Bank of Canada

Depuis la naissance du Canada, il y a eu cinq gouverneurs généraux francophones et trois premiers ministres. Il y a eu des Québécois francophones aux Affaires étrangères, aux Finances et dans tous les ministères importants. Je ne connais pas de société de la couronne qui n’a pas eu un francophone à sa tête, sauf une. Depuis sa création en 1935, la Banque du Canada a toujours été dirigée par un anglophone.

Je ne conteste absolument pas le choix de Mark Carney qui succèdera à David Dodge le 1er février prochain. Il semble bien préparé malgré son jeune âge (42 ans) pour ce rôle clé.

La banque centrale ne sert pas seulement à émettre des billets de banque et des pièces de monnaie, c’est elle qui veille à ce que l’inflation soit contenue. Elle dispose en ce sens d’instruments extrêmement puissants (taux d’intérêts, masse monétaire) qui ont un impact majeur sur l’économie canadienne. Depuis une quinzaine d’années, la banque centrale a réussi du joli travail : l’inflation reste basse et il n’y a pas eu de récession.

Bonne chance donc à Mark Carney et espérons que celui qui lui succèdera, le neuvième gouverneur, soit un francophone.

P.S. En faisant ma recherche ce matin, j’ai appris que le premier postier de la Nouvelle-France était un immigré! Il s’agissait de Pedro da Silva qui acheminait, en 1693, le courrier de Québec à Montréal.

Laisser un commentaire

J’ai eu la même réflexion hier: réservé aux seuls WASP. J’espère qu’il est plus rigolo à écouter que le Dodge.

Dans la série on est pauvre, on est petit, on est miséreux et c’est la faute au modèle québécois, le chomage est tombé à 6,9% au Québec. A peine 0,7% de plus que la richissisme Ontario.

PS: Le lobby, qui ne se gêne jamais pour cracher sur les Québécois, vous dirait que c’est parce que lui il savait lire…

Très bon texte dans Le Devoir d’à matin sur l’immigration
http://www.ledevoir.com/2007/10/05/159451.html

IL est effectivement plus facile à une pauvre Noire des Antilles de devenir chez d’État du Canada, qu’à un « nègre blanc d’Amérique » de devenir boss de la Banque du Canada. Je pense que le plus haut qu’un Québécois a atteint c’est numéro 2 (Bernard Bonin?)

Idem pour les grandes banques. Vs en connaissez un qui est devenu boss de la BMO? De la Royale? La Scotia? La TD?

Fallait entendre hier le pauvre Derome (ce qu’il est endormant à écouter) être impressionné par le diplome de Carney. Imaginez: il est allé à Havard où il a eu un bacc en administration. Pas une maitrise comme Boisclair, un ti-bacc!

Pendant que Pedro da Silva livrait le courier, ou peu après, le grand dramaturge brésilien António José da Silva, né en 1705 à Rio de Janeiro, était brûlé en octobre 1739 à Lisbonne. C’était le beau temps de l’inquisition. Il serait intéressant de connaitre les origines de Pedro da Silva. Il est fort plausible qu’il était un juif en fuite du Portugal, ou un maranne.

Je connais peu l’élite financière canadienne et québécoise. Qui au Québec aurait eu un CV susceptible de rendre sa candidature intéressante pour le poste ?

Et quel genre de qualification ça prend pour diriger la Banque du Canada ?

Le cv du Carney; il travaillait chez Goldman Sachs et n’a que 42 ans. Aujourd’hui y’a plein de Québécois qui travaillent chez les courtiers. Y’a en à la TD qui est très bon et dont j’oublie de nom.

« M. Carney se joindra à la Banque du Canada le 1er novembre 2007 à titre de conseiller du gouverneur, poste qu’il occupera jusqu’à ce qu’il entame son mandat de gouverneur.

