Al Gore, Prix Nobel

Al Gore est devenu un symbole de la lutte au réchauffement climatique. Le prix Nobel de la paix qui lui a été octroyé ce matin lui donnera une dimension encore plus formidable.

L’ancien vice-président américain mérite cet honneur. Sa croisade contre le réchauffement climatique a donné une crédibilité et une portée nouvelle au mouvement environnemental. La science du réchauffement climatique est aujourd’hui universellement reconnue.

Sa nouvelle stature fera de lui une icône. J’espère qu’Al Gore, sans renier ses principes, fera preuve de jugement et de modération sur les conditions de passage d’une économie dopée aux carburants fossiles à une économie qui cause moins de dommages à la planète.

Al Gore doit devenir un sage en n’abusant pas de son nouveau titre pour condamner tout projet de développement. L’humanité gagne à être plus propre, mais pas à être plus pauvre.

(Plusieurs textes sur le choix d’Al Gore dans ma revue de presse)

Les commentaires sont fermés.

Je pense qu’Al Gore a de la suite dans les idées, cela fait longtemps qu’il s’intéresse aux questions environnementales. En ce sens il mérite des félicitations.

Je ne sais pas s’il mérite le Nobel de la « Paix », mais je pense qu’il méritait une reconnaissance pour ses efforts consacrés à la diffusion de l’importance des problèmes environnementaux. Et en ce sens il vient d’obtenir cette reconnaissance.

Je me suis demandé pourquoi il a reçu le Prix Nobel de la « paix » et voici mes réflexions, quel était le rapport entre climat et paix et j’ai compris qu’il y avait 2 liens, soit celui entre climat , paix et santé, puis celui du célèbre Rapport Brundtland (« Our common future » qui a 20 ans cette année)

En premier lieu il faut savoir que le Prix Nobel de la Paix est le seul prix nobel qui n’est pas accordé par l’Académie de Stockholm (Suède). Le Prix Nobel de la Paix est accordé par un jury désigné par le « parlement de Norvège » .

Il faut aussi se rappeler que Madame Gro Harlem Brundtland, a été la première femme premier ministre de Norvège, Elle a par la suite présidé une Commission de l’ONU qui a publié en 1987, un rapport très célèbre intitulé « Our Common Future », rapport qui est plus ou moins à l’origine de la notion de développement durable.

Par la suite Mme Brundtland (en l’honneur de qui partout dans le monde il y a des écoles Brundtland, dites écoles vertes) a dirigé durant plusieurs années l’Organisation Mondiale de la Santé (et a constaté les liens entre problème climatiques et sécheresse et famines et maladies, etc…)

Mme Brundtland est une incontournable en Norvège et cette année pour fêter les 20 ans du Rapport Brundtland de l’ONU, le jury norvégien a choisi de récompenser Gore et une organisation qui ont oeuvré dans le sens d’une meilleure connaissance de la problématique du développement durable et des changements climatiques. Deux organisations qui d’une certaine manière ont poursuivi le travail remarquable de Gro Harlem Brundtland et de la Norvège (petit pays de 4 millions d’habitants seulement, mais qui a trouvé le moyen de faire sa marque sur la planète)

Celà est assez risible qu’Al Gore est obtenu le prix Nobel de la paix pour son pseudo combat pour l’écologie quand on sait que cet homme alors qu’il était vice-président de Clinton n’a jamais rien fait contre le réchauffement climatique dans son propre pays. Quelle hypocrisie ! Prêt à tout quand il n’a pas le pouvoir et à rien quand il l’a eu.