Chez nous, c’est chez vous… et vice versa !

Dormir coûte cher en vacances. Des agences offrent donc de vous faire séjourner dans la maison d’une famille à l’étranger pendant que cette famille s’installe chez vous. Quelques trucs à savoir avant d’échanger vos clefs.

Dollars et cents : Chez nous, c’est chez vous...  et vice versa !
Illustration : Isabelle Cardinale

Ghyslaine L’Espérance et Marcel Raynauld, de l’arron­dissement de LaSalle, à Mont­réal, vont chaque année en Europe depuis une quinzaine d’années, sans jamais débourser un sou pour l’hébergement. Leur truc : l’échange de maisons. Une pratique qui gagne en popularité et permet de voyager à moindre coût.

Le concept est simple : vous séjournez dans la maison d’une famille à l’étranger pendant que cette famille s’installe chez vous. C’est donnant, donnant. Maison pour maison, voiture pour voiture et, souvent, amis pour amis !

Le premier échange « officiel » de domiciles a été organisé en 1953 entre un Néerlandais et un Suisse, par l’européenne Intervac, la plus importante agence de « vacances échange » au monde. Aujour­d’hui, les membres d’Intervac peuvent choisir parmi 20 000 offres dans une soixantaine de pays. Depuis 2000, environ 5 000 familles canadiennes ont ainsi fait un échange de maisons par son intermédiaire. Pour aller où ? « L’Europe et l’Amérique du Nord sont les plus convoitées », dit Kristina Caillaud, porte-parole d’Inter­vac France.

Cette façon de voyager s’est d’abord répandue chez les ensei­gnants, la durée de leur congé estival augmentant les possibi­lités de trouver une période com­mune propice à l’échange. Puis, Inter­net a permis d’élar­gir le réservoir de clientèle.

On échange surtout l’été, vacances obligent. Mais de plus en plus de retraités adoptent cette façon de voyager à moindre coût, ce qui permet des échanges 12 mois sur 12.

Le Québec compte désormais ses propres sites spécia­li­sés dans l’organisation d’échanges de logements. Ils reçoivent plusieurs centaines de visites par jour. Le site echangedemaison.com est de ceux-là. « Depuis la mise en ligne, dit Serge Dugas, créateur de ce site, environ 10 000 personnes ont eu recours à mes services. »

Lancé en 1999, echangedemaison.com permet à tous les internautes d’avoir accès aux photos et aux descriptions des maisons offertes en échange. Mais pour connaître l’adresse électronique de leurs propriétaires, il faut devenir membre, les frais s’élevant à 69 dollars par année ou à 129 dollars pour un abonnement à vie. Cette cotisation permet aussi d’afficher sa maison.

Marcel Raynauld et Ghyslaine L’Espérance, tous deux retraités de l’enseignement, dénichent plutôt leurs maisons dans le site trocmaison.com. La cotisation annuelle de 79 euros (environ 107 dollars) leur donne un accès illimité au site. Ils reçoivent aussi, par courriel, les détails portant sur chaque nouvelle maison inscrite.

Jusqu’à tout récemment, ce couple habitait une ferme à Durham-Sud, à 45 km de Sherbrooke. Et trouvait toujours preneur facilement, les Européens étant friands des « grands espaces » du Québec. Les Raynauld-L’Espérance sont désor­mais installés dans l’arron­dissement de LaSalle, dans un condo face au fleuve. « Les échanges sont plus compliqués maintenant. Les gens qui veulent échanger en ville sont moins nombreux », dit Marcel Raynauld.

Ils ont visité la Corse, les Pyré­nées, Londres, les Alpes et la Normandie, entre autres. Ils ne s’imaginent plus voyager autrement. « C’est beaucoup plus qu’une simple question financière, disent-ils. C’est une expérience culturelle enri­chis­sante et extraordinaire. »

Évidemment, il faut aimer les contacts avec la population locale. « On ne fait pas qu’échan­ger nos maisons : on rencontre aussi la famille, les amis, les voi­sins, et on participe à la vie de quartier comme si on était chez nous », précise Marcel Raynauld.

Et laisser des étrangers vivre un mois chez soi, c’est inquiétant ? « Pas vraiment, dit Ghyslaine L’Espérance. Après tout, ce ne sera toujours qu’une maison. Nous n’y sommes pas si attachés. »

Il y a quelques années, Marlène Tremblay a longuement hésité avant d’échanger son condo de Québec contre la mai­son des Le Guern, en Bretagne. « J’avais beaucoup d’appréhen­sions, dit-elle, mais elles se sont vite estompées. » Elle conseille de correspondre longuement par Internet avec la famille d’échange avant le voyage et de clarifier les modalités. « Il faut faire connaissance, tisser des liens, envoyer des photos, s’entendre sur les conditions d’utilisation de la voiture. Vous savez, les Français arrivent ici et veulent voir le rocher Percé, les chutes Niagara et les États-Unis en deux semaines ! Il faut les prévenir que ce n’est pas réaliste, bien sûr, mais aussi s’entendre sur un nombre de kilomètres acceptable. Bref, il ne faut négliger aucun détail », dit-elle.

Tout le principe des échanges d’habitations repose sur l’honnêteté et la confiance mutuelle. Les « entremetteurs » suggèrent aux « échangistes » d’agir comme s’ils recevaient de la grande visite. En d’autres termes, laissez votre maison propre et en bon état. Un autre conseil : exigez que les billets d’avion de chacun soient achetés le même jour, pour éviter que vos correspondants ne changent d’idée après que vous aurez acheté les vôtres.

Même si, selon les propriétaires des sites Internet, la plupart des personnes qui font des échanges de maisons revien­nent enchantées de leur expérience, d’autres ont parfois moins de chance. Serge Dugas, d’echangedemaison.com, se rappelle un voyage en France où il a dû passer plusieurs jours en compagnie du fils adolescent des proprié­taires de la maison échangée : un contretemps avait obligé celui-ci à rester en France. « Pas exac­tement le séjour en amoureux que j’avais planifié avec ma blonde », dit Serge Dugas.

Il n’existe pas de mécanisme de plaintes. Et côté assurances, un « échangiste » averti en vaut deux. « Si vous donnez accès à votre maison à des étrangers et que ces derniers volent votre téléviseur ou votre chaîne stéréo, vous ne serez pas couvert, précise Alexandre Royer, porte-parole du Bureau d’assurance du Canada. Même chose pour la voiture. Parlez à votre courtier ou à votre agent avant de partir. »

QUELQUES ADRESSES UTILES

guesttoguest.com

echangedemaison.com

trocmaison.com

homeforexchange.com

homelink.ca

intervac.ca