Boire à la santé des Québécois !

En 2010, les Québécois ont versé en 822 millions de dollars en à des oeuvres philanthropiques et de charité. C’est beaucoup, mais c’est très peu en proportion des 8,2 milliards de dollars donnés à ces mêmes fins dans l’ensemble du Canada. Selon Statistique Canada, les Ontariens ont été quatre fois plus généreux que les Québécois.

Au moment où le trésor de l’État est à sec, les dons privés comblent une partie du financement des universités, musées et hôpitaux.

Cet argent est nécessaire et contribue à l’amélioration de la qualité de vie de tous les citoyens.

Voici un exemple que je trouve particulièrement intéressant. Chaque année depuis 11 ans, les amateurs et collectionneurs de vins réputés et rares se réunissent au début novembre pour l’événement Montréal Passion Vin. On y invite les propriétaires de certains des plus extraordinaires vignobles au monde qui nous présentent certains de leurs plus beaux millésimes. Michel Phaneuf, créateur du Guide du vin et ex-chroniqueur à L’actualité nous parle aussi de ces produits d’exception avec toute la passion et la science qu’on lui connaît.

L’événement coûte cher (jusqu’à 1900 $ pour les dégustations et le dîner de gala), mais il y a des passionnés pour qui le bonheur de goûter à ces précieux et rarissimes vins n’a pas de prix. Par exemple, on servait au gala de samedi soir un verre de Château Ausone, une splendeur bordelaise vendue au-delà de 1500 dollars la bouteille à la SAQ. Le repas préparé par le grand chef Jérôme Ferrer était accompagné de 10 vins superbes provenant de France, d’Italie et d’Espagne.

« Il y a pire façon de faire oeuvre utile » disait Philippe Duval, le grand patron de la SAQ. La passion de ces amateurs sérieux et manifestement à l’aise alimente en effet la Fondation de l’Hôpital Maisonneuve-Rosement qui a recueilli ainsi 8 millions entre 2007 et 2011 pour la construction d’un Centre d’excellence en thérapie cellulaire qui sera inauguré au printemps prochain.

Le million de dollars obtenu grâce à l’événement des derniers jours contribuera au financement d’un prochain Centre intégré en cancérologie dont profitera les 700 000 personnes couverts par le grand hôpital de l’Est montréalais.

Santé !

 

 

 

 

9 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Vous ne trouvez pas weird que 39% des Ontariens ont obtenu des reçus de charité contre à peine 13% au Québec?

Vous croyez, vous, que 2 Ontariens sur 5 donnent et obtiennent des reçus de charité de l’ordre de 320$ par année? En pleine crise économique?

Y’a anguille sous roche. L’une des anguilles seraient la religion. Les Québécois ne pratiquent plus alors que les Canadians pratiquent encore, surtout les nouveaux Canadiens. Ils donnent à leur église, à leur mosquée, à leur synagogue et obtiennent un reçu d’impots.

Pour ma part, je suis plutôt de l’avis du prof Lauzon: Allons donc chercher suffisamment d’impôt dans les coffres des cies pour payer les dépenses de santé et d’éducation, etc. La charité, quelle misère humiliante!!D’un côté des artistes se servent de causes pour des fins publicitaires, de l’autre, des membres de communautés religieuses font transiter une partie de leur salaire dans la communauté religieuse, profitent des crédits d’impôt et reçoivent des services équivalents de leur communauté religieuse. N’avez-vous jamais entendu quelqu’un demander à son comptable : j’ai besoin d’un reçu de mon église de combien cette année pour ramener mon impôt à payer à 0$ ????

Les Québécois ont versé 822 millions de dollars à des oeuvres philanthropiques. Si on exclut le 1 % des Québécois qui sont juifs, ce 822 millions tombe sans doute à moins de 650 millions de la part du 99 % qui reste…

L’anguille est que les Ontariens sont beaucoup plus riches et moins imposés que les Québécois. Ils ne considèrent pas non plus que « l’état s’en occupe ».

@ honorable

Sur quelles données vous basez vous pour votre commentaires? Je suis curieux­.

@Jacques Marceau: il s’agit d’un calcul rapide du type « back of the envelope » basé sur 2 faits principaux:

1) les campagnes annuelles United Jewish Appeal recueillent en dons presque le même montant total que les campagnes annuelles de Centraide.

2) la communauté juive obtient 10 à 20 fois plus de prix Nobel que ne le laisserait croire sa population. Activités charitables et activités intellectuelles sont 2 activités dans lesquelles la communauté juive semble à peu près également performante.

Il ne serait donc pas surprenant que ce 1,2 % de la population du Québec contribue 21 % du $ 822 millions en oeuvres philanthropiques et charitables. Et il serait surprenant qu’elle contribue moins de 10 % de ce $ 822 millions.

Il est vrai que c’est un sujet qui n’attire pas beaucoup les journalistes francophones…

Le raisonnement d’Honorable est honnête. Pourquoi pensez-vous que Mc Gill est première? À cause des dons anglais et juifs. Mais attention, même si les canadiens français étaient aussi généreux avec le Réseau UduQ celui-ci serait toujours bon dernier car toutes choses ne sont pas égales par ailleurs.

@M. Sauvageau: pourquoi serait-il étonnant que la communauté juive québécoise donne d’avantage pour les « autres oeuvres caritatives » que pour l’Appel Juif Unifié, alors que la communauté québécoise donne 16 fois plus pour les « autres oeuvres caritatives » que pour Centraide?

Vous me semblez faire preuve d’une logique à géométrie variable qui est insultante pour la communauté juive.