Affaires et économie

Coopératives : l’autre façon de faire des affaires

Les coopératives sont une solution à la croissance des inégalités et aux ratés du capitalisme, croit Claude Béland, expert du mouvement coopératif international. Quand les affaires vont mal, tout le monde souffre. Mais quand ça va mieux, tout le monde en profite ! rappelle-t-il.

À la coopérative de travailleurs Loup rouge, Jean-Philippe Barbeau, Josée Fréche
Photo : Mathieu Rivard

La crise de 2008 a montré les limites et, surtout, les excès spéculatifs de la facette financière du capitalisme. Quatre ans plus tard, les réformes annoncées par de nombreux gouvernements sont demeurées timides, quand elles ne sont pas restées lettre morte. Car après tout, existe-t-il un modèle de rechange ?

Pour certains, le coopératisme, sans être l’unique solution, est une option qui permet de réconcilier l’économie avec l’homme. C’est en tout cas ce que croit Claude Béland, président du Mouvement Desjardins de 1987 à 2000. Toujours sollicité, à 80 ans, comme conférencier ou consultant, il siège à divers conseils d’administration et préside notamment le Mouvement démocratie et citoyenneté du Québec.

L’esprit coopératif, il le porte quasiment dans ses gènes. Son père, Benjamin Béland, a participé à la fondation de la caisse populaire d’Outremont, en 1944, où le fils a fait ses premiers pas comme caissier. Pendant toute sa carrière, Claude Béland a contribué de multiples façons à la promotion et à la défense du modèle coopératif. Non seulement au Québec, où il s’est associé à la plupart des grands débats publics des dernières décennies, mais aussi à l’étranger, entre autres comme administrateur de l’Alliance coopérative internationale et président de l’Association internationale des banques coopératives.

On a souvent tendance à réduire le coopératisme au succès d’Alphonse Desjardins. Pourtant, selon le ministère québécois du Développement économique, il y avait 2 840 coopératives non financières au Québec au 31 décembre 2011.

En cette Année internationale des coopératives, au cours de laquelle un sommet se tiendra à Québec du 8 au 11 octobre, on ne saurait parler du coopératisme, de sa place et de son avenir sans faire le point avec Claude Béland.

L’actualité l’a rencontré à Montréal. Voici l’essentiel de ses réflexions.

***

Dans votre esprit, qu’est-ce qui dis­tingue le coopératisme du capitalisme ?

Les entreprises proprement capi­talistes sont des associations de capitaux, tandis que les coopéra­tives sont des associations de per­sonnes. L’objectif n’est pas du tout le même. Le but des entreprises capitalistes est de faire de l’argent. On y place des capitaux et on invite des investisseurs, qui ne sont pas nécessairement des clients de l’entreprise, à mettre aussi de l’argent dans l’aventure. Dans le coo­pératisme, ce sont des gens qui se réunissent parce qu’ils veulent se donner tel ou tel service ou afin d’être propriétaires de leur entreprise. La motivation est complète­ment différente. Dans le premier cas, la priorité est d’avoir du pouvoir et de faire des profits. Dans le second cas, c’est de se donner des services ou du travail dans les meilleures conditions possible.

L’éthique est différente ?

