Bravo Simons !

La Maison Simons a retiré du marché son dernier catalogue parce que les mannequins qui portaient la nouvelle collection du détaillant étaient trop minces et constituaient un mauvais exemple pour les jeunes femmes.

Simons avait pourtant imprimé 450 000 copies de son catalogue de 36 pages. Qu’importe. Peter Simons a déclaré à The Gazette que les images de ces mannequins « avaient un effet destructeur sur une portion plus vulnérable de la population exposée à l’anorexie. » « C’est inacceptable et contraire aux valeurs de notre entreprise », a-t-il ajouté.

Laisser un commentaire

La vraie histoire c’est qu’il a été victime d’un coup bas d’une féministe de Radio-Canada Québec.

Simons a une très belle image à Québec (surtout depuis le don de la fontaine). Il a été pris de court par l’attaque sauvage de la féministe et a plié.

Belle mentalité d’aplaventrisme à la québécoise… Le catalogue de Simons a toujours montré de jeunes (lire très très jeunes) mannequins filiformes et ce n’est qu’aujourd’hui que ça cause des problèmes?

On a peur des effets de ces images sur notre belle jeunesse?

C’est vraiment prendre les gens pour des imbéciles. Une grand-mêre en manque d’attention réussit, avec l’aide de notre belle clique journalistique féministe, à faire plier un entrepreneur d’une grande générosité et dont la droiture entrepreneuriale n’est plus à faire.

Quelle bande de putes en manque de sensationnalisme…

Il y a des jours ou j’ai honte d’être Québécois.

Pfff scrapper 450K catalogues!!! Vous savez ce que ça vaut? Je comprends vraiment mal la décision, si c’était une mauvaise idée, il ne fallait pas tout imprimer et se brancher avant. Probablement qu’ils se sont fait menacer par un groupe féministe (comme M. Noel le dit mais je ne connais pas l’histoire) et que de réimprimer (ce qui coûte une fortune) était moins cher que le risque de pertes. De plus, ils attirent l’opinion du public « Quelle bande de putes en manque de sensationnalisme… » et donc des ventes potentielles.

Anyways, pour savoir ce que ça prend pour sortir 450K catalogues, je trouve que c’est un gaspillage royal de ressources… Anyways, c’est leur argent au moins.

En ce qui me concerne, je crois que c’est une décision qui marquera un point tournant dans l’industrie de la mode québécoise, et pour le mieux! On ne peut continuer à promouvoir comme valeurs la maigreur extrême dans les publicités, ni les retouches photos à outrance dans les magazines. Pas besoin d’être féministe pour comprendre le tort que ce type de publicité peut engendrer chez les jeunes filles, à la recherche de leur identité sexuelle et qui recherchent des modèles de beauté en santé. Les filles de 12 ans prépubères que l’on maquille pour faire croire qu’elles en 20, et qu’elles sont des femmes, c’est plutôt dérangeant! Dans les rédactions de magazines féminins, il n’est pas rare de voir s’opposer deux clans: ceux qui souhaitent une approche plus naturelle et les autres, souvent des directeurs artistiques, qui ne conçoivent pas de montrer une ride, un début de double menton ou des bras un peu ronds sur une page couverture. D’où des retouches indécentes qui déforment le visage des protagonistes. Je pense à la comédienne Macha Limonchik et à la chanteuse Marie-Êve Thibert, récemment passées sous le bistouri virtuel, la première n’ayant plus une seule ride dans le visage malgré son âge, la deuxième avec un menton raccourci et une peau si lisse qu’on aurait dit une poupée de porcelaine inanimée. Et ce ne sont pas seulement les Québécoises qui sont visées. Récemment le corps de Gwyneth Paltrow, qui faisait la une de Vanity Fair ou Vogue, a été modifié au point que la tête semblait disproportionnée par rapport au thorax et au bras.

Le hic, dans cette histoire de catalogue, c’est qu’il aurait fallu y penser avant, plutôt que d’être pris à parti et de devoir retirer les catalogues du marché, avec tout ce tapage médiatique. Ce geste aura néanmoins pour effet de faire réfléchir les supposés « experts » du marketing sur la façon de vendre la marchandise. La soft porno des adolescentes, ce sera peut-être terminé, qui sait?

Excellente nouvelle. Vous omettez cependant le détail crucial: des plaintes massives ont obligé l’entreprise à céder. Tant mieux. Y en a marre de ce lent suicide collectif à petit feu au nom de l’apparence.

Il semblent que Simons récidive; je viens de recevoir ce mation le catalogue MIIYU et c’est encore pire.

Mélanie