, j’ai acheté une jolie lampe qui, dans mon décor, a l’air… kitsch. Des t-shirts? Je ne vois pas l’intérêt d’en avoir un de chaque pays que j’ai visité!

Les spécialités locales — les articles de cuir en Italie, par exemple — vendues dans les marchés publics ne sont pas toujours de qualité. Des ceintures payées deux dollars chacune à Bangkok étaient déjà prêtes pour la poubelle après avoir été portées deux fois seulement. Et les copies de grandes marques? N’y pensez même pas, qu’il s’agisse d’appareils électroniques ou de vêtements «griffés». Ils sont de si mauvaise qualité que vous finirez par dépenser davantage, en fin de compte, pour les remplacer…