Comment obtenir des vêtements à 90 % de rabais

Voici l’astuce des personnalités québécoises afin de dénicher des vêtements à bas prix pour toutes les occasions. Bonne nouvelle : vous aussi pouvez l’utiliser.

Publié dans :
Bien dépenser
Consommation
Lucas Hoang / Unsplash / montage : L’actualité
Temps de lecture : 6 min.

Ce n’est pas quelque chose qu’on entend souvent sur le plateau d’une émission de variétés : des personnalités publiques qui font l’apologie du linge usagé !

Dans une émission récente d’On va se le dire, à Radio-Canada, l’actrice Guylaine Tremblay a parlé des partys d’échange de vêtements, l’animateur Dany Turcotte a affirmé avoir sur le dos l’ensemble qu’il portait à Tout le monde en parle près de deux ans auparavant, et l’humoriste Emna Achour a raconté ne pas avoir acheté un seul morceau neuf depuis 2018, « à part des sous-vêtements ».

Dans les trois cas, les motivations sont écologiques — l’industrie du vêtement est en effet un désastre environnemental. Mais il s’agit également d’un comportement économique qui permet de s’habiller à une fraction du prix des morceaux neufs vendus en magasin.

Une autre invitée présente ce jour-là sur le plateau d’On va se le dire en sait quelque chose : Mélissa Guillemette, rédactrice en chef du magazine Québec Science. Cela fait des années qu’elle économise en s’habillant dans des friperies. Je le sais non pas parce qu’elle l’a dit à la télé, mais parce que c’est mon amoureuse.

Je ne compte plus le nombre de fois où elle est revenue à la maison en sortant de son sac une robe, un jean ou un chandail en disant : « Je suis allée à Renaissance sur l’heure du dîner. » De quoi habiller toute la famille, été comme hiver, généralement pour moins de cinq dollars le morceau, ce qui équivaut parfois à un rabais de plus de 90 % par rapport au prix du neuf.

À la voir aller, ça semble facile. Pourtant, les quelques fois où j’ai moi-même tenté ma chance dans les friperies, je suis rentré les mains vides. Magasiner du linge usagé est un art que, visiblement, je ne maîtrise pas encore. Afin d’être meilleur la prochaine fois — et pour vous aider à faire des trouvailles aussi —, j’ai demandé des conseils à Mélissa. Voici ses astuces pour dénicher de beaux morceaux à bon prix.

Prendre son temps

Dans la plupart des boutiques de linge usagé, chaque morceau est unique. Pour trouver des articles intéressants, jeter un coup d’œil rapide ne suffit donc pas. Il faut regarder un à un les vêtements correspondant à sa taille, ce qui demande du temps. 

L’exercice est beaucoup plus agréable à faire lorsqu’il y a peu de gens dans le magasin, et c’est pourquoi Mélissa préfère fréquenter les friperies les soirs de semaine, où l’affluence est moins élevée que durant le week-end.

Anticiper les besoins

Si vous allez dans une friperie avec l’objectif d’en ressortir avec une robe pour votre soirée du lendemain, vous risquez de revenir bredouille. Rien ne garantit que ce dont vous avez besoin sera offert ce jour-là en magasin — quoique ma blonde y trouve pas mal toujours son compte, robes incluses. 

Gardez simplement en tête vos propres besoins vestimentaires et ceux de votre famille pour les mois et saisons à venir. C’est ainsi que Mélissa a acheté, en mai dernier, des patins à glace qui feront à notre fils l’hiver prochain. 

De plus, n’hésitez pas à visiter d’autres boutiques de fripes pour compléter vos achats, comme vous le feriez au centre commercial. 

Connaître les bonnes adresses

Les options ne manquent pas pour magasiner du linge usagé ! Il y a les sous-sols d’église, les organismes sans but lucratif, comme Renaissance et l’Armée du Salut, les petites friperies vintage — qui sont parfois très chères — et les géantes qui appartiennent à de grandes entreprises privées, telles que le Village des Valeurs. 

Une recherche en ligne vous permettra de trouver les options dans votre région. Gardez également les yeux ouverts pour les ventes de garage, où il y a parfois de belles trouvailles à faire.

Par ailleurs, l’emplacement peut aussi avoir un effet sur le type de vêtements offerts, car certaines friperies dépendent d’un réseau local de dons. L’une des adresses favorites de Mélissa se trouve ainsi dans un quartier cossu de la région de Montréal. Comme on dit, les déchets des uns sont les trésors des autres !

Si vous êtes de ceux et celles qui préfèrent magasiner depuis le confort de leur maison, sachez qu’un nombre croissant de commerces en ligne permettent d’acheter (et de vendre) du linge usagé, comme Bon Magasinage et Vinted, sans oublier les sites de petites annonces.

Miser sur la régularité

Le stock des friperies, qu’il s’agisse d’organismes sans but lucratif ou de grandes surfaces, change continuellement. Pour trouver les meilleures aubaines et les plus beaux morceaux — qui ont tendance à partir vite —, vous devez visiter vos adresses favorites régulièrement.

Vous pouvez également vous informer auprès d’un commis pour savoir à quel moment du jour, de la semaine ou du mois les nouveaux arrivages sont habituellement placés dans les rayons, et planifier vos visites en conséquence.

Inspecter les vêtements

Les friperies en tout genre trient les vêtements qu’elles reçoivent, si bien que les morceaux qui aboutissent sur les cintres ne sont normalement ni endommagés ni tachés. Il arrive même que certains soient littéralement neufs.

N’empêche, avant de passer à la caisse, inspectez bien le vêtement pour vous assurer que rien ne vous a échappé. Mélissa pleure encore une magnifique chemise en soie fuchsia d’Allemagne de l’Ouest — ça en dit long sur son âge — qui, une fois à la maison, s’est avérée déchirée. Entre autres choses, vérifiez si tous les boutons sont présents et si les fermetures à glissière fonctionnent bien. 

Cela dit, l’organisme Renaissance conseille de ne pas se laisser arrêter par un petit défaut. Il suffit parfois d’un coup d’aiguille pour le réparer ou d’un peu d’audace pour l’adopter comme un style à part entière.

Faire un bon lavage

Pour des raisons d’hygiène ainsi que pour éliminer d’éventuels parasites, mieux vaut laver les vêtements usagés, puis les faire sécher à haute température pendant au moins 30 minutes avant de les porter, selon le site d’information du gouvernement du Québec sur l’élimination des punaises de lit. Dans le cas d’un tissu qui ne supporte pas la chaleur, un séjour de quatre jours dans le congélateur à –18 °C fera l’affaire. 

Un meuble avec ça ?

De nombreuses friperies offrent bien plus que des vêtements ! Jouets, outils, meubles, objets de décoration, livres, articles de sport : ne boudez pas ces sections, car vous pourriez y faire de bonnes affaires ! Entre autres choses dénichées par Mélissa au fil des ans : une mijoteuse, un fer à repasser, une lampe de chevet, des jeux de société, des costumes d’Halloween et de la laine à tricoter. 

Ce texte vous a plu ? Recevez chaque samedi nos astuces pour faire de l’argent et économiser en vous inscrivant à l’infolettre Dollars et cents. Il suffit d’entrer votre courriel ci-dessous. 👇

Sur le même sujet