Comment obtenir des produits gratuits livrés à votre porte

Les entreprises brûlent d’envie de savoir ce que les consommateurs pensent de leurs produits… Tellement qu’elles cherchent des « testeurs », qui reçoivent des articles sans frais !

holaillustrations / Getty Images / montage : L’actualité

Envie d’offrir vos services pour essayer des produits dans le confort de votre foyer ? Si vous acceptez les règles du jeu — à savoir que votre opinion pourrait aider des entreprises à les améliorer ou à en faire la promotion —, vous pouvez facilement devenir « testeur » et recevoir des articles gratuits à la maison. 

Certaines plateformes comme Home Tester Club, qui appartient au groupe torontois Buchanan, et la montréalaise inBe proposent aux Québécois d’effectuer des tests à domicile, alors que l’américaine Matrix Sciences, par exemple, exige de se déplacer dans ses installations de Longueuil pour donner son avis.

Dans les trois cas, le grand objectif est essentiellement le même : permettre à une entreprise de faire tester un produit par une clientèle bien définie et d’obtenir une rétroaction sincère. C’est pourquoi l’expérience peut beaucoup varier d’un testeur à un autre, selon le lieu de résidence, l’âge et le profil sociodémographique de chacun.

Comme les entreprises participantes se font une idée très précise du public cible à sonder, j’ai dû attendre environ trois mois avant de trouver un produit pour lequel mon profil répondait aux critères. Mais ma patience a été récompensée, puisque j’ai pu peindre une chambre de ma maison, sans frais, en recevant par la poste l’équivalent de 70 dollars d’articles. 

Un pot de peinture sur le pas de la porte

Décidé à tester le maximum de produits, je me suis inscrit sur Home Tester Club, inBe et Matrix Sciences. inBe m’a proposé d’essayer plusieurs détergents liquides, mais j’ai été rejeté après avoir répondu à un court sondage sur mes habitudes de lavage. Et Matrix Sciences m’a offert plusieurs plages horaires pour mettre à l’essai des produits dans ses bureaux, mais aucune ne convenait à mon emploi du temps. J’ai donc concentré mes efforts sur Home Tester Club.

Au moment de mes premiers pas sur cette plateforme, on me demande d’abord de fournir mon adresse et ma date de naissance, mais aussi d’indiquer combien de personnes vivent sous mon toit, si j’ai des enfants (et si oui, de quel sexe et de quel âge), dans quelle fourchette se situe mon revenu familial et quelle proportion des achats à l’épicerie j’effectue moi-même. Des informations personnelles qui ne sont pas communiquées à des tiers, assure la plateforme, à l’exception bien sûr de l’adresse, pour acheminer les produits.

La première proposition arrive deux semaines après mon inscription, mais comme je serais bien mal placé pour évaluer les crèmes pour la peau qu’on m’offre d’essayer, j’attends la suivante. Cette fois, ça m’interpelle : « Avez-vous déjà voulu repeindre une petite pièce de votre maison ? » me demande-t-on dans un courriel annonçant un test de peinture d’intérieur. Heureuse coïncidence, l’une des chambres de ma maison qui servait jusqu’à maintenant de débarras accueillera bientôt un bébé, et ses murs bleu-gris ont cruellement besoin d’être rafraîchis.

Une semaine après m’être engagé à effectuer le test comme prévu — recevoir les produits, les utiliser et publier mon évaluation sur le site —, les envois débutent. Je reçois un dépliant dans lequel sont affichées toutes les couleurs offertes. J’arrête mon choix sur « eau de puits » — un vert dont l’apparence est plus attrayante que le nom — et j’en informe Home Tester Club en me connectant à mon profil.

Par la suite, je patiente environ un mois avant de recevoir une boîte avec l’inscription « fragile » sur le pas de ma porte. À l’intérieur, un gallon de peinture (d’une valeur d’environ 50 dollars), mais aussi un pinceau (environ 13 dollars) et un rouleau en microfibre (environ 7 dollars).

La première fin de semaine pluvieuse venue, ma conjointe et moi nous lançons. Je vous laisse juger du résultat :

Comme convenu, je me suis ensuite connecté à mon profil sur Home Tester Club et j’ai donné mon avis : une note de cinq étoiles sur cinq, mon opinion en quelques lignes — belle couleur, bon produit, seulement deux couches nécessaires — et une photo du résultat.

Il faut cependant être conscient de ce qui sera fait de cet avis. « Inscris-toi à un test de produit. Tout ce que ça te coûte, c’est ton opinion sincère », lit-on sur le site de Home Tester Club, qui se présente officiellement comme une communauté en ligne d’acheteurs qui testent des produits « pour aider les autres acheteurs à mieux acheter ».

En réalité, en écrivant une évaluation, vous acceptez que votre texte, la photo qui l’accompagne, votre prénom et votre ville de résidence soient publiés sur Home Tester Club, mais également transmis à l’entreprise qui a fourni le produit, et que celle-ci puisse diffuser ce contenu dans le cadre de campagnes publicitaires ou sur son site Internet.

Je doute fort que l’entreprise qui m’a envoyé la peinture se serve un jour de mon commentaire sur la consistance de son produit ou de ma photo sous-éclairée pour lancer une campagne publicitaire à grande échelle. Et ça m’est égal. C’est une concession que je suis prêt à faire en échange de cette chambre « eau de puits » désormais apaisante.

Ce texte vous a plu ? Recevez chaque samedi nos astuces pour faire de l’argent et économiser en vous inscrivant à l’infolettre Dollars et cents. Il suffit d’entrer votre courriel ci-dessous. 👇

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Canadian Tire a le même genre de programme. Ses testeurs peuvent ainsi obtenir tout à fait gratuitement des outils très coûteux… c’est bien plus intéressant que de la peinture 😉 Une personne de mon entourage y participe et a obtenu des produits très intéressants, en échange de ses critiques.

Répondre