Cessons de dénigrer nos réussites

Nos CPE sont donnés en exemple partout dans le monde. Nos cégeps favorisent la scolarisation postsecondaire. Télé-Québec est le plus grand réseau de télévision éducative et culturelle au Canada. Pourtant, il y en a toujours pour critiquer ces innovations issues du domaine public. 

Photo : Daphné Caron

Nos dirigeants politiques répètent que le Québec doit devenir « un État axé sur l’innovation ». C’est bien, mais il y a un problème : on paraît souvent incapable de concevoir que des innovations puissent à l’occasion éclore et être des succès dans le secteur public. Certaines de nos plus grandes réussites, comme les CPE, les cégeps ou Télé-Québec, continuent d’être dénigrées à répétition, malgré les preuves réitérées de leur capacité de promouvoir le bien commun, et ce, à faible coût.

D’abord, les CPE. En 2015, le gouvernement Couillard n’a pas hésité à punir les jeunes parents contribuables qui utilisent les garderies éducatives à tarif modique. Il a augmenté leur contribution, tout d’un coup, de 40 %. La somme exigée est passée en moyenne de 1 800 dollars à 2 500 dollars par année par enfant. Pourtant, on donne partout dans le monde nos CPE en exemple. Les revues de psychologie, de psychiatrie et de médecine louangent leur effet favorable sur le développement des enfants. La Banque du Canada, le Fonds monétaire international et l’Organisation de coopération et de développement économiques soulignent leur aide au taux d’activité et à l’autonomie financière des jeunes femmes. Les CPE parviennent même à s’autofinancer avec les revenus fiscaux supplémentaires qu’ils permettent aux gouvernements d’encaisser.

Ensuite, les cégeps. En 2014, la Commission jeunesse du Parti libéral du Québec a proposé de les abolir. Pourtant, il est bien établi que nos cégeps constituent depuis 50 ans de solides accélérateurs de la scolarisation des jeunes au niveau postsecondaire. Heureusement, cette fois, le premier ministre Philippe Couillard s’est interposé. Il a décrit à juste titre les cégeps comme des acteurs socioéconomiques majeurs, qui sont là pour de bon. Les cégeps l’ont encore échappé belle.

Enfin, Télé-Québec. En octobre dernier, l’Orchestre Métropolitain, sous la direction de Yannick Nézet-Séguin, a offert un grand concert symphonique pour fêter le 50e anniversaire de la création de Télé-Québec, aujourd’hui le plus grand réseau de télévision éducative et culturelle au Canada. Dans le livre hommage de Danielle Stanton publié à cette occasion aux Éditions La Presse, le chef Nézet-Séguin affirmait que « Télé-Québec a été (et est toujours) un pôle de rassemblement de la société québécoise, un trait d’union culturel, un miroir dans lequel on se découvre et on se reconnaît […], au point d’en faire parfois un élément constitutif de son identité personnelle ». Pourtant, lors d’une rencontre au ministère des Finances du Québec à laquelle je participais il y a quelque temps, un grand conseiller économique a suggéré à brûle-pourpoint : « Télé-Québec ? Faut farmer ça, stie ! »

Qui a raison : le chef Nézet-Séguin ou le grand conseiller ? Chacun a droit à son opinion, bien sûr, mais en fin de compte, ce sont les faits qui doivent trancher.

Or, d’une part, les Québécois aiment Télé-Québec. Sa portée hebdomadaire en fait foi. En 2017-2018, 49 % des francophones ont regardé Télé-Québec chaque semaine. Ce pourcentage d’écoute grimpe à 60 % parmi les 7 à 11 ans et à 68 % chez les tout-petits. Avec 280 000 enfants de 2 à 6 ans qui regardent Télé-Québec chaque semaine, le réseau est notre principal foyer d’éducation préscolaire hors CPE. Bien que, depuis cinq ans, la prolifération des plateformes numériques ait fait diminuer l’écoute de la télévision traditionnelle par les enfants québécois, Télé-Québec a évolué à contre-courant : elle a  augmenté sa capacité d’attraction. Les enfants de 2 à 11 ans l’ont regardée une demi-heure de plus par semaine en 2018 qu’en 2013. La qualité du réseau lui a valu 33 prix Gémeaux en septembre dernier.

D’autre part, côté coûts, les petits moyens de Télé-Québec font des miracles. Grâce à une réorganisation continuelle du travail et aux améliorations technologiques, le réseau parvient à produire de plus en plus d’heures de première diffusion et de rediffusion par dollar dépensé (en salaires, équipement et autres charges). La « productivité » de Télé-Québec ainsi mesurée et pondérée selon la norme de l’industrie a progressé de 3 % par année de 2006-2007 à 2016-2017. C’est un rythme de croissance six fois plus rapide que celui de la moyenne de toute l’économie du Québec au cours de la même période.

Que le grand conseiller aille se faire cuire un œuf. Allez, bon Ciné-Cadeau, tout le monde !

