Les commandements du liquidateur

Pour le commun des mortels, se voir confier la tâche de liquidateur prend souvent des allures de parcours du combattant. Loin d’être facile, cette fonction, autrefois désignée par le terme « exécuteur testamentaire », demande rigueur, organisation, détermination et psychologie. Si vous acceptez cette mission complexe et importante, ce petit guide vous sera d’une aide précieuse.

1. Consultez des professionnels

Avant de commencer, il est crucial de consulter un professionnel tel qu’un notaire afin de vous faire expliquer clairement votre rôle et les multiples tâches qui en découlent. Au besoin, vous pourrez aussi faire appel à un comptable et à d’autres spécialistes pour mener à bien chaque étape de la liquidation. Le liquidateur est responsable de ses erreurs devant la loi. Il faut donc que vous vous assuriez de tout faire dans les règles de l’art afin d’éviter des problèmes qui pourraient coûter cher.

2. Dotez-vous d’une méthode de travail et documentez-la

La liquidation est une tâche nécessitant plusieurs mois de travail. Si vous l’acceptez, prenez le temps de bien organiser tous les dossiers et de documenter chaque étape en gardant un agenda mentionnant les démarches effectuées, des traces écrites et des pièces justificatives afin de ne rien oublier et d’être en mesure de répondre aux questions. Les tâches du liquidateur impliquent notamment de retrouver les héritiers, de fermer les comptes bancaires du défunt, de déclarer ses impôts et d’annuler ses cartes de crédit, de faire l’inventaire des biens et des dettes, de partager les biens entre les héritiers et de faire la reddition de comptes. Si la simple lecture de cette liste vous étourdit, sachez que vous avez parfaitement le droit de refuser d’être liquidateur. Vous pouvez également renoncer à votre charge à n’importe quelle étape de la succession. Le cas échéant, la succession devra nommer quelqu’un d’autre.

3. Gardez la tête froide

Il faut avoir les nerfs solides pour être liquidateur, car on peut être confronté à des tensions familiales liées au partage des biens, et le fait de dresser l’inventaire des objets personnels d’un proche peut éveiller des souvenirs. Un bon liquidateur évite de se laisser emporter par ses émotions, demeure objectif devant les conflits et ne succombe pas à la tentation d’un « power trip ».

4. Informez les héritiers de vos démarches

À chaque étape importante de la liquidation, il est pertinent de tenir les héritiers – parfois vos frères et soeurs – au courant des grandes lignes des démarches entreprises et de leur expliquer comment tout fonctionne afin de les rassurer sur l’avancement du processus, sans toutefois les submerger de détails techniques. La transparence est préférable au secret pour ménager les attentes et éviter les reproches, les déceptions et les mauvaises surprises.


Ce contenu a été produit par Mishmash Studio de marques. Les journalistes de L’actualité n’ont pas été impliqués dans la production de ce contenu.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés par l’équipe de L’actualité et approuvés seulement s’ils respectent les règles de la nétiquette en vigueur. Veuillez nous allouer du temps pour vérifier la validité de votre commentaire.

J aimerai savoir je suis marier civilement mon mari a un testament mais moi je suis pas descu est ce que j ai le doit a quelque chose si il décède merc

Répondre