Canada-États-Unis : même combat

Bravo, l’économie canadienne allait bien en juillet. Mais la tempête qui souffle sur les États-Unis aura des effets importants au Québec et au Canada. Ceux qui se réjouissent des malheurs de nos voisins feraient mieux de faire attention, car nous allons tôt ou tard subir les conséquences d’une récession américaine.

1. Quand Dow Jones plante, le TSX plonge. Un économiste du CTC estime que le marché baissier des derniers six mois a effacé 80 milliards de dollars au bilan des caisses de retraite et des REER des Canadiens. Cela n’est pas une bonne nouvelle, surtout pour ceux qui comptent prendre leur retraite prochainement.

2. Les trois quarts de nos exportations prennent la direction des États-Unis. Or, les consommateurs américains sont fauchés. L’industrie forestière et papetière vont souffrir davantage car la construction est au point mort aux États-Unis et la publicité diminue dans les médias imprimés. De plus, qui va acheter les avions d’affaires de Bombardier ? Qui va financer l’achat des avions commerciaux ? Qui va conséquemment utiliser les moteurs ou les autres pièces d’avions fabriquées au Québec ?

3. Les actions des petites sociétés minières québécoises («juniors») ont perdu 50 % de leur valeur. Certaines d’entre elles ne réussissent plus à lever sur les marchés les fonds nécessaires pour l’exploitation de nouveaux gisements. Pas de répit en vue, car le prix des matières premières devrait poursuivre son mouvement à la baisse.

4. Molson vient de couper 120 postes à l’usine de Montréal. Une bière destinée au marché américain sera dorénavant brassée aux États-Unis où il y a des capacités de production non utilisées. De plus, le dollar canadien ne nous donne plus un avantage concurrentiel. Est-ce le début d’une tendance ? L’industrie automobile ontarienne paraît plus menacée que jamais.

5. La création d’emplois a beaucoup diminué au Québec au cours des derniers mois et le mouvement pourrait s’aggraver compte tenu de la conjoncture. Le pouvoir d’achat des consommateurs risque de diminuer, ce qui aura un impact sur le commerce… et sur l’emploi.

6. La baisse du prix du pétrole va affecter les revenus des deux gouvernements. Ottawa va moins profiter de la manne en provenance de l’Alberta et le Québec percevra moins de taxes de la vente des produits pétroliers. Si l’économie ralentit, il sera impossible de maintenir les mêmes revenus fiscaux, alors que les dépenses sociales seront plus élevées.

Laisser un commentaire

C’est vraiment pas fort que Noël, Fleurent et cie se réjouissent de la débâcle aux USA surtout que c’est le Qc qui exporte le plus aux USA. Bien entendu, un Qc séparé va tout régler ça LOL

De plus, même si nos exportations seraient de 1% vers les USA, c’est immoral de se réjouir du malheur des autres!

« Molson vient de couper 120 postes à l’usine de Montréal. »
120 jobs bien payées pour des gars peu scolarisés. Bref, une grosse perte pour Montréal.

Voilà pour les ceuses qui pensent que les sièges sociaux ce n’est pas important, qu’il faut ouvrir notre économie à tout vent et que pour rien au monde la Caisse de Dépot devrait intervenir dans l’économie québécoise. Belle leçon ici pour nos Gagnon..

@Martin: je ne me suis jamais réjoui de la crise aux EU. Comme tout le monde, mon portefeuille est touché et je compatis avec tous ceux qui perdent de l’argent présentement. Ce que je souligne c’est qu’on assiste à un fait historique: la chute de l’Empire américain. Et à la percée des Chinois.

Remettre en question le jovialisme admiratif des néocons envers l’infaillibilité supposée du système américain n’est pas synonyme de réjouissance devant ce qui se produit.

Tout est interrelié. Le Canada, mais le reste du monde est aussi en fragile équilibre.

Il faut repenser tout le capitalisme débridé sans réglementation, et la mondialisation qui échappe aussi à tout controle.

Dire que les USA sont loins d’être parfaits, ce n’est pas se réjouir de leurs faiblesses, mais davantage de faire preuve de lucidité.

M. Martin,

C’est vous qui vous vous réjouissez de votre commentaire pensant planter les autres qui ne sont pas des admirateurs de vos amaricains imaginaires. Vous rêvez Monsieur.
Vos amaricains sont riches et prospères Monsieur. Mais les états-uniens dans la vraie vie sont dans la merde juste qu’au cou et nous écopons.

