De l’argent se cache dans vos factures

Avant de jeter vos factures, reçus et autres relevés, vérifiez si de l’argent s’y cache entre les lignes. Voici comment faire.

Petra Richli / Getty Images / montage : L’actualité

Le doute est survenu juste avant de payer l’entreprise qui a refait ma toiture. J’ai sorti la soumission signée plusieurs mois auparavant, l’ai comparée avec la facture, et j’ai trouvé une erreur de 460 dollars… qui n’était pas en ma faveur.

Je ne remets aucunement en question la bonne foi de l’entrepreneur, qui s’est d’ailleurs empressé de corriger le prix. Des erreurs, tout le monde en fait. D’où l’importance de toujours vérifier ses factures, les petites comme les grosses.

Si l’exemple de ma toiture ne suffit pas à vous en convaincre, sachez ceci : bon an, mal an, seulement dans le secteur des télécommunications, les erreurs de facturation représentent près de 40 % des quelque 40 000 plaintes déposées par les consommateurs à la Commission des plaintes relatives aux services de télécom-télévision, l’organisme indépendant mandaté pour traiter les doléances envers les fournisseurs d’Internet, de téléphonie et de télévision au Canada. 

Ça, ce sont uniquement les cas qui ont été détectés par un client, qui n’ont pas pu être résolus avec un appel au service à la clientèle, et pour lesquels la personne lésée était assez motivée pour porter plainte. Dit autrement, le nombre d’erreurs est probablement beaucoup plus élevé que ne le laissent croire ces statistiques. 

Bref, mieux vaut être vigilant avec les factures, reçus et autres relevés, et pas seulement ceux qui proviennent des entreprises de télécommunications. 

Quoi vérifier ?

Il faut tout, tout, tout vérifier. 

Scruter vos reçus de caisse vous permettra de repérer les erreurs de prix et de réclamer une correction, même si la transaction est conclue. Un commerçant est en effet légalement obligé d’honorer le prix affiché le plus bas. Si les prix sont affichés à l’aide de codes-barres, le marchand doit également appliquer la Politique d’exactitude des prix en ajoutant un rabais de 10 dollars ou, si la valeur du produit est en deçà de cette somme, en vous donnant l’article. Soyez particulièrement vigilant si vous faites vos emplettes un jeudi, jour où les nouvelles circulaires entrent habituellement en vigueur, car les erreurs risquent d’être plus fréquentes. Notez toutefois que certains produits, dont l’alcool, les vêtements, le lait et le tabac, ne sont pas assujettis à la Politique d’exactitude des prix.

Du côté des relevés de compte bancaire et de carte de crédit, une inspection de ces documents vous permettra de découvrir les fluctuations anormales dans vos factures récurrentes, telles celles des services de télécommunications, et d’appeler le service à la clientèle pour obtenir — ou du moins, tenter d’obtenir — des explications. C’est également une bonne habitude à prendre pour détecter des transactions non autorisées qui pourraient être dues à la fraude, ainsi que pour attraper les abonnements morts-vivants, ces services qui se renouvellent automatiquement même si vous ne les utilisez plus.

Parlant de carte de crédit : un bon réflexe à acquérir est de toujours comparer le reçu de caisse au relevé de transaction par carte — vous savez, celui qui sort de la petite machine où vous pitonnez votre NIP ? Bien que de plus en plus d’entreprises utilisent un système où la caisse envoie automatiquement la somme à payer au terminal de paiement, évitant ainsi les erreurs, de nombreux commerçants l’inscrivent encore manuellement. Il suffit d’un commis maladroit pour qu’un zéro en trop transforme votre aubaine à 10 dollars en une folie à 100 dollars. Je le sais, car j’ai déjà été ce commis !

Un autre relevé que vous avez tout intérêt à surveiller de près est votre talon de paie. Certes, ce n’est pas le document le plus facile à lire, mais le plus vite vous y détecterez les erreurs, le mieux ce sera. En partie pour vous assurer de recevoir chaque dollar auquel vous avez droit pour votre dur labeur, mais aussi pour éviter que votre employeur ne vous verse trop d’argent.

