Économiser 1 000 $ grâce à son cordonnier

Les cordonniers peuvent prolonger considérablement la durée de vie de vos chaussures… et de bien d’autres objets ! Voici comment le mien m’a fait économiser plus de 1 000 dollars au fil des ans. 

Unsplash / macrovector / Freepik / montage : L’actualité

Les chaussures que j’enfile chaque matin pour aller travailler ont 17 ans, mais vous ne vous en douteriez pas en les voyant. Il faut dire qu’elles ont bénéficié de plusieurs cures de rajeunissement.

Les semelles ont été recollées, les lacets ont été changés et les glissoirs ont été reconstruits, entre autres. Les entretenir au lieu de les remplacer m’a permis d’épargner 300 dollars au fil des ans, une somme qui tient compte du coût des services du cordonnier de mon quartier, Vartan Melidonian.

Pourtant, nombreux sont ceux qui n’auraient même pas eu l’idée de lui apporter mes vieilles godasses. Il faut dire que ce ne sont pas des souliers habillés, mais des chaussures de sport.

« Les gens pensent souvent que les cordonniers, c’est seulement pour les souliers de cuir », dit Vartan Melidonian. En réalité, ces ouvriers peuvent réparer, modifier et même reconstruire à peu près tous les types de bottes et chaussures.

Sur le compte Instagram de Vartan Melidonian, où il expose certaines de ses réparations, se trouvent ainsi des bottes de motocross, des sandales, des talons hauts cloutés, des tennis et des mocassins, entre autres.

La réparation la plus fréquente est le remplacement des talons, que trop de gens négligent. « C’est comme le changement d’huile. Il faut le faire régulièrement, sinon ça cause des dommages et ça coûte plus cher. »

Remplacer les talons coûte ainsi quelques dizaines de dollars. Mais si l’usure est telle que la structure de la chaussure commence à être grugée, la facture sera plus élevée. Idem pour les semelles. 

Un cordonnier peut faire bien plus que réparer des chaussures ; il peut aussi les remettre au goût du jour en les modifiant ou en changeant leur couleur. Les amoureux de tennis immaculés peuvent même retrouver le blanc éclatant de leurs semelles, comme dans l’exemple ci-dessous, tiré du compte Instagram de la Cordonnerie Chris Taloni, à Montréal.

En faisant défiler la page Instagram de Chris Taloni, vous verrez apparaître quelques intrus, tels des sacs à main. Sur celle de Vartan Melidonian, il y a un gant de baseball, un manteau de cuir et une salopette de neige pour enfant, entre autres. Tous ces objets ont été réparés par les cordonniers.

En fait, depuis quelque temps, je visite de plus en plus souvent Vartan avec autre chose qu’une paire de chaussures dans les mains. Il a notamment recousu mon sac de randonnée, remplacé la glissière de nombreuses fermetures éclair, rescapé mes gants d’hiver et mis des patchs sur plusieurs vêtements de mes enfants. Le tout combiné aux diverses chaussures qu’il a réparées pour moi, j’estime avoir économisé facilement plus de 1 000 dollars au fil des ans.

Tous les cordonniers ont l’équipement nécessaire pour faire de tels travaux, et plus encore. Alors avant de jeter ou de remplacer un objet parce que son cuir, son tissu, sa fermeture éclair ou ses coutures sont endommagés, prenez le temps de téléphoner à la cordonnerie de votre quartier, conseille Vartan Melidonian. « Vous ne perdez rien à le demander. »

Ce texte vous a plu ? Recevez chaque samedi nos astuces pour économiser en vous inscrivant à l’infolettre Dollars et cents. Il suffit d’entrer votre courriel ci-dessous. 👇

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

Je suis d’accord avec vous mais encore faut-il trouver un bon cordonnier, ce qui est de plus en.plus rare. J’espère que le vôtre n’est pas près de la retraite !

Répondre

Et moi qui me fait regarder d’une dróle de façon lorsque je pars avec sous les bras ma paire de soulier sous les bras…une semelle neuve et un peu de noir à cirer pour une fraction du prix. Econome ou Ecolo tenez vous le pour dit

Répondre

Avant, quand j’étais jeune ( j’ai seulement 63 ) ça allait de soin de trouver qui pouvait « réparer ». Maintenant, si ce n’est plus exactement neuf, on jette et on rachète CONSOMMATION OBLIGE. Mon conjoint a fait réparer, voilà 3-4 ans, les gants de hockey qu’il portait à l’université. Un habile cordonnier a permis de prolonger la carrière des gants qui avait une valeure sentimentale quand même. J’ai aussi une couturière qui a un petit atelier chez elle et qui ajuste mes pantalons préférés à mesure que s’épaissit ma taille.
Allez…….on s’y met tous. La consommation excessive oblige une production excessive qui amène une diminution excessive des matèrent premières de notre planète. Et puis je préfère donner 50$ au souriant cordonnier de mon quartier plutôt que 100$ à une multinationale ayant son siège social FAR FAR AWAY

Répondre

Ce métier est fort sous-estimé. Mes chaussures, bottes, sacs à main, sac à dos, etc. Passent chez le cordonnier plusieurs fois avant de finir leur vie utile. J’ai même fait réparé des bottes de pluie qui étaient craquées. C’est difficile d’estimer ce qu’on sauve, mais j’estime aussi que ma famille aura sauvé plusieurs milliers de dollars en chaussures grâce au cordonnier du quartier.

Répondre