Dites adieu à votre banque

Un compte chèques sans frais mensuels et sans solde minimal avec des transactions gratuites illimitées, ça vous intéresse ? 

Photo originale : Daphné Caron

Tous les samedis, L’actualité vous propose une astuce concrète et simple à appliquer pour vous aider à joindre les deux bouts en ces temps difficiles. Abonnez-vous à notre infolettre pour recevoir tous nos conseils.

Aimez-vous votre banque ? Moi, oui. 

Je ne vous dirai pas quelle est mon institution, mais je peux vous révéler ceci : il s’agit d’une banque virtuelle. 

Cela signifie qu’elle ne possède pas de succursales physiques, et que toutes les opérations se font en ligne, au téléphone ou sur une application mobile. Elle requiert donc moins d’employés et moins de mètres carrés qu’une banque traditionnelle, ce qui lui permet d’éviter la plupart des frais habituellement facturés aux clients. 

En six ans, je n’ai ainsi jamais payé un seul cent en frais bancaires pour mon compte chèques. Et ce, sans limite de transactions et sans solde minimal exigé.

Il n’y a pas si longtemps, l’idée de faire affaire avec une banque virtuelle était farfelue. Aujourd’hui, près de trois adultes québécois sur quatre utilisent des outils numériques pour effectuer des opérations bancaires, selon la dernière enquête NETendances 2019 du Centre facilitant la recherche et l’innovation dans les organisations (CEFRIO). Rendu là, faire la transition vers une institution virtuelle représente un tout petit pas, qui permet de profiter de frais réduits.

Les Québécois intéressés ont plusieurs possibilités. La banque virtuelle la mieux connue dans la province est Tangerine — anciennement ING Direct —, mais ce n’est pas la seule. Il y a aussi la Banque Alterna, la Banque Manuvie, Motusbank et, depuis peu, Wealthsimple.

Lorsque je parle des banques virtuelles autour de moi — oui, je suis ce genre de gars là —, certaines questions reviennent régulièrement. Voici donc des réponses aux principales interrogations.

Est-ce sécuritaire ? 

Autant que les autres banques. Toutes les institutions nommées ci-dessus, à l’exception de Wealthsimple, sont membres de la Société d’assurance-dépôts du Canada, une société d’État fédérale qui protège vos dépôts jusqu’à concurrence de 100 000 dollars en cas de faillite de la banque. 

Comment ça fonctionne pour l’argent liquide ? 

La plupart des banques virtuelles disposent d’un réseau de guichets automatiques où leurs clients peuvent effectuer des retraits — et dans certains cas des dépôts — sans frais avec leur carte de débit. Ce qui peut toutefois s’avérer embêtant, vu leur nombre restreint. Il est cependant possible de retirer de l’argent en réglant son épicerie ou en faisant le plein, par exemple. Pour déposer des chèques, il suffit de les prendre en photo avec l’application mobile de l’institution.

C’est vraiment sans frais ?

La Banque Alterna, Tangerine et Motusbank offrent toutes trois un compte chèques sans frais mensuels et sans solde minimal, où les transactions courantes (achats, virements, paiements de facture, dépôts) sont gratuites et illimitées. Il y a des frais mensuels de 10 dollars à la Banque Manuvie, mais ceux-ci seront annulés si le solde de votre compte d’épargne augmente d’au moins 100$ par rapport au mois précédent. Quelle que soit la banque virtuelle, vous devrez payer des frais pour les transactions non courantes, telles une commande de chèques, une traite bancaire ou une insuffisance de fonds. Comme ces frais varient d’une institution à l’autre, il est important de lire le prospectus.

Et les cartes de crédit, les marges de crédit, les hypothèques, les REER, les CELI et compagnie ?

Vous pouvez trouver ces produits dans certaines banques virtuelles. Les offres ne sont pas nécessairement meilleures que celles des banques traditionnelles, alors prenez le temps de magasiner — rien ne vous empêche de traiter avec plusieurs institutions. Notez que les comptes d’épargne des banques virtuelles sont généralement avantageux, car les intérêts versés sont plus élevés que ceux des banques traditionnelles. Au moment d’écrire ces lignes, la Banque Alterna proposait un taux de 1,90 %, comparativement à 0,15 % chez Desjardins et la Banque Nationale. Méfiez-vous cependant des promotions qui font miroiter un taux élevé qui s’appliquera durant quelques mois seulement. Le compte d’épargne à 2,80 % offert en ce moment par Tangerine tombe ainsi à 0,25 % après cinq mois…

Est-ce facile de transférer un compte ?

