Des chèques pas chers, pas chers

Psst ! Il est possible d’acheter des chèques à la moitié du prix exigé par les banques.

Photo originale : Daphné Caron

Tous les samedis, L’actualité vous propose une astuce concrète et simple à appliquer pour vous aider à joindre les deux bouts en ces temps difficiles. Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir tous nos conseils.

Disons-le : les chèques sont faciles à égarer, lents à traiter et j’aimerais drôlement pouvoir m’en débarrasser.

Toutefois, comme cette relique financière est parfois la seule méthode de paiement acceptée par certaines organisations, il est encore nécessaire d’en commander de nouveaux de temps à autre.

Le problème : c’est cher ! Un carnet de 100 chèques coûte autour de 50 à 70 dollars, selon l’institution financière. Il s’agit d’un écart de prix étonnant considérant que la plupart des banques envoient leurs clients sur le site Web du même fournisseur, l’entreprise D+H, pour effectuer la commande.

Ce que peu de personnes savent, c’est que rien ne vous oblige à passer par votre banque — ou par D+H. Plusieurs entreprises, dont Chèques-Plus et ASAP Cheques, vendent des chèques en ligne à prix avantageux, et ce, quelle que soit votre institution financière.

Chez Chèques-Plus, un carnet de 100 chèques coûte ainsi 28,73 $, incluant la livraison et les taxes. Chez Desjardins et RBC, qui font tous les deux affaire avec D+H, la même commande coûtera respectivement 59,79 $ et 66,70 $. C’est plus du double !

Comment des entreprises privées peuvent-elles produire des chèques valides sans obtenir l’aval de votre banque ? C’est simple : il vous suffit de fournir les chiffres qui apparaissent au bas de vos chèques (si vous n’en avez pas un sous la main, vous pouvez générer un spécimen de chèque sur la plateforme en ligne de votre banque).

Ce sont ces chiffres — et non les motifs, hologrammes et autres ornements — qui indiquent dans quelle institution financière et dans quel compte doivent être prélevés les fonds des chèques que vous signez.

En théorie, vous pourriez créer vos propres chèques à la main ou à l’ordinateur en inscrivant les bonnes informations, m’a indiqué par courriel Paiements Canada, l’organisme qui chapeaute les transactions interbancaires. Les banques ont toutefois le droit de les refuser… tout comme les personnes à qui vous tentez de les remettre en guise de paiement.

Les chèques des fournisseurs en ligne, eux, respectent toutes les normes de l’industrie. Ils seront acceptés par les entreprises et par les banques comme n’importe quel autre chèque, et les fonds arriveront dans le compte du destinataire à la même vitesse. C’est-à-dire lentement.

Laisser un commentaire

Comme trésorier d’une association, j’ai même connu pire que cela. À la Caisse Populaire, pour ne pas la nommer, nous avons même déjà payé environ $110,00 (taxes incluses) pour 50 chèques identifiés à l’association, et ils n’étaient même pas reliés. Il fallait les garder ensembles avec une pince à papier ou des broches. La dernière fois, j’en ai obtenu 4 fois plus pour le même prix , reliés dans un beau cartable, dans une papeterie bien connue.
Et vous m’apprenez, en plus, que nous avons payé encore trop cher, plus du double! C’est hallucinant .
Pas surprenant que les PDG des banques soient raide pauvres…

Répondre

Pourquoi? Si ton institution peut refuser de l’honorer, si ton créancier refuse de le prendre… Tu viens de perdre 28,73$! Bon d’accord, les « banques » profitent de nous!

Répondre

Relis bien le dernier paragraphe, c’est clair. Plus que ça, la loi permet à quiconque de faire un testament olographe et, à la limite, il pourrait être écrit sur une écorce, à la condition qu’il soit fait devant deux témoins qui le signent.
Donc, si tes chèques rencontrent les normes de l’industrie, il n’y a aucune raison qu’ils soient refusés sous peine de poursuites.
Je ne l’ai pas essayé, mais je présume que c’est comme les billets de 50$ ou 100 $ que les commerçants refusent. Selon moi, comme ces billets portent la notion ¨Payable au porteur¨, en anglais ¨Legal Tender¨, ces marchands pourraient être, par la loi, forcés d’accepter ces billets. Mais comme je n’aime pas les complications, je ne perdrai pas de temps à essayer !

Je ne peux concevoir qu’un bout de papier de quelques pouces carrés puissent coûter ci cher. Un autre arnaque des banques et caisses. Même si des personnes travaillant, la poste, c’est indécent.

Répondre
Les plus populaires