Bientôt des vols transatlantiques à 300 $?

Un transporteur aérien à bas tarifs, Norwegian Air Shuttle, voudrait être le premier au monde à offrir des vols transatlantiques réguliers à petit prix.

Un transporteur aérien à bas tarifs, Norwegian Air Shuttle, voudrait être le premier au monde à offrir des vols transatlantiques réguliers à petit prix, rapporte Bloomberg Businessweek.

Pour y arriver, son p.-d.-g. Bjørn Kjos mise gros sur le Boeing 787 Dreamliner, l’appareil long-courrier le plus économe qui soit en carburant – il consomme 20 % de moins que les appareils réguliers – et sur le futur Airbus 350, son concurrent.

Car si le modèle d’affaires des transporteurs à bas tarifs fonctionne bien sur des vols de courte distance, il n’en va pas de même sur les long-courriers, précisément en raison du coût du carburant, toujours élevé et soumis, au surplus, aux fluctuations du marché. À ce jour, les tentatives pour offrir de telles liaisons sur de longues distances ont toutes échoué. Mais ce n’est peut-être que partie remise, indique Reuters.

Ainsi Air Asia X, qui a abandonné ses vols budgets entre Kuala Lumpur et l’Europe avec de vieux Airbus trop gourmands, compte revenir à la charge en 2015, dès qu’elle aura reçu ses A350. De son côté, le transporteur à rabais de Singapore Airlines, Scoot, prévoit se procurer 20 Boeing 787 Dreamliner et lancer des liaisons à rabais dès l’an prochain.

Pour l’heure, les nombreux cafouillages qui minent le Dreamliner retardent la mise en oeuvre de ces projets, y compris ceux de Norwegian Air Shuttle. Mais dès que les déboires de l’avion-phare de Boeing seront chose du passé – et que l’A350 entrera en service -, on peut s’attendre à un plus grand choix de vols à rabais, un peu partout sur la planète. Une histoire à suivre…

Pour me suivre sur Twitter, c’est par ici.

Laisser un commentaire

Mon premier vol transatlantique il y a 40 ans m’avait couté 300 piasses. Sans taxes…
Aujourd’hui, l’orgie de taxes qu’on ajoute sur les billets est ridicule.
Vous vous rendez compte? En 1973, y’avait pas une cenne de taxes sur les billets d’avion