Tout à fait. Je ne dis pas que toutes les entreprises capitalistes n’ont que la cupidité en tête. Il y en a d’excellentes, mais de moins en moins. L’autre grande différence, c’est la règle des quatre P. Le premier P, c’est la propriété. Une entreprise à capital-actions appar­tient aux détenteurs d’actions. La coopérative est collective, indivise. Elle appartient à tout le monde et à personne à la fois. Le deuxième P, c’est la participation. On peut être actionnaire d’une banque sans en être client. Dans une coopérative, il faut être client. On va aux assemblées géné­rales et on peut être élu au con­seil d’administration. Les clients, ou membres, participent aux décisions. Le troisième P, c’est le partage. Dans les entreprises à capital-actions, le profit est redistribué aux actionnaires sous forme de dividendes en proportion du capital investi. Dans le cas des coopératives, on parle de trop-perçu. Les membres disent : « On a fait trop d’argent, alors on va le remettre. Quelqu’un a emprunté, mais a payé trop d’inté­rêts, alors il a droit à une ristourne. » Une partie du trop-perçu reste toutefois dans les coffres, sous forme de réserve. Enfin, le quatrième P est le patrimoine. C’est le plus important. Une coopérative est inaliénable. Elle ne peut être vendue. Quel­qu’un pourrait acheter presque toutes les parts sociales de la coopérative, il n’en serait pas pour autant propriétaire, parce qu’une personne n’a droit qu’à un vote. Une entreprise est volatile. Il suffit d’une offre publique d’achat et, oups ! elle change de mains.

Dans l’économie nord-américaine, ou même occidentale, le coopératisme ne peut-il être qu’un phénomène marginal qui survit aux côtés du capitalisme ?

Pas du tout. Il prend sa force dans le développement local. La ville basque de Mondragón, en Espagne, repose presque essentiellement sur le modèle coopératif. Il y a surtout des coopératives de travail. Je crois que le chiffre d’affaires global est de l’ordre de 40 milliards de dollars. En Suède, le commerce du lait appartient à une coopérative d’ampleur internationale.

Au début des années 1990, lors­que j’étais président du Mouvement Desjardins, on a fait une émis­sion de titres de créance d’un milliard de dollars. Au Canada, ça n’intéressait personne d’en ache­ter, mais aux États-Unis, on a appelé des courtiers et on a vendu notre milliard en 20 minutes. Ils étaient rassurés du fait que nous avions plus de cinq millions de membres et un réseau de 1 300 caisses.

Le Mouvement Desjardins a connu une croissance considérable, mais on a le sentiment que les autres coopératives sont lilliputiennes. Comment se fait-il qu’il n’y en ait pas plus que cela ?

Dans le secteur agricole, le système coopératif fonctionne très bien. Il y a La Coop fédérée ainsi qu’Agropur, qui regroupe notamment les laiteries Natrel et Québon. La production agricole est majoritairement entre les mains de coopératives. Il y a une forte croissance du côté des coopératives de santé ; on en dénombre déjà une quarantaine. Et il y a 27 coops de services funéraires. L’invasion des entreprises américaines qui rachetaient tous les salons funéraires a ainsi été freinée.

Le coopératisme peut-il être une solution de rechange au capitalisme ?

Certainement ! Au moins pour équi­librer les choses. La crise de 2008 a été la goutte qui a fait déborder le vase. Le système capi­taliste ne fonctionne plus. On est revenu presque au temps de la féo­dalité. La force du Québec a tou­jours été d’avoir une économie plurielle : il y a des entreprises à capital-actions, des coopératives qui sont assez fortes et des sociétés d’État, comme Hydro-Québec et la Caisse de dépôt et placement. Pour le Québec, c’est un modèle fort utile. Nous pouvons ainsi garder des « noyaux durs » dans notre économie. Si nos grandes sociétés agricoles n’étaient pas des coopératives, ça ferait longtemps qu’elles auraient été achetées. Le Mouvement Desjardins aussi, une banque l’aurait acquis.

Vous parlez de retour à la féodalité. Dans quel sens ?

Je donne un exemple. Les employés d’une entreprise reçoivent un communiqué de la direction disant : « Ce fut une année difficile, on ne peut augmenter les salaires que de 1,5 %. » Mais à l’assemblée annuelle des actionnaires, ils apprennent que le patron a eu une augmentation de 60 %. Je comprends que les gens descendent dans la rue !

