Des courtiers immobiliers bien encadrés
Affaires et économieDe notre partenaire

Des courtiers immobiliers bien encadrés

Au Québec, plus de 80 000 transactions immobilières sont menées chaque année par des courtiers, des professionnels aux compétences souvent méconnues.

DE NOTRE PARTENAIRE

En 2010, le gouvernement provincial a mandaté l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) pour encadrer la pratique des courtiers immobiliers et hypothécaires, et ce, dans le but d’assurer la protection du public. Responsable d’appliquer la Loi sur le courtage immobilier, qui détermine les conditions d’exercice des courtiers et vous protège lorsque vous effectuez une transaction immobilière par leur intermédiaire, l’OACIQ veille à leur formation et à l’obtention de leur permis de pratique.

N’est pas courtier qui veut !

Bien des efforts et des compétences se cachent derrière le titre de courtier immobilier ou hypothécaire.

1. Une formation de base exigeante

Après avoir suivi une formation de base obligatoire reconnue par l’OACIQ, d’une durée moyenne de 500 heures, l’aspirant courtier immobilier doit réussir un examen d’entrée d’environ 6 heures, puis faire la demande de délivrance d’un permis d’exercice de courtage. « Ce permis constitue, en quelque sorte, le sceau d’approbation de l’OACIQ, qui vient certifier que le courtier est compétent et apte à mener à bien votre transaction », explique Nadine Lindsay, présidente et chef de la direction de l’OACIQ.

2. Une formation continue obligatoire

Une fois le permis de courtage obtenu, encore faut-il le conserver. Tout au long de leur carrière, les courtiers doivent suivre une formation continue obligatoire afin de maintenir leurs connaissances et de les mettre à jour. Vous pouvez accéder à la liste des formations suivies par un courtier en consultant le Registre des titulaires de permis, accessible sur le site de l’OACIQ.

3. Une loi qui protège le public

Pour protéger le public, l’OACIQ s’assure que les courtiers respectent leur code de déontologie et la Loi sur le courtage immobilier. Pour ce faire, des mécanismes de protection ont été mis en place, par exemple le comité de discipline. L’OACIQ procède aussi à des inspections annuelles sur le terrain, qui permettent entre autres de vérifier si les courtiers utilisent adéquatement les formulaires de courtage obligatoires créés par l’OACIQ.

 

71 % des consommateurs québécois

croient bénéficier, ou ne savent pas s’ils bénéficient, des protections offertes par la Loi sur le courtage immobilier lorsqu’ils font affaire avec des entreprises d’assistance (vente sans courtier) qui, elles, ne sont pas encadrées par l’OACIQ. Source : Synopsis, 2017

 

Les courtiers immobiliers et hypothécaires ont des obligations envers vous, comme :

  • prendre les moyens pour vous informer adéquatement sur les faits pertinents à la transaction ;
  • veiller à vos intérêts et protéger vos droits relatifs à la transaction, et informer les parties de tout facteur pouvant nuire à celle-ci ;
  • assurer la tenue des dossiers et registres pour garder des traces et permettre un suivi ;
  • préserver la confidentialité de vos renseignements personnels. (www.oaciq.com)