Né à Fort Smith, dans les Territoires du Nord-Ouest, M. Carney a obtenu un baccalauréat en économique de l’Université Harvard en 1988. Il a poursuivi ses études à l’Université d’Oxford, qui lui a décerné une maîtrise et un doctorat en économique en 1993 et en 1995, respectivement.

Avant d’intégrer la fonction publique, M. Carney a travaillé treize ans chez Goldman Sachs, dont il a notamment été nommé directeur général. Il a été sous-gouverneur de la Banque du Canada d’août 2003 jusqu’à sa nomination à titre de sous-ministre délégué principal des Finances en novembre 2004. Outre ses responsabilités nationales au ministère des Finances, il a assumé les fonctions de représentant du Canada auprès du G7, du G20 et du Forum sur la stabilité financière

Exactement le type de post qui va outrer M. Noël, qui va évidemment mettre de côté le fait que le Québec a été sur-représenté au poste le plus important de permier ministre, pour se concentrer sur le reste.

Il me semble qu’il n’y a pas eu beaucoup d’anglophones à des postes importants au gouvernement du Québec ?

Encore la tite politique fédéraliste.

« … le Québec a été sur-représenté au poste le plus important de permier ministre… » (MB)

C’est M. MB qui met des faits côté, pour nous concentrer sur autre chose que ces même faits.

Le fait est que quand il y a une convention pour choisir le chef du parti Libéral ou Conservateur, les anglophones canadiens sont majoritaires.

Donc ce sont encore les canadiens anglophones qui choisissent.

C’est ça que M. MB en bon fédéraliste traditionnel voulait nous empêcher de voir.

« Il me semble qu’il n’y a pas eu beaucoup d’anglophones à des postes importants au gouvernement du Québec ? » (MB)

Il vous semble, vous avez l’impression que, y parait que, j’ai entendu dire… etc.

Pourquoi ne vérifiez-vous pas? Savez pas comment chercher sur Internet?

Du vent…

Chose certaine, on ne peut pas dire que M. Carney n’est pas qualifié pour ce poste ! Un CV remarquable !

Et j’ajouterais au commentaire de M. Fleurent que les anglos choisissent toujours un Québécois qui va faire la sale job, qu’eux n’aiment pas faire.

Quant aux anglophones absent dans la fonction publique et au gouvernement, ils n’ont qu’a s’y présenter. Ce qu’il ne font pas et nous savons pourquoi.

MB, vous vous êtes tiré dans le pied.

Lessons To Be Learned…Barbara Streisand

@mb

Les premiers ministres du Québec qui sont devenus pm du Canada ont été ÉLUS! Élus justement pour garder le Québec à sa place.
Les gouverneurs de la Banque du Canada sont CHOISIS par le ministre des finances. Le choix se fait parmi la clique de WASP.
Idem à la cour suprême où on nomme les petits amis du ministre de la Justice. Trois des quatre dernières nominations étaient des juifs. Le fait que le ministre de la Justice, qui les a nommés, était aussi un juif est un pur hasard.

Il y a toujours eu des ministres anglophones dans le gouvernement du Québec, sauf sous le PQ, pis encore Lévesque en avait trouvé un (Dean). Idem pour les ethnies by the way.

Il y a peu d’anglos dans la Fonction publique québécoise pour deux raisons: très peu d’Anglos parlent français couramment, très peu veulent venir vivre à Québec.

PS: Ca fait des décennies que je suis le débat sur la question nationale au Québec. Je n’ai jamais, et je dis bien jamais, rencontré un seul fédéraliste intelligent, articulé, capable de défendre son point de vue de façon rationnelle. Tout ce que j’ai vu c’est une bande d’Elvis Gratton qui ont peur de perdre leur tchèque de pensions et leurs Rocheuses.

Donc selon jacques noël les juifs sont des WASP…

C’est à cause des gens comme vous que je suis fédéraliste. Des gens qui veulent se séparer non pas pour construire quelque chose mais pour détruire quelque chose: non merci.

