BRP, 3 millions de Ski-Doo plus tard

Chapeau à une société qui a su rester innovatrice et qui consacre presque 5 % des ses revenus à la recherche et au développement, dit Pierre Duhamel.

Photo: Toronto Star via Getty Images
Photo: Toronto Star via Getty Images

La trois millionième motoneige Ski-Doo est exposée depuis mercredi au Musée J-Armand Bombardier, de Valcourt, en Estrie. C’est tout près de là que la première motoneige a été fabriquée en 1959, il y a donc de cela 55 ans.

Le Ski-Doo occupe l’une des pages les plus glorieuses du Québec économique, mais depuis la privatisation en 2003 de cette ancienne division de Bombardier, qui s’appelle maintenant BRP, plusieurs ont perdu de vue cette étoile du secteur manufacturier québécois.

BRP fabrique, croyez-le ou non, 81 différents modèles de motoneiges ! On est loin du Ski-Doo de Joseph-Armand Bombardier.

BRP est une entreprise rentable dont les revenus approchent les 3 milliards de dollars. Elle emploie 6 800 personnes, dont 2 800 au Canada. Elle est le premier fabricant mondial de motoneiges et de motomarines et occupe le deuxième rang pour les VCC récréatifs, ces véhicules à quatre roues avec sièges côte à côte. Elle produit ses véhicules motorisés dans cinq pays, vend ses produits dans 105 pays et est directement implantée dans 17 d’entre eux. C’est une véritable multinationale, et 78 % de ses ventes sont réalisées à l’extérieur du Canada.

La société avait été rachetée par la famille Bombardier-Beaudoin, Bain Capital et la Caisse de dépôt et de placement du Québec à un moment où Bombardier inc. traversait une période difficile. BRP est retournée en Bourse en mai dernier et le titre s’est apprécié de 23 % en 2013. Beaumier, la société familiale des Bombardier-Beaudoin, détient 34,9 % des actions et 47,6 % des droits de vote de BRP, et Laurent Beaudoin en est le président du conseil.

La société est toujours dirigée de Valcourt et ses 11 principaux dirigeants sont des Québécois francophones, dont son président José Boisjoli.

À Valcourt, l’entreprise fabrique ses Ski-Doo pour le marché nord-américain et le roadster Spyder, qui ressemble à une grosse motocyclette.

La production de Sea-Doo sera entièrement transférée dans une nouvelle usine mexicaine l’an prochain. L’entreprise veut à la fois profiter des plus faibles coûts de production dans ce pays et de la proximité avec le sud des États-Unis, le marché le plus naturel pour la motomarine.

Elle ne délaissera pas pour autant son usine de Valcourt, qui devrait maintenir les mêmes effectifs avec la croissance de la production du Spyder. Dans une étude du gouvernement réalisée en 2010, on apprend que BRP est le plus gros donneur de commandes d’une grappe industrielle de plus de 90 entreprises fournisseurs de pièces, de systèmes et d’accessoires destinés à l’assemblage de véhicules neufs ou au marché de l’après-vente. L’industrie compte également une vingtaine d’entreprises fournisseurs de services, d’équipements et d’outils spécialisés.

Chapeau à une société qui a su rester innovatrice et qui consacre presque 5% des ses revenus à la recherche et au développement. Trois millions de Ski-Doo, ça se fête!

Laisser un commentaire