Affaires et économie

Ça va encore mieux, patron !

Un communiqué émis par l’École d’entrepreneurship de Beauce vient confirmer une intuition : celle que les jeunes entrepreneurs sont de plus en plus nombreux à se soucier d’équilibre travail-famille pour combattre le stress et éviter de se rendre jusqu’à l’épuisement.

Il y a quelques mois, je signais ma première chronique dans le magazine L’actualité.

«Ça va, patron ?», publiée en octobre 2013, portait sur l’épuisement professionnel chez les entrepreneurs, un mal méconnu et tabou.

J’y relatais notamment la dépression vécue par le fondateur d’une entreprise du secteur des technologies, Jason Tryphon, dont l’histoire avait fait la une du magazine PROFIT.

J’y parlais aussi de l’expérience de mon conjoint, qui, heureusement, a su tirer la sonnette d’alarme aux premiers signes d’épuisement.

Me basant sur mes nombreuses rencontres avec de jeunes entrepreneurs, j’avais le sentiment que ceux-ci étaient de plus en plus nombreux à se soucier d’équilibre travail-famille pour combattre le stress et éviter de se rendre jusqu’à l’épuisement.

Un communiqué émis par l’École d’entrepreneurship de Beauce vient confirmer cette intuition. L’établissement, qui prône d’ailleurs chez ses élèves-entrepreneurs l’importance d’avoir une vie saine et équilibrée, dresse son bilan après avoir formé trois cohortes d’entrepreneurs depuis son ouverture en 2010.

On y lit que :

…à la suite de leur formation, les finissants ont affirmé avoir retiré des bénéfices autant dans leur vie professionnelle que personnelle. Dans la recherche d’une meilleure conciliation travail/famille, les entrepreneurs-athlètes consacrent en moyenne 6 heures de plus par semaine à leurs proches et 5 de moins au travail, le tout en obtenant de meilleurs résultats d’affaires.

Je répète : le tout en obtenant de meilleurs résultats d’affaires…

À noter que, toujours selon l’École, les 66 entrepreneurs qui ont participé à cette formation ont augmenté leur chiffre d’affaires de 2,6 millions en moyenne. Ils ont multiplié leur réseau d’affaires par 28, ont créé ensemble 478 nouveaux emplois et généré des retombées de plus de 125 millions de dollars dans l’économie québécoise.

Qui a dit qu’il fallait sacrifier la croissance pour un meilleur bien-être ? Eh bien, ces chiffres démontrent bien qu’au contraire, celui-ci en est la clé!