Les gens comme jacques noel c’est de l’or en barre pour les fédéralistes.

Les hauts postes de la fonction publique fédérale sont réservés aux anglos et cela me fait penser à certains clubs de golf qui refusaient l’accès aux femmes ! mysoginie ? racisme ?
André Laurendeau a déja dit, en substance: «dans les compagnies canadiennes importantes, quand le poste de président est vacant et qu’il a neuf VP anglophones et un seul VP francophone, le seul qui est certain de ne pas être choisi c’est le francophone …

Dans Le Devoir d’hier, Pierre Brunet, président du conseil d’administration de la Caisse de dépôt et placement du Québec et de Montréal International, dit:

1) « Entre 1996 et 2005, le Québec n’a retenu que le tiers des immigrants d’affaires qu’il avait reçus. C’est très peu»,
(alors qu’on a retenu presque tous les réfugiés qu’on a accueilli, paupérisant des quartiers entiers de Montréal)

2) On a 3% des eaux douces du monde et on boit de l’Évian.

http://www.ledevoir.com/2007/10/06/159681.html

Difficile d’en rajouter. Ce sont deux thèmes que je martèle depuis des années.

Carney est le 7e Gouverneur de la Banque du Canada. Parmi ses six prédécesseurs on retrouve des hommes nés au Québec (2), en Angleterre (1), au Manitoba (1) en Saskatchewan (1) et en Ontario (1). Selon le site web de la Banque, deux francophones siègent sur le Conseil : Gilles Lepage de Caraquet au Nouveau Brunswick et Jean-Guy Desjardins de Montréal. On pourrait aussi bien dire qu’il est temps qu’une femme soit Gouverneur de la Banque du Canada – peut-être une francophone!

Mais qu’adviendrait-il si un ou une francophone du Québec était Gouverneur de la Banque du Canada? Combien de temps faudrait-il à Gérald Larose et autres nationalistes québécois avant qu’ils ne se mettent à miner la réputation du Gouverneur et par ricochet celle de la Banque et de la politique monétaire du Canada ? Cette personne deviendrait rapidement l’objet des attaques habituelles des nationalistes québécois : le French Canadian de service, le pion à la solde des Canadians, le traître à la nation. Toutes les décisions d’un Gouverneur francophone du Québec deviendraient un enjeu politique plutôt qu’économique. C’est le sort que ces Québécois réservent à tous les francophones qui sont des hauts fonctionnaires au fédéral. Les Québécois passent leur message haut et clair depuis plus de quinze ans : les francophones du Québec ne sont pas intéressés à gouverner le Canada – alors pourquoi seraient-ils intéressés quand il s’agit de la gouvernance de la Banque du Canada ?

Peut-être que Gilles Lepage de Caraquet au Nouveau Brunswick ferait un bon Gouverneur.

« C’est à cause des gens comme vous que je suis fédéraliste. » Gagnon

C’est donc ça un fédéraliste mou.

Pas de conviction, mais de la frustration…

Ça fait pas un fédéralisme convaincant ni fort, fort…

@D.Gagnon

Cette remarque sur le fond étant faite, pemettez que l’on souligne le fait que vous ne nuisez pas à la cause nationaliste, au contraire…

On doit admettre que vous êtes un actif pour la cause.

Comme vous dites à l’occasion, vous n’êtes pas un zéro-sum check. Merci.

Depuis le temps.

M. Gagnon a trouvé son idéal, il vient enfin de se trouver une raison d’être fédéraliste.

De plus, sa raison correspond idéalement au critère du post-scriptum du commentaire no 12 de M. Jacques Noël.

Fécilitation!

C’est fascinant de voir combien il est facile de faire fâcher les séparatistes: il suffit de dire la vérité.

Si M. Noel est «intelligent, articulé et rationnel», j’imagine que tout le monde possède ces trois qualités.

