Cessons de dénigrer nos réussites
Affaires et économieChronique de Pierre Fortin

Cessons de dénigrer nos réussites

Nos CPE sont donnés en exemple partout dans le monde. Nos cégeps favorisent la scolarisation postsecondaire. Télé-Québec est le plus grand réseau de télévision éducative et culturelle au Canada. Pourtant, il y en a toujours pour critiquer ces innovations issues du domaine public. 

Nos dirigeants politiques répètent que le Québec doit devenir « un État axé sur l’innovation ». C’est bien, mais il y a un problème : on paraît souvent incapable de concevoir que des innovations puissent à l’occasion éclore et être des succès dans le secteur public. Certaines de nos plus grandes réussites, comme les CPE, les cégeps ou Télé-Québec, continuent d’être dénigrées à répétition, malgré les preuves réitérées de leur capacité de promouvoir le bien commun, et ce, à faible coût.

D’abord, les CPE. En 2015, le gouvernement Couillard n’a pas hésité à punir les jeunes parents contribuables qui utilisent les garderies éducatives à tarif modique. Il a augmenté leur contribution, tout d’un coup, de 40 %. La somme exigée est passée en moyenne de 1 800 dollars à 2 500 dollars par année par enfant. Pourtant, on donne partout dans le monde nos CPE en exemple. Les revues de psychologie, de psychiatrie et de médecine louangent leur effet favorable sur le développement des enfants. La Banque du Canada, le Fonds monétaire international et l’Organisation de coopération et de développement économiques soulignent leur aide au taux d’activité et à l’autonomie financière des jeunes femmes. Les CPE parviennent même à s’autofinancer avec les revenus fiscaux supplémentaires qu’ils permettent aux gouvernements d’encaisser.

Ensuite, les cégeps. En 2014, la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec a proposé de les abolir. Pourtant, il est bien établi que nos cégeps constituent depuis 50 ans de solides accélérateurs de la scolarisation des jeunes au niveau postsecondaire. Heureusement, cette fois, le premier ministre Philippe Couillard s’est interposé. Il a décrit à juste titre les cégeps comme des acteurs socioéconomiques majeurs, qui sont là pour de bon. Les cégeps l’ont encore échappé belle.

Enfin, Télé-Québec. En octobre dernier, l’Orchestre Métropolitain, sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, a offert un grand concert symphonique pour fêter le 50e anniversaire de la création de Télé-Québec, aujourd’hui le plus grand réseau de télévision éducative et culturelle au Canada. Dans le livre hommage de Danielle Stanton publié à cette occasion aux Éditions La Presse, le chef Nézet-Séguin affirmait que « Télé-Québec a été (et est toujours) un pôle de rassemblement de la société québécoise, un trait d’union culturel, un miroir dans lequel on se découvre et on se reconnaît […], au point d’en faire parfois un élément constitutif de son identité personnelle ». Pourtant, lors d’une rencontre au ministère des Finances du Québec à laquelle je participais il y a quelque temps, un grand conseiller économique a suggéré à brûle-pourpoint : « Télé-Québec ? Faut farmer ça, stie ! »

Qui a raison : le chef Nézet-Séguin ou le grand conseiller ? Chacun a droit à son opinion, bien sûr, mais en fin de compte, ce sont les faits qui doivent trancher.

Or, d’une part, les Québécois aiment Télé-Québec. Sa portée hebdomadaire en fait foi. En 2017-2018, 49 % des francophones ont regardé Télé-Québec chaque semaine. Ce pourcentage d’écoute grimpe à 60 % parmi les 7 à 11 ans et à 68 % chez les tout-petits. Avec 280 000 enfants de 2 à 6 ans qui regardent Télé-Québec chaque semaine, le réseau est notre principal foyer d’éducation préscolaire hors CPE. Bien que, depuis cinq ans, la prolifération des plateformes numériques ait fait diminuer l’écoute de la télévision traditionnelle par les enfants québécois, Télé-Québec a évolué à contre-courant : elle a  augmenté sa capacité d’attraction. Les enfants de 2 à 11 ans l’ont regardée une demi-heure de plus par semaine en 2018 qu’en 2013. La qualité du réseau lui a valu 33 prix Gémeaux en septembre dernier.

D’autre part, côté coûts, les petits moyens de Télé-Québec font des miracles. Grâce à une réorganisation continuelle du travail et aux améliorations technologiques, le réseau parvient à produire de plus en plus d’heures de première diffusion et de rediffusion par dollar dépensé (en salaires, équipement et autres charges). La « productivité » de Télé-Québec ainsi mesurée et pondérée selon la norme de l’industrie a progressé de 3 % par année de 2006-2007 à 2016-2017. C’est un rythme de croissance six fois plus rapide que celui de la moyenne de toute l’économie du Québec au cours de la même période.

Que le grand conseiller aille se faire cuire un œuf. Allez, bon Ciné-Cadeau, tout le monde !