Faut-il emprunter pour cotiser à son REER ?

Dans certains cas, un petit emprunt pour atteindre son plafond de cotisation au REER peut se traduit par un important remboursement d’impôt.

iStockphoto.com

Comme de nombreux Canadiens, Laurie Stephenson n’a pas toujours suffisamment d’économies pour atteindre le plafond annuel de son REER. Mais cela ne l’a jamais empêchée de cotiser au maximum. Cette planificatrice financière agréée, associée de Stephenson Daigle Financial à Halifax, a souvent emprunté de l’argent pour pouvoir maximiser sa cotisation. Il y a quelques années, elle n’avait que 10 000 $ d’économies et a emprunté 10 000 $ pour le reste. Lorsqu’elle a reçu son remboursement d’impôt, elle a immédiatement réglé sa dette. « Généralement, c’est une bonne idée d’emprunter pour investir, pense-t-elle. Je l’ai fait pour moi et je le propose souvent à mes clients. » L’utilisation d’un levier financier comme l’emprunt n’a pas toujours été une solution avantageuse pour maximiser un REER, car les taux d’intérêt étaient trop élevés. Aujourd’hui, avec des taux plus bas, les emprunts sont beaucoup plus abordables. De nombreuses institutions financières offrent même des prêts pour les REER, dont le taux correspond au taux préférentiel, soit environ 3 %. Dans bien des cas, ce taux est suffisamment bas pour que le remboursement d’impôt couvre le prêt et les intérêts. Un des clients de Laurie Stephenson a investi 12 000 $ d’économies dans son REER et emprunté 8 000 $. Selon la planificatrice, il recevra suffisamment d’argent de l’impôt pour rembourser la banque. Le principal avantage de l’emprunt, c’est qu’il permet d’économiser davantage en vue de la retraite. « Il vous permet d’atteindre vos objectifs plus rapidement, car vous épargnez plus tôt », indique Laurie Stephenson. Cependant, il faut éviter de contracter un emprunt qu’on ne peut pas rembourser dans les deux ans, prévient-elle. Certains de ses clients ont emprunté de grosses sommes d’argent et ne se sont libérés de leurs dettes que cinq ans plus tard. C’est une erreur, selon elle, car le taux d’intérêt risque d’augmenter. On ne devrait pas avoir à payer ce type de prêt pendant plus de deux ans. Cette méthode fonctionne uniquement si vous vous servez de votre remboursement d’impôt pour payer votre emprunt dans sa totalité ou, du moins, en grande partie. L’un de ses clients, qui a utilisé son remboursement à d’autres fins, s’est retrouvé avec une dette importante qui n’était pas prévue dans son budget. Greg Habstritt, auteur de The RRSP Secret: Defend and Build Your Wealth with This Powerful Investment Strategy, ne partage pas les idées de Laurie Stephenson. Selon lui, les gens n’ont généralement pas assez de discipline pour rembourser leur dette. De plus, si le REER enregistre des pertes dans les mois suivants, ils devront rembourser un prêt qui ne vaut plus rien. « Emprunter est une très mauvaise idée, dit-il. On risque d’accroître les pertes potentielles. » Habituellement, l’un des plus grands avantages de l’emprunt comme levier d’investissement, c’est que l’intérêt est déductible d’impôt. Cependant, cela ne s’applique pas au prêt REER. Dans ce cas, le principal avantage, c’est que si le rendement augmente, vous serez plus riche que si vous n’aviez pas emprunté. Impossible, dans l’état actuel du marché, de prévoir les rendements, même si on a tendance à croire qu’à long terme un portefeuille finira par prendre de la valeur. Mais, selon Greg Habstritt, ce n’est pas toujours vrai. La crise financière, qui a anéanti nombre de portefeuilles, en a déjà fait la preuve. La décision d’emprunter dépend de l’investisseur et de la situation, nuance Laurie Stephenson. Elle ne suggère pas d’emprunter si vous prévoyez des dépenses importantes, comme les frais d’université de votre enfant, ou si vous n’avez pas assez de liquidités pour ajouter un nouveau paiement mensuel. Assurez-vous aussi d’être à l’aise avec l’utilisation d’un levier financier. Laurie Stephenson a remarqué que de nombreuses personnes oublient pourquoi elles ont emprunté. « Les gens ont la mémoire courte à ce sujet, dit-elle. Ils empruntent, puis ils se demandent pourquoi ils l’ont fait. » Cependant, pour les Canadiens disciplinés qui sont prêts à rembourser rapidement leur emprunt, ce dernier peut se révéler très profitable, d’autant plus que les taux d’intérêt sont peu élevés. « Les gens n’épargnent pas suffisamment, ajoute Laurie Stephenson. L’emprunt est une bonne façon de nous obliger à mettre de l’argent de côté. »

Les plus populaires