Ni plus ni moins pénible que de changer de banque traditionnelle. Si vous avez de nombreux prélèvements et versements automatiques, vous devrez prendre soin de tous les transférer. J’ai laissé mon ancien compte ouvert pendant un an afin de m’assurer de n’avoir rien échappé. Mais à voir la centaine de dollars de frais que j’épargne chaque année depuis, c’est un effort qui en vaut la chandelle.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

Laisser un commentaire

Très intéressant. Je pensais qu’il n’existait que la banque Tangerine parce qu’ à ma connaissance, il n’y a qu’elle qui fait de la publicité à la TV.

Répondre

Une des inquiétudes que j’ai concernant ces banques virtuelles, c’est que, une fois qu’elles le seront toutes, il deviendra de plus en plus difficile d’effectuer des achats comptants vu la diminution de comptoirs et la disponibilité de l’argent ¨non plastique¨. Et quand elles seront toutes virtuelles, les principales, les plus grosses banques, se mettront à l’achat des plus petites pour se terminer comme les cartes de crédit actuellement; c’est-à-dire, deux ou trois monopoles mondiaux qui pourront alors fixer les taux d’intérêts pour les emprunts (très élevés) et ceux des épargnes (très bas pour ne pas dire inexistants).

Répondre

« Mais à voir la centaine de dollars de frais que j’épargne chaque année depuis, c’est un effort qui en vaut la chandelle. »

Une centaine de dollars par années sans blague! des peanuts!

Répondre

Je suis bien consciente de l’avantage des frais, mais c’est le seul. Comme beaucoup de gens, j’ai un compte chez Tangerine, mais essayez de joindre quelqu’un si vous avez un questionnement. Je vous souhaite bonne chance. Et pourtant je suis une personne très autonome en ce qui a trait aux transactions numériques, même pour mes placements, que ce soit des CPG, fonds mutuels, actions, etc. C’est facile d’abaisser les frais, lorsque vous n’avez pas de personnel suffisant pour répondre aux besoins de votre clientèle.

Répondre

Banque virtuelle,
Revolut et N26, sont-elles en fonction au Canada?
Pour les retraits sans frais à l’etranger elles sont très populaires en Europe,mais ici nous sommes toujours un pas derrière, même deux.

Répondre

Bonjour Monsieur Savoir un,

Choix bien personnel s’il en est un d’opter pour ce types d’institution financière afin de minimiser ses dépenses courantes liées aux frais d’administration. Toutefois, quel est le retour ou les bénéfices à voir les consommateurs canadiens utiliser ce type d’instituin à grande échelle? Sans les institutions financières conventionnelles, aucun service de numéraire n’est possible pour cette institution… qui d’ailleurs, est detenue par Scotiabank, une institution traditionnelle. Pour la participation aux excédents collectis, on oublie ca!

La réalité, c’est que c’est que vous nommer une banque virtuelle n’est que la division numérique d’une institution traditionnelle. Et toute les institutions canadiennes ont de telles divisions. Desjardins avait aussi emprunté le pas vers une division numérique distincte (Zagbank de 2011 à 2019) mais profitera d’avantage à développer sa filière virtuelle dans l’enceinte de la maison-mère, avec des avantages importants qui obligent toutefois, il est vrai, des coûts d’administration pour ses membres.
La transformation de la société oblige maintenant à considérer l’utilisation de produits er services virtuels comme partie integrante de la stratégie de diversification de portefeuille. Pour ce faire, toute institution financiere credible est en mesure de concurrencer des institution purement virtuelle. Encore faudra-t-ils que tous les consommateurs fassent ce pas.

Répondre

Personnellement je reste avec Desjardins, la Caisse d’économie solidaire, qui correspond à mes valeurs. Dommage que votre article ne parle que des frais… Ce que fait votre banque avec votre argent, ça compte aussi. En tout cas pour moi c’est primordial.

André Cotte, fier membre du mouvement coopératif Desjardins.

Répondre
Les plus populaires