Immigration : accélérer ou ralentir ?
Affaires et économieChronique de Pierre Fortin

Immigration : accélérer ou ralentir ?

« Le gouvernement aura une obligation stricte de résultats en matière de réponse aux besoins des entreprises en personnel et d’intégration économique, sociale et culturelle des immigrants. »

En 2016, le Conseil consultatif en matière de croissance économique (comité Barton) a proposé une augmentation de 50 % des quotas généraux d’immigration au Canada. Il voulait voir passer les admissions annuelles de 300 000 à 450 000 en cinq ans. Au Québec, une telle hausse aurait porté les admissions de 50 000 à 75 000 par année. Les membres du comité ont cru sincèrement qu’une telle accélération aiderait à combattre le vieillissement et à résoudre les pénuries de main-d’œuvre. Malheureusement, ils ont triplement erré.