Le libéralisme était autrefois, avant les années 1980, tempéré par les valeurs judéo-chrétiennes. Il y avait une éthique. Mon père était un homme d’affaires, mais sa plus grande gloire, c’était de créer des emplois. Aujourd’hui, c’est l’inverse : les profits passent avant les emplois. C’est pour cela que je crois qu’il y a un très grand avenir pour les coopératives de travailleurs. Les syndicats ont perdu une grande partie de leur contrepouvoir avec les déloca­lisations. Lorsqu’ils songent à faire la grève, on les menace de déménager les usines au Mexique ou en Thaï­lande. J’agis comme consultant pour le Réseau de la coopération du travail du Québec, qui regroupe actuellement 150 coops. Les coopératives de travailleurs sont une des voies d’avenir pour le coopératisme, j’en suis convaincu.

Qu’en est-il dans des secteurs où c’est plus difficile, comme la foresterie ?

Il y a Boisaco, au Saguenay, qui fête ses 25 ans cette année. L’ancien propriétaire, Abitibi-Price, avait décidé que l’entreprise n’était pas assez rentable. Les employés l’ont rachetée et, depuis ce temps-là, elle s’en tire bien. Elle a traversé la crise du bois et emploie toujours 750 personnes.

Quelle a été la recette ?

Le directeur général m’a dit : « Il faut que tout le monde travaille, parce qu’ainsi le village fonctionne. » Lorsqu’il réunissait les gens en assemblée pour leur annoncer que les commandes n’entraient pas en grand nombre, la décision était prise de réduire tous les salaires. Il ne disait pas : « Je mets 20 % du monde dehors. » Ce n’est pas du tout la même men­talité que dans une entreprise à capital-actions. Je reviens à l’asso­ciation de personnes : tout le monde est égal, tout le monde souffre en même temps. Mais quand ça va mieux, tout le monde en profite. Alors, on ne donne pas une augmentation de 60 % au patron et de 1 % aux employés. C’est une économie sociale, qui est au service de la société.

La recherche du profit dans le capitalisme oblige à innover, à être plus rapide que le compé­titeur. Comment le coopéra­tisme peut-il répondre à cela ? Ne sera-t-il pas toujours à la traîne en matière de recherche et développement ?

Je vais prendre l’exemple de Desjardins. On a été très innovateurs : on a été les premiers à avoir des guichets automatiques. On était prêts à prendre le risque, alors que, souvent, l’investisseur mise sur le court terme ; il veut du rendement tout de suite. Le problème qu’on a eu avec les guichets chez Desjardins, c’est qu’après avoir fait des essais à Trois-Rivières, on n’était pas capables de fournir à la demande. Tout le monde voulait des guichets ! [Rire] On a aussi innové dans Internet et on a été les premiers à avoir le réseau intercaisses.

Page suivante >>

LE MOUVEMENT COOPÉRATIF DANS LE MONDE EN QUELQUES CHIFFRES :

1 milliard
Nombre estimé de personnes membres d’une coopérative dans la centaine de pays où il en existe.

100 millions
Emplois fournis par les coopératives de toute nature à l’échelle de la planète.

1 100 milliards de dollars américains
Revenus totaux estimés des 300 plus grandes coopératives du monde. Cette somme équivaut à la 10e économie de la planète, l’Espagne.

30 000
Nombre de coopératives aux États-Unis, cœur du capitalisme mondial. Elles procurent environ deux millions d’emplois aux travailleurs américains.

9 000
Nombre de coopératives au Canada. Elles fournissent du travail à 155 000 personnes.

1 563 529 230 923 dollars américains
Plus de 1 500 milliards de dollars. C’est la valeur totale des actifs, en 2011, des 51 013 institutions financières coopératives actives dans 100 pays. Avec ses 196 milliards de dollars d’actifs et ses 5,6 millions de membres, le Mouvement Desjardins est l’une des plus importantes coopératives financières du monde.

Vous avez évoqué la crise de 2008, qui a fait la preuve, selon vous, que le capitalisme ne fonctionne plus. Pourtant, on n’a pas le sentiment que le coopératisme prend davantage de place, ici comme ailleurs.

