7 clés pour comprendre la guerre Apple-Samsung

Apple a gagné vendredi dernier une importante bataille juridique contre Samsung. Le géant coréen devra verser 1 milliard de dollars à Apple pour avoir copié certains de ses brevets de design et d’interface. Le juge qui a présidé au procès décidera le 6 décembre si 8 appareils de Samsung seront interdits de vente aux États-Unis.

Qu’est-ce qui se cache derrière ce procès et ce jugement?

1. Le design d’un produit est une innovation en soi

C’est l’idée majeure qui se dégage du verdict. On associait spontanément l’innovation aux capacités techniques d’un produit; le jury californien énonce clairement que la forme et les fonctionnalités d’un objet peuvent être protégées par un brevet.

Samsung a tourné le verdict en dérision en disant qu’on venait de reconnaître à Apple « un monopole sur le rectangle avec des angles arrondis », mais ce précédent juridique aura un impact sur les procès en cours dans plusieurs pays sur ces mêmes sujets.

2. Samsung et Apple sont les meilleurs ennemis

Oui, les deux géants de l’électronique sont à couteaux tirés et se livrent une guerre impitoyable sur le marché planétaire pour vendre des téléphones intelligents et des tablettes numériques.

Ceci dit, Samsung fournit de son propre aveu 25 % des composantes du iPhone et du iPad et Apple est le principal client de Samsung. Les deux ont développé une relation très symbiotique : Samsung est la grande puissance technologique et Apple le meilleur designer et concepteur de produits électroniques.

Apple est une firme de design, de logiciels et de marketing. Les écrans de ses téléphones et tablettes sont faits par LG avec un verre tactile de Corning, l’assemblage par Hon Tai Precision (Foxconn), les lentilles pour photos de Largan Precision et la puce A5, au coeur de ses récents appareils, est fabriquée par… Samsung, au Texas.

3. On n’a pas idée de la force de Samsung

Si Apple est la société électronique la plus rentable et domine quant à la valeur en bourse, le géant coréen est le numéro 1 en termes de revenus, en plus d’être immensément rentable. L’amende de 1 milliard de dollars ne représente que 8 % des profits de l’entreprise en 2011.

Samsung est en train de déloger les Japonais dans les téléviseurs et elle a accaparé une grande part du marché des appareils mobiles. Presque le quart de ses 220 000 employés travaillent en recherche et développement. Depuis cinq ans, Samsung consacre 11 % de ses ventes annuelles à la R&D. C’est énorme et ça paraît.

D’ici la fin de la décennie, Samsung investira 21 milliards de dollars dans les panneaux solaires, les batteries rechargeables pour véhicules hybrides, en technologie LED, en bio-pharmaceutique et en équipement médical. Nommez un secteur de pointe et vous verrez le géant coréen.

4. Des procès pour mieux négocier

Apple et Samsung ont tenté de régler leurs différends, mais sans succès. On voit pourquoi les discussions ont échoué : la firme de technologie butait à reconnaître le mérite des prétentions de la firme de design. Comment mettre un prix sur la forme et le style d’un objet ? Comment évaluer le look d’une interface en espèces sonnantes et trébuchantes ?

Pour le meilleur ou pour le pire, le jugement californien a reconnu un principe et a mis un prix sur la table.

5. Viser Samsung pour tuer Google

C’est Google et son système d’exploitation Android qui exaspère Apple. Steve Jobs était furieux quand Google, qu’il voyait comme un allié, a produit un logiciel d’exploitation concurrent au iPhone. Mais comment intenter un procès contre une compagnie qui ne vend pas son système et qui n’en retire que des revenus indirects, malgré une part de marché de 60 % ? Les avocats d’Apple ont préféré s’en prendre aux fabricants qui utilisent Android et qui en tirent des revenus.

