Affaires et économie

Les entrepreneurs immigrants à la rescousse de l’économie canadienne

La santé de l’économie dépend de cette capacité qu’ont les entrepreneurs à ouvrir de nouveaux marchés et à sortir des sentiers battus. Mais selon une récente étude, il semblerait que ceux qui ont le plus de succès dans cette voie sont les entrepreneurs d’ici qui… arrivent tout juste d’ailleurs !

186682514-portrait-of-man-standing-in-office-gettyimages
Photo : Getty Images

C’est connu, les entreprises québécoises et canadiennes n’exportent pas assez. Et dans un marché aussi petit que celui du Québec ou du Canada, les exportations sont non seulement importantes, mais cruciales pour maintenir le niveau de vie des citoyens.
Blogue Economie

Bref, la santé de l’économie canadienne dépend de cette capacité qu’ont les entrepreneurs à ouvrir de nouveaux marchés et à sortir des sentiers battus.

Il semblerait que ceux qui ont le plus de succès dans cette voie sont les entrepreneurs d’ici qui arrivent tout juste d’ailleurs !

En effet, une récente étude du Conference Board montre que ce sont les immigrants entrepreneurs qui branchent le plus le Canada au reste de la planète, grâce à leurs échanges plus nombreux avec des pays autres que les États-Unis.

L’étude Selling Beyond the U.S. : Do Recent Immigrants Advance Canada’s Export Agenda ?, menée par Horatio Morgan et Sui Sui, de l’Université Ryerson, a comparé les activités internationales dans plus de 15 000 petites et moyennes entreprises (PME).

Il en ressort que les PME qui sont détenues par des actionnaires arrivés au Canada depuis moins de cinq ans était beaucoup plus actives sur les marchés mondiaux que les entreprises appartenant à des propriétaires qui ne sont pas issus de l’immigration récente.

Dans les faits, 12 % des entreprises dirigées par des immigrants exportent des produits et des services ailleurs qu’aux États-Unis, contre 7 % pour les entreprises qui appartiennent à des non-immigrants.

L’étude montre aussi que ces entrepreneurs ont souvent moins d’expérience, gèrent de plus petites sociétés et ont des revenus moindres. Toutefois, ils sont avantagés par leur réseau de contacts à l’étranger, de même que par leur connaissance des différentes cultures et de plusieurs langues.

* * *

À propos de Kathy Noël

Kathy Noël est journaliste, chroniqueuse et blogueuse à L’actualité. Journaliste économique depuis près de 15 ans, elle a auparavant travaillé au journal Les Affaires et au magazine Commerce, où elle a occupé le poste de rédactrice en chef adjointe de 2002 à 2009. On peut la suivre sur Twitter : @kathy_noel.