En avoir (un peu) plus pour son argent

Des services comme Rakuten, TopCashback ou Club Boomerang promettent des remises en argent sur vos achats en ligne. Est-ce que ça vaut la peine ?

Publié dans :
Bien dépenser
Consommation
vladwel / Getty Images / montage : L’actualité
Temps de lecture : 6 min.

Une remise en argent, c’est encore mieux qu’un coupon de réduction. Comme si, au moment de passer à la caisse pour payer une veste affichée à 60 $, le commis, tout sourire, vous tendait 3 $. Des plateformes vous offrent le même genre de remise en argent, mais sur vos achats en ligne. C’est gratuit et cela permet d’empocher des dollars sans aucun effort… à condition de ne pas vous laisser tenter par la publicité que vous pourriez recevoir.

Des entreprises comme la japonaise Rakuten (autrefois Ebates), la canadienne Great Canadian Rebates, la britannique TopCashback et la québécoise Club Boomerang fonctionnent essentiellement de la même façon : vous faites des achats sur le site Web des marchands participants — magasins de vêtements, d’électronique, de produits de beauté, etc. — et la plateforme que vous utilisez vous remet un certain pourcentage de la facture, avant taxes et frais de livraison, qui varie généralement entre 1 % et 11 %. Certains commerçants offrent des pourcentages encore plus élevés, mais c’est rare.

Vos remises en argent s’accumulent dans votre compte et vous pouvez les empocher lorsque vous avez atteint un certain montant — 5 $ dans le cas de Rakuten, 50 $ avec le Club Boomerang, par exemple. Ces remises ne vous empêchent pas de profiter des codes promotionnels, des rabais consentis par les marchands et des points que peut vous rapporter votre carte de crédit.

Pour être en vedette sur ces plateformes, les marchands leur versent une commission, qu’elles vous remettent en totalité ou en partie lorsque vous faites des achats. Un peu comme si vous empochiez une part du budget publicitaire de l’entreprise qui vous vend des souliers, du rouge à lèvres ou un ordinateur.

L’argent que vous pouvez toucher dépend donc des offres que vous choisissez, mais surtout du montant de vos factures. Plus il est élevé, plus la remise est appréciable… Évidemment, en échange de ces quelques dollars, vous acceptez aussi que l’entreprise récolte des informations sur vos habitudes d’achat.

Muni d’un budget d’environ 50 $, j’ai testé la plateforme de Rakuten.

Chasse aux remises

Tout ce dont Rakuten a besoin pour créer votre compte, c’est un nom et une adresse courriel. Vous voyez ensuite les marchands qui offrent des remises en argent et à quel pourcentage de vos achats elles correspondent. Ces pourcentages peuvent varier au fil des semaines.

Pour faire des achats, vous avez trois options. Si vous magasinez sur votre téléphone mobile, vous devez passer par l’application de Rakuten et sélectionner le marchand qui vous intéresse. Vous êtes alors redirigé vers le site du commerçant en question et votre remise en argent est automatiquement enregistrée lors de votre achat.

Si vous magasinez à partir d’un ordinateur, vous pouvez procéder de la même façon et trouver le marchand de votre choix sur le site Web de Rakuten. Dernière option, plus sophistiquée : installer une extension sur Chrome, Safari ou Firefox, qui ajoutera l’icône de Rakuten dans le haut de votre navigateur. Cette icône clignotera lorsque vous visiterez le site d’un marchand offrant une remise en argent. Il faudra alors cliquer sur l’icône pour en bénéficier. Le Club Boomerang, entre autres, propose le même outil.

J’ai installé l’extension et me suis rendu sur le site de La Baie, qui remettait à ce moment 5 %. J’ai déposé une ceinture et un chandail dans mon panier — le tout pour un peu plus de 50 $ —, puis je suis passé à la caisse. Au moment de cliquer sur « confirmer le paiement », aucune trace de ma remise en argent n’est apparue. 

Ce n’est qu’en retournant sur le site de Rakuten le lendemain que j’ai pu trouver mon dû : 2,81 $, soit 5 % du montant de ma facture avant taxes, plus les 5 $ offerts au moment de mon inscription à Rakuten, pour un total de 7,81 $.

La plateforme indique que les remises en argent sont généralement ajoutées à votre compte dans les 48 heures suivant votre transaction, mais que ce délai peut atteindre 30 jours dans le cas des magasins — dont les noms ne sont pas précisés — qui attendent la fin de la période de retour. Il est donc possible que vous ayez à faire preuve de patience.

Chez Rakuten, le versement des remises en argent se fait quatre fois par année (en février, mai, août et novembre), sous la forme d’un chèque envoyé par la poste, d’un dépôt direct dans un compte PayPal ou d’une carte-cadeau électronique Amazon. Avec le Club Boomerang, vous pouvez demander d’être payé à n’importe quel moment lorsque le solde minimum de 50 $ est atteint. Vous recevez alors un chèque par la poste.

Mon expérience avec Rakuten s’est bien terminée : j’ai reçu mon chèque par la poste à la date prévue. J’ai donc réussi à faire un peu d’argent (ou à économiser, selon comment on le voit) en achetant un chandail et un accessoire dont j’avais vraiment besoin. Cela dit, gare à la publicité : si vous ne décochez pas la case l’autorisant dans les paramètres de votre compte, on vous enverra au moins un courriel promotionnel par jour. 

Après tout, le but des entreprises qui vous offrent des remises en argent n’est pas de vous rendre plus riche… C’est de vous inciter à dépenser davantage. Selon un sondage auprès de 2 000 Américains publié en 2020, 74 % des répondants de la génération Z et 70 % des « milléniaux » disent qu’ils dépensent plus d’argent en ligne quand ils savent qu’ils recevront une remise de 5 %. Un peu plus de 8 Américains sur 10 affirment aussi qu’ils sont plus susceptibles de magasiner dans une boutique où ils ne sont pas allés depuis longtemps si elle leur propose une remise en argent. L’étude, réalisée par The Center for Generational Kinetics, un cabinet-conseil américain spécialisé dans l’étude des comportements des jeunes générations, a été commandée par… Dosh, une plateforme de remises en argent.

Le défi consiste donc à résister à la tentation de mettre la main sur cette tuque ou cette casserole que vous n’auriez pas songé à acheter avant de voir apparaître un message dans votre boîte de réception.

Ce texte vous a plu ? Recevez chaque samedi nos astuces pour faire de l’argent et économiser en vous inscrivant à l’infolettre Dollars et cents. Il suffit d’entrer votre courriel ci-dessous. 👇

Sur le même sujet