Je pourrais même prétendre, à vous lire, que vous vous réjouirez de voir le Québec en difficulté dans les prochains mois.

J’ai quelques bonnes connaissances avec lesquels je mange occasionnellement pour discuter. Nous sommes tous du même avis.

Vous, vous dites que nous nous réjouissons de la situation des USA??!!! Belle langue.

Sachez Monsieur Martin que ce seul groupe, à cause de la crise des USA qui date de beaucoup plus loin que ce printemps ou cet été, a déjà perdu en 2 ans beaucoup plus que jamais vous ne gagnerez dans votre vie et ce même si vous deviez vivre trois vies Monsieur l’expert.

Ce qui est immoral Monsieur, c’est se réjouir du fait que le Québec est petit comparé à vos amaricains et qu’il est à vos yeux impuissant.

Une chose est sûre Monsieur ce ne sont pas des gens comme vous qui vont arranger les problèmes que nous affrontons présentement au Québec et ceux qui sont à venir.

Comique de lire la réponse des 3 mousquetaires…ils ne se réjouissent pas, non ils salivent!
Juste à lire les 3 textes précédent et on comprend tout. Et évidemment, que si on est pas d’accord on est des « néocons », brillant comme analyse.
En plus, qu’évidemment de dire quelque chose de positif sur les USA ont est automatiquement taxé d’être anti Québec. Faut le faire! Quoique venant d’un grand économiste comme M. Nicolet qui affirme qu’on est mieux locataire que propriétaire faut pas vraiment ce surprendre, seulement ce désoler.
Avec des dirigeants de ce style au commande du Québec, on va aller loin.

« Comique de lire la réponse des 3 mousquetaires…ils ne se réjouissent pas, non ils salivent! » >>captj

C’est de la mauvaise foi ou un problème de compréhension???

Donnez-nous ces exemples de « salivation » (verbatim) que vous voyez dans le texte.

@captjack

Voici un exemple de « salivation » paru ce matin dans Cyberpresse:

L’EMPLOI DÉÇOIT AUX ÉTATS-UNIS

3 octobre 2008 – 09h00

Agence France-Presse

«Le chômage aux États-Unis est resté à 6,1% en septembre, son plus haut niveau depuis cinq ans, tandis que l’économie du pays supprimait encore 159 000 emplois.

Il s’agit d’un neuvième mois successif de licenciements nets, a indiqué vendredi le département du Travail.

Le taux de chômage est conforme aux prévisions des analystes, mais le nombre d’emplois détruits est bien supérieur à leurs attentes, puisqu’ils tablaient en moyenne sur 105 000 suppressions. Et encore, ces chiffres ne prennent pas totalement en compte l’effet de l’ouragan Ike, qui a frappé le sud des États-Unis mi-septembre.»

C’est-t-y pas écoeurant se réjouir de même, hein capitaine!

@captjack

Un autre irrespnonsable qui « salive » des malheurs des autres.

LES FIRMES CANADIENNES PROFITERONT DE LA « VENTE DE FEU » AUX É-U.

3 octobre 2008 – 06h40

Les banques canadiennes et les assureurs pourraient profiter de la «vente de feu» d’actifs des services financiers aux États-Unis, selon Adam Waterous, chef de la filiale des services bancaires d’investissement de Scotia Capital.

«Ce sera la plus grosse vente de feu depuis les années 20 et les sociétés financières canadiennes sont bien positionnées», a indiqué M. Waterous hier au cours d’une entrevue. «Il s’agit d’une occasion qui ne se présente qu’une fois dans une vie», a-t-il ajouté.

D’Artagnan vient de se joindre aux trois mousquetaires…

« Avec des dirigeants de ce style au commande du Québec, on va aller loin. » (captjack)

Vous faite de la projection Monsieur, et vous parlez certinement de vous aux commandes.

Je suis ancien entrepreneur général propriétaire d’édifice à logement. J’ai été locataire et je suis propriétaire.

Je vous ai bien dis CALCULEZ. Vous ne l’avez pas fait.

Vous dites en plus que de perdre de l’argent à cause de la débâcle us est se réjouir et saliver!!!!

La seule chose qui vous intéresse Monsieur est de dénigrer les autres, votre pays et vos semblables.