Blamer la terre entière et surtout les méchants anglophones pour ses problèmes, choisir dans l’actualité ce qui fait son affaire, quelle intelligence, quelle rationalité.

M. Fleurent: les anglos sont vraiment méchants, ils élisent des Québécois pour diriger leur pays !

M. Perron: les ministres, le président de la SAQ, de la SGF et autres sont choisis et non élus par le bon peuple.

@ Raymond Campagna:

Mon fédéralisme est sûrement plus fort que le nationalisme et le séparatisme basé uniquement sur des revendication revanchardes et le désir de détruire au lieu de construire.

Toujours et encore la tite politique fédéraliste.

Je ne suis pas fâché moi M. MB, ce n’est pas bon pour la pression artérielle. À lire le commentaire de M. MB c’est plutôt lui qui est fâché. Même pas capable de s’expliquer avec compréhension.

J’ai simplement relaté pour préciser ce que M. MB a écrit, c’est-à-dire le fait que les anglos choisissent les chefs de parti. Le meilleur exemple est Dion.

M. Fleurent: les anglos sont vraiment méchants, ils élisent des Québécois pour diriger leur pays ! » (MB) Remarquez qu’il dit leurs pays, comme si c’était celui d’un autre. Ça fait un peu souverainiste, non?

À vrai dire on ne sait pas ce qu’il défend quand il dit que les anglos sont des méchants.

Si M. Noël est «intelligent, articulé et rationnel», j’imagine que tout le monde possède ces trois qualités. » (MB)
Ça chu pas sûr par exemple.
« Blamer la terre entière et surtout les méchants anglophones pour ses problèmes, choisir dans l’actualité ce qui fait son affaire, quelle intelligence, quelle rationalité. »(MB)

C’est ce que j’appellerais de la projection.

J’imagine qu’il sera très difficile pour les lecteurs de trouver ce qu’il y a de très rationnel dans son commentaire no 20

Un autre qui correspond idéalement au critère classique du post-scriptum du commentaire no 12 de M. Jacques Noël.

« Mon fédéralisme est sûrement plus fort que le nationalisme et le séparatisme …»(Gagnon)

Son père doit être plus fort que celui de M. Campagna aussi.

« …basé uniquement sur des revendication revanchardes et le désir de détruire au lieu de construire. » (Gagnon)

Pourtant il est évident que les séparatistes veulent construire un pays, ils n’arrêtent pas de le dire et M. Gagnon lui met tous son énergie à démolir les nationalistes et les souverainistes.

On dirait encore de la projection.

PS les Souverainistes et les nationalistes ce n’est pas la même chose.

Les séparatistes comme vous ne veulent rien construire.

Tout ce qu’ils veulent c’est se définir en s’opposant aux « méchants anglais ». Des gens qui se définissent par la négative…

Ça fait pas un pays bien fort…

à Gagnon

«revendications revanchardes» le même discour que dans les années soixante. On veux se donner un pays et les fédé. nous parlent de revendications revanchardes. « Allo Houston, we have a problem. »

à MB

«Les présidents de la SAQ et SGF sont choisis par les gouvernement» Vous avez un gouvernement fédéraliste présentement à Québec. Pourquoi ce gouvernement ne choisit pas d’anglos? Est bonne, hein, ma question.

Au suivant…Brel

« Des gens qui se définissent par la négative… »(David Gagnon)

Devinez qui est toujours contre tout et contre tous ici et qui se se définit le plus par la négative?

On dirait encore de la projection.

Pas très bon pour construire un pays.

à Gagnon

« Stie », on veux construire un pays. C’est-ti assez gros comme contrat ça. Construire un pays. C’est pas rien. Pis on a des éteignoirs comme vous qui êtes négatif comme c’est pas possible. Vite un miroir.

Le temps perdu…Claude Gauthier

« Ça fait pas un pays bien fort… » (M. Gagnon) Commentaire no 24.

M. Gagnon parle certainement du Canada.

Pauvre Canada…