Économisez des centaines de dollars sur l’essence

Voici un cours de conduite gratuit pour vous aider à réduire votre facture annuelle d’essence de 10 % !

Publié dans :
Bien dépenser
Transport
Vladwel / Getty Images, montage : L’actualité
Temps de lecture : 5 min.

L’expérience est un atout en conduite automobile, sauf lorsque vient le temps de passer à la pompe. Les nouveaux conducteurs y bénéficient en effet d’un avantage financier important par rapport à leurs aînés, grâce à l’écoconduite.

Depuis quelques années, le programme d’éducation à la sécurité routière de la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) — essentiel pour obtenir son permis — inclut des notions d’écoconduite. Il s’agit de techniques qui, si elles sont appliquées, diminuent la consommation de carburant.

Les économies potentielles sont substantielles. Lors d’un projet-pilote mené par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) au début des années 2010, l’écoconduite a réduit la consommation de carburant de 9,5 % sur l’autoroute et de 11 % en ville. Si on applique ces pourcentages aux 2 161 dollars par an que dépensent en moyenne les ménages québécois sur l’essence, selon Statistique Canada, il s’agit d’une économie annuelle de plus de 200 dollars.

Le hic, c’est que la grande majorité des conducteurs du Québec ont été formés avant la refonte du programme de la SAAQ en 2010. Voici donc, en rattrapage, un petit cours théorique d’écoconduite pour vous permettre, à vous aussi, de bénéficier de ces économies.

Leçon 1 : aller lentement

Si votre voiture affiche la consommation de carburant en temps réel, vous avez sûrement déjà remarqué à quel point les accélérations soudaines sont gourmandes en essence. Le simple fait d’appuyer doucement sur la pédale d’accélération au lieu de l’écraser diminuera l’appétit énergétique de votre véhicule. Selon Ressources naturelles Canada, il faut idéalement prendre cinq secondes pour accélérer jusqu’à 20 km/h après avoir effectué un arrêt.

Leçon 2 : anticiper

Lorsque vous roulez en ville, 60 % de la consommation d’essence de votre voiture est due aux accélérations. Bon nombre de celles-ci sont toutefois vaines à cause des fréquents arrêts et ralentissements inévitables en milieu urbain.

En effet, si vous vous dépêchez à atteindre la vitesse maximale après un ralentissement uniquement pour devoir freiner rapidement quelques centaines de mètres plus loin, vous brûlez de l’essence pour rien. En anticipant les arrêts à venir, vous éviterez les accélérations inutiles et, bien souvent, arriverez tout aussi rapidement à destination, comme le montre la vidéo du MERN ci-dessous.

Leçon 3 : lever le pied

Plus une voiture va vite, plus son efficacité énergétique diminue. Selon Ressources naturelles Canada, la consommation d’essence à 120 km/h est 20 % plus élevée qu’à 100 km/h !

Rouler à plus de 120 km/h ne permet pourtant que de gagner une dizaine de minutes sur une distance de 100 km. Et ce gain de temps sera complètement effacé si vous vous faites arrêter pour avoir excédé la limite de vitesse…

Leçon 4 : être constant

Sur l’autoroute, la meilleure façon de réduire votre consommation d’essence est la constance. En maintenant toujours la même vitesse — idéalement avec un régulateur de vitesse —, vous éviterez une foule de petites accélérations, comme l’illustre bien la vidéo ci-dessous.

Leçon 5 : perdre du poids

Plus une voiture est chargée, plus il faut d’énergie pour la faire avancer. Si vous êtes du genre à traîner tout un bric-à-brac inutile dans le coffre de votre véhicule, peut-être qu’un petit ménage s’impose…

Ce conseil vaut également pour les porte-bagages et les supports à skis ou à vélos, qui, en plus d’augmenter le poids de votre voiture, réduisent grandement son aérodynamisme, et donc son efficacité énergétique. Lorsqu’ils sont vides, mieux vaut les retirer.

Leçon 6 : donner de l’espace

Sur la route, laissez toujours plusieurs secondes de distance entre vous et le véhicule qui vous précède. Si celui-ci ralentit, vous aurez ainsi amplement le temps de changer de voie en maintenant votre vitesse constante. Si vous le suivez de trop près, vous n’aurez pas d’autre choix que de freiner… ce qui nécessitera plus tard une accélération.

Leçon 7 : donner de l’air

Des pneus insuffisamment gonflés augmentent la résistance avec la route, et donc la consommation de carburant. Le MERN recommande de vérifier la pression des pneus une fois par mois à l’aide d’un manomètre. Vous pouvez vous en procurer un pour moins de 10 dollars.

Leçon 8 : garder en tête que ce qui monte redescend

Dans une pente, le MERN ne recommande pas de garder une vitesse constante, car cela nécessitera beaucoup d’énergie. Il est préférable d’essayer de maintenir le régime moteur. Vous perdrez de la vitesse, mais récupérerez naturellement celle-ci, sans devoir accélérer, au moment de redescendre.

Leçon 9 : apprivoiser le froid

En hiver, l’utilisation d’un chauffe-moteur quelques heures avant de partir peut réduire votre consommation d’essence de 15 % sur les trajets de moins de 20 km, selon une étude réalisée par CAA Québec. Sachez aussi qu’il ne sert à rien de démarrer sa voiture d’avance ; il suffit de laisser tourner le moteur 30 secondes pour que celui-ci soit prêt à affronter le froid efficacement !

Prêt pour le test ?

Voilà, l’écoconduite n’est pas plus compliquée que ça ! Comme pour tout changement de comportement, le véritable défi est surtout de l’appliquer de manière constante, sans abandonner.

Lors du projet-pilote du MERN, la motivation des participants a d’ailleurs grandement diminué après quelques mois. Il faut toutefois dire que ceux-ci étaient des employés d’entreprise, et qu’ils ne payaient donc pas l’essence de leur poche…

Si cela peut vous motiver davantage, sachez que les principes d’écoconduite peuvent aussi vous aider à réduire votre prime d’assurance automobile si votre programme ajuste le coût en fonction de votre conduite. Rouler lentement et éviter les accélérations soudaines et les freinages brusques sont en effet des comportements sécuritaires qu’aiment observer les assureurs.

Sur le même sujet