Ce sont les gens qui font que c’est différent. Depuis des décennies, depuis l’économiste Milton Friedman, depuis la première ministre Margaret Thatcher, on dit que la richesse est au cœur de tout. Mais on ne parvient pas à la partager. Il y a des patrons qui ne sont pas gênés de gagner 150 ou 200 fois ce que gagnent leurs employés. Ça ne peut plus durer comme cela ! Mais vous avez raison, cette dynamique-là est encore très forte. Même le président américain, Barack Obama, n’est pas capable de mettre au pas les grands dirigeants d’entreprise.

Qu’est-ce qu’il faudrait ?

On a parlé du printemps arabe. On a parlé du printemps québécois. Je sens, grâce à l’Année internationale des coopératives, que les gens, et les jeunes en particulier, sont plus conscients que vivre en société, ça ne peut pas se faire en exploitant les plus faibles. Les populations vont changer cela. Pas les gouvernements. Le changement vient toujours du peuple. Des Walmart qui traitent mal leurs employés, on boycotte cela.

Dans des cas comme la fermeture d’Aveos, je ne comprends pas qu’il n’y ait pas de révolution. Plus de 2 000 employés à qui on dit : « On ferme, on n’a pas d’argent pour vous payer. » Mais à l’assemblée de Gestion ACE Aviation, l’ancien propriétaire d’Air Canada et d’Aveos, on apprend que les actionnaires vont se partager 300 millions de dollars. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas de révolte ? Je ne le sais pas. Les gens sont patients.

Qu’attendez-vous du sommet de cet automne ?

C’est une grande démarche de communication. Il faut voir que le mouvement coopératif est très fort aussi ailleurs. En Europe, en Amérique du Sud. Là-bas, les coopératives sont très présentes.

Pensez-vous que le développement du coopératisme soit lié à un problème de notoriété ?

Les grands médias présentent le coopératisme comme un pis-aller fait pour ceux qui n’ont pas réussi et qui se donnent un semblant d’entreprise. Quand j’écris des lettres à des journaux et que je parle de sujets comme la crise financière, ça va. Mais si je parle de coopération, ça ne les intéresse pas. J’ai fait un texte sur l’Année internationale des coopératives ; ça ne les intéresse pas.

Le grand défi est de faire connaître le coopératisme comme projet de société. Parce que le capitalisme nous mène à des crises tous les six ou sept ans. Les écarts entre les riches et les pauvres sont épouvantables. On va en sens contraire de toutes les déclarations qui ont été adoptées sur la liberté et les droits de la personne. À quoi sert la grande déclaration de 1948 des Nations unies, qui affirme que tout le monde est égal ? Dans la réalité, nous avons un système économique qui nous mène exactement dans la voie inverse.

OUVRAGES À CONSULTER

  • Le triomphe de la cupidité, par Joseph Stiglitz, Prix Nobel d’économie, vice-président et chef économiste démissionnaire de la Banque mondiale, Les liens qui libèrent, 2010.
  • Les nouveaux maîtres du monde, par Jean Ziegler, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Fayard, 2002.
  • 23 Things They Don’t Tell You About Capitalism, par Ha-Joon Chang, professeur d’économie à l’Université Cambridge, Bloomsbury Press, 2010.
  • Winner-Take-All Politics: How Washington Made the Rich Richer – And Turned Its Back on the Middle Class, par Jacob S. Hacker, professeur de science politique à l’Université Yale, et Paul Pierson, professeur de science politique à l’Université de Californie à Berkeley, Simon & Schuster, 2010.
  • Le monde n’a plus de temps à perdre: Appel pour une gouvernance mondiale solidaire et responsable, par huit auteurs membres du Collegium international, Les liens qui libèrent, 2012.
  • Plaidoyer pour une économie solidaire, par Claude Béland, Médiaspaul, 2009.
  • Et du même auteur, à paraître chez Fides, un nouvel ouvrage sur le coopératisme moderne dans le monde et au Québec.