Budget : le vérificateur général met la table

Le gouvernement veut-il un chèque en blanc et annoncer les mauvaises nouvelles une fois réélu ou laisser la corvée à l’équipe qui lui succèdera ? demande Pierre Duhamel.

Photo: Jacques Boissinot/La presse canadienne
Photo : Jacques Boissinot/La Presse Canadienne

Michel Samson, le vérificateur par intérim, a déposé mercredi un article prébudgétaire de 286 pages ! À sa lecture, on comprend que Nicolas Marceau ne dispose d’aucune marge de manœuvre et que des choix douloureux et lourds de conséquences s’imposent. Il s’agit maintenant de savoir lesquels.

Ce que dit le vérificateur général se résume ainsi. Le bilan est d’abord pire que prévu. Le Québec a sous-estimé son déficit de 626 millions de dollars en 2012-2013 et la dette des déficits cumulés de 8,1 milliards de dollars.

Quant aux cibles budgétaires du gouvernement pour les exercices à venir, Michel Samson les qualifie d’ambitieuses. Le gouvernement devra faire fi des besoins des ministères et organismes et limiter la croissance des dépenses à un niveau de loin inférieur à leur moyenne historique. Il devra aussi trouver 1 milliard de dollars de plus pour boucler l’exercice 2015-2016 avec le déficit prévu de 1,75 milliard de dollars.

Puisque le gouvernement a promis de ne pas augmenter les taxes et les impôts, il devra forcément abolir des programmes ou augmenter les tarifs gouvernementaux, d’autant qu’il se montre particulièrement généreux et dépensier depuis quelques semaines.

Le budget déposé jeudi ne serait pas accompagné des crédits des ministères. Le gouvernement veut-il un chèque en blanc et annoncer les mauvaises nouvelles une fois réélu ou laisser la corvée à l’équipe qui lui succèdera ?

Maintient-il les cibles budgétaires annoncées en novembre et qui prévoient le retour à l’équilibre budgétaire dans deux ans ? Où trouvera-t-il l’argent, puisque l’économie ne carbure pas à grande vitesse et que la création d’emplois est faible ?

Personnellement, j’ai hâte de comprendre comment on peut à la fois multiplier les engagements et tenir le discours de l’austérité.

Les réponses seront connues dans quelques heures.

Laisser un commentaire