Dénigrer son pays Monsieur est à l’antipode de ce que sont les citoyens américains.

Vous feriez un très mauvais citoyen américain.

Essayez d’avoir votre visa US en leur envoyant vos commentaires ici. Vous allez vous faire virer dans la minute et serez en mesure de constater que les Américains n’aiment pas mais pas du tout les gens qui dénigrent leur pays et leurs propres citoyens.

M. Nicolet
Soyez un peu sérieux, OU ai-je dénigré le pays? Par contre, moi je n’ai qu’a retourner dans les messages ultérieurs et ce n’est qu’une litanie d’anti-américanisme primaire.
Quant à calculez, je vous ai déjà répondu et donner un exemple concret de l’achat d’une maison… mais vous deviez être ailleurs parce que j’attend toujours votre réaction, et ce n’est pas celle d’aujourd’hui qui « m’éclaire » sur comment on peut être plus riche à loyer que propriétaire de sa maison.
Au fait, si c’est si rentable d’être locataire, dites moi alors, pourquoi vous dites que vous êtes propriétaire? A moins que vous voulez dire que c’était rentable lorsque vous étiez propriétaire d’édifice à logement… pourtant c’est vous qui empochiez l’argent et pas le contraire. Assez confus comme raisonnement, excusez je suis en train de « dénigrer les autres » Pas vous?
Au fait, M. Nicolet ne vous inquiétez pas pour moi et les Américains, j’y ai beaucoup d’amis et en 4 ans j’y ai passé l’équivalent de 3 ans sans problèmes étant donné qu’ils ne souffrent pas de jalousie chronique comme certains.
M. Campagna, merci pour votre message de France Presse. Êtes vous content? Moi je le suis, parce que c’est justement l’exemple que je cherchais…et vous me le donnez! Quand vous avez fait votre copier/coller, étiez vous entrain de jouir?
Moi, ce que je remarque, c’est que vous êtes content de m’annoncer que le chômage est atteint 6,1%…le plus haut taux depuis 5 ans, ce qui, au cas vous l’auriez oublié est mieux que le chômage ici. Et si vous voulez parler de la France, et bien, eux, ils rêvent d’atteindre le chiffre de 6,1%. ÇA vous l’oubliez!

Effectivement je n’ai pas vu votre exemple et je ne ferai pas de recherches.

La très grande majorité de gens qui possèdent des édifices à logement le font pour avoir des déductions fiscales. Un édifice à logement ne fait pas ses frais pour les 5 premières années et plus.

Mais si vous dites que c’est payant d’être propriétaire, et je parles ici de logement, prenez vite le téléphone, allez à la banque, achetez des édifices à logement neufs, empochez et devenez riche Monsieur.

Je n’ai jamais été anti-américain, jamais! J’y ai de la famille et des connaissances assez pour former un petit village. Certains ont même immigré au Québec, d’autres sont revenu.

Vous confondez critique et anti, Monsieur, comme bien d’autres. Un individu peut très bien critiquer sa blonde et très bien s’entendre avec.

M Nicolet vous ne ferez pas de recherche, moi non plus. Ce que je retiens, c’est que le message au début était au sujet des Québécois à loyer vs un Amaricains propriétaire. Ou avez vous vu que je parlais de logements multiples? Quoique même la, je me demande, si ce n’est pas payant pourquoi, les immigrés, une fois qu’ils ont une bonne job, la première chose qu’ils font c’est justement de s’acheter au minimum un duplex ou un petit bloc. Ils doivent tous être maso.
Pour revenir à nos moutons, moi je vous ai répondu qu’un locataire qui louait un appartement dans le West Island en 1976 payait entre 250 et 300$ par mois, et qu’au même moment vous pouviez acheter une maison pour 35,0 @ 45,0$ toujours dans le West Island. Aujourd’hui, expliquez moi comment notre locataire qui paie maintenant 1000$ par mois peut s’en tirer mieux que celui qui à une maison payée depuis au moins 7 ans et qui à une valeur marchande de minimum 200,000$?
Continuez à garder les Québécois « nés pour un petit pain » à loyer c’est votre solution pour eux et l’avenir du Québec?
Je reprend et maintien ce que j’ai dit « …ils ne se réjouissent pas, non ils salivent!
Juste à lire les 3 textes précédent et on comprend tout. Et évidemment, que si on est pas d’accord on est des “néocons”, et je rajoute que si on ose défendre les USA, on est immédiatement accusé d’attaquer le Québec! M. Campagna est le spécialiste dans cette technique. SVP ne me demandez pas d’exemple. Faites comme moi lisez les différents blogues et relisez vos réponses, quant on est rendu à encenser Cuba vs les USA (un autre sujet que je n’ai pas eu par hasard de réponse…) c’est que j’appelle de l’antiaméricanisme primaire.
Ceci dit, tout est parfait aux USA? Jamais de la vie! Tout est tout croche au Québec? Jamais de la vie! Tout est blanc ou noir? Encore une fois non, mais il semble que pour certains la vie n’est que noir ou blanc.

