Affaires et économie

Le GPS de vos prélèvements sanguins

Du cabinet de médecin d’un CLSC aux laboratoires qui analysent les prélèvements sanguins, Technidata suit à la trace vos prélèvements. 

Photo: Owen Franken
Photo: Owen Franken

Jamais les conditions n’ont été si favorables à Technidata, un éditeur de logiciel français installé au Québec depuis 1996, qui développe des solutions informatiques pour les laboratoires et les centres de ressources biologiques.

Non seulement le ministère de la Santé et des Services sociaux déploie le Dossier Santé du Québec, qui reliera à un même réseau informatique les centres hospitaliers, les cliniques et les pharmaciens, mais il veut moderniser le fonctionnement des laboratoires québécois afin de les rendre plus efficaces. Le traitement des informations liées aux neuf millions de prélèvements sanguins effectués dans la centaine d’établissements dotés de laboratoires de biologie médicale devient un enjeu majeur.

Du cabinet de médecin d’un CLSC aux laboratoires qui analysent les prélèvements sanguins, Technidata suit à la trace vos prélèvements. En temps réel, son logiciel collecte, enregistre et transfère les données recueillies entre les établissements de santé.

Une étiquette informatisée, apposée à chaque échantillon, comprend les éléments nécessaires à l’analyse du prélèvement: nom et prénom, numéro d’identification du patient, date et heure du prélèvement et la description des analyses requises.

«Vous êtes dans un CLSC et le médecin indique à votre dossier que vous devez passer des tests de sang. À partir de ce moment, d’un établissement à l’autre, notre technologie suivra vos prélèvements jusqu’à ce qu’un diagnostic soit rendu et intégré à votre dossier personnel», explique Jacquelin Paré, vice-président et directeur général de Technidata Canada.

«80% des décisions d’un hôpital sont prises à partir des résultats de laboratoire», dit-il. La performance du système est cruciale. «Si ça ne fonctionne pas, je vous assure qu’un directeur d’un centre hospitalier n’hésitera pas à me téléphoner, peu importe le jour ou l’heure!»

Le bureau de Montréal assure le développement de la multinationale pour l’ensemble des Amériques. Elle compte 55 clients dans le reste du Canada et une quinzaine de clients aux États-Unis, principalement des cliniques privées. L’entreprise a déjà entamé des démarches au Brésil et en Argentine.

À lui seul, le Brésil représente un marché de 200 millions de personnes, soit plus de 25 fois celui du Québec. «40% du marché relève du secteur privé qui détient beaucoup d’argent», dit-il. Les grands consortiums brésiliens doivent assurer la gestion de 10 à 15 établissements à la fois et peu d’entreprises détiendraient l’expertise pour de tels réseaux.

Parallèlement, Technidata se positionne sur un secteur d’avenir prometteur: la génétique. Son module TD-Genet est tout particulièrement destiné aux laboratoires de cytogénétique, de génétique moléculaire et de génétique clinique. Le système permet de structurer l’information individuelle et familiale recueillie afin de permettre une meilleure compréhension de l’historique génétique d’une famille.