En fait, HTC, LG et autres utilisateurs d’Android sont visés par ce jugement. En effet, Apple a fait reconnaître sa propriété intellectuelle sur des fonctionnalités essentielles des nouveaux téléphones intelligents. Ainsi, on a reconnu le brevet de Apple aur l’action de tapoter une image pour l’aggrandir et celui qui permet de pincer une image pour l’aggrandir ou la rétrécir.  Nous sommes ici dans la base même du fonctionnement d’un appareil tactile.

6. Une interdiction ne fera pas mal à Samsung

Le juge a reporté au 6 décembre, plutôt qu’au 20 septembre, son jugement quant à l’interdiction de la vente de 8 appareils de Samsung touchés par le jugement. Cela ne nuit pas au sommeil des dirigeants de Samsung : ces appareils ne représentent que 10 % des ventes de téléphones intelligents de l’entreprise.

Contrairement à Apple, Samsung n’a pas la religion de l’appareil unique et elle a plein d’autres modèles à offrir. De plus, ces derniers jours, on rapporte que les ventes des appareils menacés sont en hausse, car les gens veulent s’en procurer un au cas où…

7. Une chance pour RIM et pour Microsoft

Google devra se distinguer davantage pour que ses clients ne soient pas accusés de copier Apple. Les efforts de RIM et de Microsoft (Window 8), dont les plateformes ne ressemblent absolument pas à celle d’Apple, pourraient avoir un peu d’oxygène et s’imposer. Qui sait ? Samsung a dévoilé mercredi à Berlin le Ativ S, le premier appareil utilisant le nouveau système d’exploitation mobile de Microsoft.

Apple pourrait finalement être le grand perdant de l’opération. Confortée par les tribunaux, assise sur ses milliards et contrôlant une bonne partie du marché, elle pourrait se montrer complaisante et arrogante.

Rien n’est plus dommageable et dangereux en affaires.

 

 

Laisser un commentaire

Très intéressant!

Quelle saga passionnante que cette lutte entre ces géants.

Et le plus beau que que tout ça débouche sur des innovations de plus en plus intéressantes pour les consommateurs.

Le capitalisme à son meilleur!

Le succès de Samsung est liée à la structure de l’économie coréenne qui quoique dans l’économie de marché repose sur un ensemble de groupes privés qui sont autant de conglomérats d’origine familiale (maintenant scindés en Holdings). Lesquels forment un complexe industriel considérable, un nombre limité d’entreprises contrôlées (environ 600), orientées depuis plusieurs décennies essentiellement sur la diversification et l’exportation, cette croissance est encore en progression puisque encore récemment 13ième économie mondiale, la Corée du sud vient de gagner une place. D’autre part, l’État coréen considéré comme arbitre, joue un rôle important sur les orientations de l’activité économique.

Probablement ce qui donne une certaine familiarité entre Apple et Samsung, c’est une recherche commune de parvenir à la perfection, ce qui a permis à de telles entreprises un dépassement hors du commun.

Apple n’est pas seulement un créateur de concept et un expert en design, c’est également un intégrateur prodigieux en matières d’innovations, il est bien normal qu’un voit d’abord la beauté et le caractère ludique des machines, si ce n’est que c’est aussi beaucoup matière grise agglomérée, qui quoique pratiquement invisible est apportée par ses concepteurs en sorte que tout fonctionne en apparence plutôt facilement. Les systèmes d’exploitations en grande partie conçus par Steve Jobs ont surtout eu comme qualité d’être stables et d’être plus efficace pour permettre à plusieurs interfaces de communiquer ensembles. Ce qui en TI (technologies de l’Information) est assez fondamental. C’est cette stabilité avec sa relative simplicité d’utilisation qui avec le design est encore le signe distinctif de la marque quoique sur ce créneau elle ne soit plus seule.

C’est aussi pourquoi, cette compagnie poursuit et consolide son développement sur les logiciels et toutes sortes d’applications, car la réussite de toutes ces technologies reste encore fortement dépendante du contenu et des intégrations ; que pratiquement du seul contenant.

– Usuellement, le plus intéressant, n’est-ce pas la forme du flacon mais plutôt la qualité du nectar qui s’y trouve à l’intérieur ?