@captjack

Permettez que je m’interroge sur votre connaissance de la signification du mot « néocon ».

La simple mise de fond nécessaire à l’achat de cette maison vaut aujourd’hui environ 80 000$ si le placement a été bien fait en épargne à terme. Donc le 200 000$ de la maison n’est plus qu’à 120 000$.

À cela il faut ajouter, sur tout dans ce temps, le paysagement et le pavage de l’entrée qui eux valent un bon montant aujourd’hui. Environ 8 000$ si bien placé. La maison n’est plus qu’à 112 000$.

Il faut aussi ajouter les taxes municipales et scolaires payées pendant 25 ans qui auraient elles aussi été bien placées à intérêts composé, environ 100 000$. La maison n’est plus que de 12 000$.

Mais sur une période de 25 ans, il aura fallu changer les portes et fenêtres 10 000$ aujourd’hui, refaire le toit, au moins 6 000$ aujourd’hui, refaire la majeure partie du paysagement, la réfection des planchers, refaire le pavage de l’entrée, sans compter tout l’entretien normal. Il faut compter que pour que cette maison est un certain intérêt pour un client potentiel, que les armoires de cuisine doivent être remplacés 12 à 20 000$ que la salle de bain doit avoir été rénové 5 à 10 000$. Il faut aussi compter le double du coût en électricité avec intérêts composés au moins 30 000$ Tout cela est sans compter que le parement extérieur laisse certainement à désirer.

Le propriétaire de cette maison est au moins 70 000$ dans le trou, si sa maison a une valeur de 200 000$, elle lui en a coûté 270 000$ et c’est un minimum.

Le locataire au même salaire lui, bien discipliné, pendant ce temps plaçait la différence maison/loyer de son argent au meilleur de sa connaissance. Il vaut aujourd’hui environ au moins 500 000$.

De plus M. Captjack les maisons neuves à ma connaissance ont pratiquement toujours coûté le double à construire qu’un loyer neuf dans ces années et c’est encore le cas aujourd’hui. Le West Island est certainement une exception. On peut très bien le constater avec les condos plus chers qu’un logement locatif.

Ici loyer 5 1/2 neuf 975/mois. Une petite maison au moins 1 700$/mois + taxes etc. Au minimum 1000$ de différence à placer par mois.

++++
« Ceci dit, tout est parfait aux USA? Jamais de la vie! Tout est tout croche au Québec? Jamais de la vie! Tout est blanc ou noir? Encore une fois non, mais il semble que pour certains la vie n’est que noir ou blanc. »

C’est exactement mon avis M. Captjack.

J’ajouterais que pour certains tout est meilleur chez le voisin parce que, comme des enfants, ils ne se sont jamais regardés. Le Québec est un des endroit au monde ou le niveau de vie est le plus élevé. Au lieu de regarder seulement ce qu’il y de mieux ailleurs ils devraient travailler plutôt à élever le leur au Québec.

Pour d’autres tout est meilleur chez eux.

Les œillères c’est seulement pour les chevaux.

@captjack

« j’y ai beaucoup d’amis et en 4 ans j’y ai passé l’équivalent de 3 ans sans problèmes étant donné qu’ils ne souffrent pas de jalousie chronique comme certains. »

Mon capitaine, la loi dit que vous ne pouvez être à l’extérieur pendant plus d’une demi-année/année.

Or vous affirmez avoir vécu l’équivalent de TROIS ans alors que vous n’aviez droit qu’DEUX ans!

Vous êtes donc un citoyen américain.

Ou alors, comment faites-vous pour tromper l’impôt? 😉