Pourquoi vous plaindre si votre paie est engraissée accidentellement ? Parce que le comptable de votre employeur risque fort de le constater à un moment ou un autre, et que l’entreprise réclamera, comme elle a le droit de le faire, le remboursement de la somme excédentaire. 

S’il s’agit d’une bévue ponctuelle, ce n’est pas dramatique. Mais advenant le cas d’une erreur à long terme, où des milliers de dollars ont été versés en trop — et que vous les avez peut-être dépensés —, vous la trouverez moins drôle. 

Pire, l’employeur exige habituellement le remboursement du revenu brut. Ce sera ensuite à vous de faire les démarches nécessaires auprès des gouvernements provincial et fédéral pour récupérer les impôts et cotisations payés en trop. Bonjour la paperasse !

D’ailleurs, ne vous fiez pas entièrement aux calculs de votre employeur pour les prélèvements d’impôts sur votre paie. Lorsque vous commencez un nouvel emploi ou que vous obtenez une augmentation de salaire, prenez un instant pour vérifier si les retenues sont exactes à l’aide d’un calculateur en ligne.

Dans un de mes emplois, j’ai eu droit à la totale. Plus de 1 000 dollars versés en trop sur ma première paie, en plus de prélèvements à la source erronés. Il m’a fallu deux semaines et plusieurs échanges courriel avec le service de comptabilité pour démêler le tout — imaginez si l’erreur s’était étalée sur des mois !

Gardez vos factures

La détection d’erreurs n’est pas la seule façon dont vos finances peuvent bénéficier des factures, reçus et autres relevés. Conserver ces documents peut, à court, moyen et long terme, vous permettre de récupérer beaucoup d’argent.

À court terme, il suffit de penser au remboursement en cas d’insatisfaction ou de produit défectueux. C’est pourquoi il vaut toujours la peine de prendre la facture lorsqu’on vous la propose au comptoir, même pour les petites dépenses. Si, une fois à la maison, vous vous rendez compte que votre pinte de lait ressemble à du fromage cottage ou que la paire d’écouteurs achetée à moins de 20 dollars n’émet aucun son, vous serez content d’avoir le reçu en main. 

À moyen terme, les factures sont très pratiques pour faire valoir la garantie offerte par les fabricants en cas de problème. Bien des entreprises exigent en effet une preuve d’achat pour honorer leur engagement. Notez toutefois que, dans le cas de la garantie légale de qualité, en vertu de laquelle les produits vendus au Québec doivent avoir « une durée [de vie] raisonnable », aucun document n’est nécessaire ; seulement de la patience

À long terme, les reçus sont utiles en cas de revente. Le jour où vous voudrez afficher sur Kijiji votre bicyclette de course qui ne sert plus, le ticket de caisse démontrera aux acheteurs potentiels que vous êtes le propriétaire légitime de votre « vélo pas cher ».

Dans le cas de biens importants, telles une maison ou une voiture, avoir en main les factures des rénovations et réparations peut aussi vous permettre d’obtenir un meilleur prix si vous les mettez sur le marché. J’aurais probablement payé plus cher ma résidence actuelle si le vendeur avait pu prouver, comme il l’affirmait, que la toiture avait été refaite en 2002 — tout portait à croire qu’elle datait plutôt des années 1980…

Pour vous assurer de ne pas égarer des relevés importants, mieux vaut en conserver une copie numérique à l’aide d’un service d’infonuagique. D’autant plus que certaines factures, selon le papier utilisé, ont tendance à s’effacer avec le temps. 

Personnellement, je ne prendrai pas de risque : je garderai une copie physique et une copie virtuelle de la facture de ma nouvelle toiture. La version où le prix a été corrigé, bien entendu.

Ce texte vous a plu ? Recevez chaque samedi nos astuces pour économiser en vous inscrivant à l’infolettre Dollars et cents. Il suffit d’entrer votre adresse courriel ci-dessous. 👇

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Il faut aussi bien regarder l’écran lorsqu’on se sert de la caisse autoservice. Hier au IGA j’ai acheté du café, la machine indiquait un dollars de trop. Je l’ai signalé et j’ai eu un rabais de 10 $. Évidemment il faut aussi bien regarder l’étiquette sur le bord de la tablette.

Répondre