Affaires et économie

Authentik Canada

Ma cabane au Canada, version 2.0.

Leaders de la croissance : Authentik Canada
Photo : Olivier Hanigan

Domaine d’activité : voyage.
Nombre d’employés en 2009 : 19 (+ 5 à temps partiel).
Siège social : Montréal.
Chiffre d’affaires : 6,8 millions.
Croissance 2004-2009 : 723 %.

Des routes infinies, des baleines bleues et des Québécois au drôle d’accent… Avec cette matière première, il était facile d’inciter les mordus de road trips à visiter le Canada. « Sans Internet, notre entreprise n’aurait jamais pu exister », affirme pourtant Simon Lemay, 36 ans, président d’Authentik Canada, agence de voyages qu’il a cofondée avec son associé, Jason Lehoux, 35 ans.

Lancée dans un appartement de Verdun en 2002, Authentik courtise les touristes au moyen d’un site Web accrocheur et d’un référencement optimal dans les moteurs de recherche. Ce modèle, alors inédit au Canada, a court-circuité les grossistes et agences de voyages à l’étranger, qui vendent souvent des itinéraires farfelus, du type Niagara-Gaspé en six jours. « On n’a toujours pas de concurrent. On présume que ça va venir », dit Simon Lemay.

Environ 7 000 voyageurs par an composent leur « numéro vert » (sans frais) pour se faire concocter un circuit nature sur mesure, par des « gens de la place », des employés d’Authentik qui connaissent les destinations. Ils découvrent ensuite à leur rythme la beauté sauvage du Québec, de l’Ontario ou de l’Ouest canadien.

Les Français forment 85 % de la clientèle et « tripent solide » sur la Gaspésie, les bus jaunes et la gentillesse de leurs cousins. Mais la francophonie mondiale, de la Belgique à l’île de la Réunion – à l’exception des Québécois, allez savoir ! -, est aussi séduite par l’authentique cabane en bois rond, le safari-photo à l’ours noir et le raid à « moto sur neige », entre autres.

Lauréate d’un prix Argent aux Grands Prix du tourisme québécois de 2010, Authentik prévoit faire sa meilleure année jusqu’ici. Malgré la débandade de l’euro, qui pourrait refroidir les Européens.

L’an dernier, l’agence a tenté de percer le marché britannique, mais a fait marche arrière, par manque de temps. « Notre marché francophone explose encore et gérer cette croissance demeure un défi », dit Simon Lemay. Reste que ces entrepreneurs surfent sur tous les possibles : avoir pignon sur rue en France, posséder leurs propres auberges et mettre au monde Authentik World…