Affaires et économieSports

Quel avenir pour le sport ?

L’industrie de l’équipement sportif s’adapte à la vague du fitness qui déferle sur les pays occidentaux, au détriment des sports d’équipe (comme le soccer et le basketball).

Photo : Getty Images
Photo : Getty Images

Si l’entraînement physique, que certains appellent fitness, et les sports d’équipe disputaient un concours de popularité, le premier l’emporterait haut la main. C’est du moins ce que révèlent deux rapports de l’industrie de l’équipement sportif.

La Sports & Fitness Industry Association (SFIA) affirme qu’en Amérique du Nord, les plus populaires sports d’équipe, comme le baseball, le basketball, le football et le soccer, ont souffert d’un déclin de participation de 3 % à 5 % en 2012. Quant aux classes de mise en forme offertes dans les centres de conditionnement physique, elles attirent de plus en plus de sportifs.

Même son de cloche du côté de la National Sporting Goods Association (NSGA), qui représente l’industrie des articles de sport aux États-Unis. L’association indique que le nombre de personnes pratiquant l’entraînement physique a augmenté de 5 % en moyenne. En 2012, la danse aérobique et le yoga ont, par exemple, tous deux vu leur nombre d’adeptes croître de 6 %.

Cette tendance a déjà commencé à profiter à certaines entreprises. Après Lululemon, Reebok mise sur le regain de popularité du fitness. La marque s’est entre autres alliée avec la populaire gamme Les Mills, ces séances d’entraînement (Body Pump, Body Combat et Body Balance) offertes dans les gymnases. Auparavant, Reebok s’était aussi associée à des entraînements plus intenses : CrossFit et la course à obstacles Spartan Race, plus populaires que jamais.

La course et le jogging ne sont pas en reste. Euromonitor International souligne que cette tendance ne démord pas depuis la dernière récession, qui a poussé les consommateurs à opter pour des activités moins coûteuses à pratiquer.

Cet engouement pour les sports en solo serait tout aussi observable de l’autre côté de l’Atlantique. Exit le cricket : au Royaume-Uni, la nage compte le plus grand nombre d’amateurs, suivie par l’athlétisme, le cyclisme et le football, soutient Sport England, un organisme britannique voué à la promotion de l’activité physique.

Le marché féminin semble également favorable aux fabricants d’articles de sport. Toujours selon le rapport produit par la NSGA, les femmes sont plus nombreuses à pratiquer 40 des 47 sports répertoriés. Seulement 11 sports comptent plus d’adeptes masculins.