Qu'avons-nous appris depuis 10 ans ?
Affaires et économieChronique de Pierre Fortin

Qu’avons-nous appris depuis 10 ans ?

De 2008 à 2018, le Québec s’est démarqué de l’Ontario et des États-Unis en matière d’emploi. Et il y a trois leçons à tirer de cette performance.

Peu de Québécois savent que, de 2008 à 2018, leur province a surclassé ses partenaires économiques en matière d’emploi. À la lecture du graphique ci-dessous, il faut pourtant se rendre à l’évidence. Au cours de la profonde récession de 2008-2009, puis de la lente reprise économique qui a suivi, de 2010 à 2018, le comportement de l’emploi a été bien meilleur au Québec qu’en Ontario et aux États-Unis.

Aux États-Unis, la récession de 2008-2009 — la « Grande Récession », comme on l’appelle — a résulté de l’éclatement de l’énorme bulle immobilière qui s’était formée de 2002 à 2006 et de la panique financière allumée par la faillite de la société Lehman Brothers, en septembre 2008. La construction domiciliaire et l’investissement des entreprises ont plongé dans l’abîme. Comme l’indique le graphique, le taux d’emploi américain a perdu cinq points. Naturellement, le Canada a subi le contrecoup de la récession américaine. Mais avec un meilleur encadrement réglementaire de ses institutions financières, il a pu éviter le pire. Son taux d’emploi a baissé lui aussi, mais deux fois moins qu’aux États-Unis.

Par la suite, le retour au plein emploi a été lent et ardu. Aux États-Unis et en Ontario, il a fallu attendre jusqu’au milieu de 2017 pour que le taux d’emploi retrouve son sommet d’avant 2008. C’est que les banques centrales — la Réserve fédérale américaine et la Banque du Canada — ont été prises de court. Elles n’ont pu abaisser les taux d’intérêt autant qu’il aurait fallu pour sortir l’économie de la récession, parce que ceux-ci étaient déjà tout près de zéro et ne pouvaient donc descendre plus bas. Les autorités budgétaires fédérales auraient dû appuyer les banques centrales plus fermement qu’elles ne l’ont fait, par exemple en mettant les bouchées doubles dans les investissements en infrastructures. Malheureusement, le Sénat et le Congrès républicains aux États-Unis et le gouvernement conservateur au Canada sont restés enfermés dans l’idéologie du déficit zéro, plutôt que d’épauler leur banque centrale de façon pragmatique, comme le recommandait le Fonds monétaire international.

Le graphique révèle enfin que, de 2008 à 2018, la performance du Québec dans le domaine de l’emploi a été exceptionnelle. Au départ, la récession a fait diminuer son taux d’emploi deux fois moins qu’en Ontario et trois fois moins qu’aux États-Unis. Le Québec était moins dépendant de l’économie américaine que l’Ontario. Il a aussi bénéficié du plan d’infrastructures lancé par la ministre Monique Jérôme-Forget en 2007 et des déficits budgétaires temporaires qu’elle et son successeur, Raymond Bachand, ont eu l’intelligence d’absorber dans le contexte.

La progression du taux d’emploi du Québec a été remarquable. Avant 1990, il retardait de 10 points sur celui de l’Ontario. Le graphique montre qu’il a fini par rattraper le taux ontarien en 2010, puis qu’il a continué sa course ascendante pour le devancer nettement en 2018. D’une part, les Québécois — les hommes et les femmes, mais surtout les femmes — sont plus nombreux que les Ontariens à vouloir travailler. D’autre part, le taux de chômage est maintenant aussi faible au Québec qu’en Ontario. Tout simplement, la révolution éducative des années 1960 et la politique familiale des années 1990 et 2000 (garderies à bon marché, congés parentaux étendus) ont donné des résultats.

Nous avons appris trois choses depuis 10 ans. La première est que notre économie est vulnérable à des récessions « systémiques » inattendues. Le temps des récessions « stratégiques » provoquées délibérément pour combattre l’inflation (1981-1982, 1990-1992) semble révolu, mais des perturbations majeures du système économique sont encore possibles. Une bulle immobilière, un nouveau dérapage des institutions financières américaines, une panique financière dans les pays émergents ou une autre attaque protectionniste de nos « amis » américains peuvent survenir n’importe quand.

La deuxième chose est que nous ne pourrons sortir prestement d’une nouvelle récession que si nos ministres des Finances acceptent de joindre leurs forces à notre banque centrale pour soutenir l’économie dans un contexte de faibles taux d’intérêt. La troisième est que les changements structurels profonds qui ont modifié l’activité et le chômage depuis 20 ans au Québec ne sont pas passagers. La scolarisation accrue des nouvelles générations (à poursuivre !) et notre politique familiale facilitatrice vont continuer, dans l’avenir, d’atténuer les effets néfastes des récessions sur l’économie et l’emploi.