Le CV – Louis Roy
Affaires et économie

Le CV – Louis Roy

Nommé entrepreneur de l’année au Canada, le président d’Optel veut éliminer la contrefaçon de médicaments et améliorer la sécurité alimentaire grâce à l’intelligence artificielle.

1965

Naît à Québec d’un père agronome et d’une mère enseignante.

1976

Passe deux ans en Tunisie, où son père travaille pour l’Agence canadienne de développement international.

« Ça m’a ouvert l’esprit, montré qu’il était possible de vivre différemment. »

1979

Manque une année d’école à cause d’une maladie. Pendant sa convalescence, il réfléchit aux iniquités sociales et décide qu’il va « changer le monde ».

1989

Décroche son baccalauréat en génie électrique et fonde Optel à Québec. Il finance l’entreprise avec les prêts et bourses de sa maîtrise en génie optique.

« Je n’avais aucune idée de ce que ferait Optel, à part que ça combinerait l’optique, l’électronique et l’informatique. »

1992

Optel signe son premier contrat d’envergure : la création d’un système de contrôle de la qualité dans une usine d’eau embouteillée.

2009

Reçoit une offre d’achat pour Optel.

« J’aurais touché huit millions. J’ai dit non, car ce n’était pas assez d’argent pour avoir une influence dans le monde. »

2013

Les États-Unis obligent les sociétés pharmaceutiques à améliorer la traçabilité des médicaments, une expertise d’Optel. La croissance de l’entreprise explose.

2014

Ouverture d’un bureau en Irlande, un pays souvent utilisé dans les structures d’optimisation fiscale.

« C’était pour mieux desservir l’Europe. Je suis fier de payer des impôts. »

2017

Nommé « Entrepreneur de l’année » au Canada par le cabinet comptable EY. Le dernier Québécois à avoir remporté ce prix est Guy Laliberté, en 2006.

2018

Copréside SCALE AI, un consortium qui investira un milliard de dollars pour intégrer l’intelligence artificielle aux chaînes d’approvisionnement.

« Nous pourrons suivre un aliment de la graine à l’estomac, éliminer la contrefaçon de médicaments, diminuer les pertes. »