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

38 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Si Manon Massé est la Fée des étoiles, M. Fortin est le lutin du bonheur… Son optimisme à tous crins est agaçant… et ses lunettes roses ne persistent à voir que le bon côté des choses… Décevant chez un analyste financier…

Mme Bouchard, malheureusement aucun des mots que vous écrivez dans votre court et lapidaire commentaire n’apporte une quelconque preuve de l’inexactitude des faits avancés par M. Fortin.
Pour ma part, je trouve important que des personnes comme M. Fortin et le Dr Vadeboncoeur aient le courage de publier régulièrement des articles qui nous sortent de cette morosité que certains et certaines se plaisent à répandre.

Qui est Danielle Bouchard … le grand conseiller en question, son amie, sa collègue … pour se permettre des propos sonnant aussi en « stie » … sans préciser ce qu’il veut dire? Facile d’insulter les gens « positifs », analyste « constructif », capable de donner un autre point de vue que la ligne de pensée courante. Ayez le courage de votre opinion en donnant suite SVP. Qui êtes-vous?

Qui est donc Danielle Bouchard?
Malheureusement je ne peux pas répondre à cette question…avec précision!
Cependant il y a très longtemps, probablement 60 ans, une voisine près de l’âge adulte, de mémoire, avait ce nom et ce prénom, et elle était…fée des étoiles!
Ma mémoire me trouble-t-elle à ce point?
Ou encore était-elle la fée des étoiles mentionnée?
Ou l’auteure du commentaire nous présentant la nouvelle fée des étoiles?
Pas toujours facile d’être remplacée!

Je suis d’accord avec M Pierre Fortin . Il ne porte pas des lunettes roses . Il a fait plutôt une analyse objective de deux réussites importantes au Québec. Le Québec est une société progressive qui a eu le courage aux cours de son histoire d’investir dans des projets bénéfiques pour la société Québécoise et pas seulement pour augmenter la productivité de cette société au Service du capital.

Pour ma part, je n’irai pas jusqu’à dire que M. Fortin est exagérément optimiste, encore que je sois enclin à le penser, mais il est certain que ces affirmations, comme souvent, sont si vagues et si générales qu’elles en perdent leur crédibilité. Dire que Télé-Québec fait des miracles, que partout dans le monde on donne nos CPE en exemple ou que nos cégeps sont des acteurs socioéconomiques majeurs, sans apporter la moindre preuve, ne me semble pas très convaincant.

Paul Roux, sachez que M. Fortin sait de quoi il parle quand il s’agit de Télé-Québec. Sa conjointe en a été la présidente pendant de nombreuses années !!!

Mme Danielle Bouchard,
Vos propos ne consiste qu’à tirer sur M. Fortin, le messager. Vous n’apporter aucun argument ou fait vérifié pour contrer les écrits de M. Fortin. Ceci démontre au mieux votre méconnaissance des dossiers ou simplement votre faiblesse intellectuelle.
Vous réagissez comme celui qui dans la cours d’école ne sais que répondre à une repartie cinglante d’un camarade. À court d’argument vous l’invité à se battre ou l’insulter.

Les Québécois sont terriblement enclins à se sentir inférieurs et à s’autoflageller. Résultat de siècles de mépris de la part d’arrogants représentants de la noblesse française suivis de la défaite aux mains des Anglais puis d’autres siècles de mépris encore plus prononcé de leur part. Mais en 1900, Alphonse Desjardins fonde sa première Caisse populaire et nous démontre qu’il est possible pour nous de sortir de notre petite misère noire en mettant notre peu d’argent en commun. En 1963, le gouvernement de Jean Lesage, dans lequel René Lévesque était ministre des Ressources naturelles, nationalise les compagnies d’électricité des Anglais et crée Hydro-Québec, qui grandira pour devenir une puissance technologique et économique. Ce ne sont que deux exemples de ce que les Québécois ont réussi, contre toute attente, à faire de bien.
Pierre Fortin nous rappelle quelques-unes de nos réussites plus récentes, et je l’en remercie. Malheureusement, il ne réussira pas à remonter un tant soit peu le moral de certaines personnes si empoisonnées par le mépris qui nous a été appliqué (et qui nous est encore appliqué par une solide proportion des Canadians du ROC) qu’elles ne peuvent voir les Québécois que comme de pauvres minables qui ne font rien de bon. Il semble que ce soit votre cas, Danielle Bouchard.

Enfin quelqu’un qui ose dire: Arrêtons de chialer! Il faut savoir apprécier.
Je suis devenue après une vie que l’on dit active, une grand-maman à temps plein. Des petits bouts de chou à amener à la garderie, à l’école et je suis loin d’être la seule, j’y ai rencontré un arrière grand père. En observant bien, je me demande ce que deviendraient certains petits s’ils ne s’y présentaient pas le matin. J’y ai vu des signes de misère dont font fi les enfants lorsqu’ils jouent entre-eux.
Avec eux, j’ai aussi redécouvert Télé Québec, une véritable source de divertissement, stimulante et d’ici.
En ce qui a trait aux cégeps, j’y étais lors de la fondation. La seule année où les Philos II sont devenus les Collège III, c’était aussi la première année où les filles se retrouvaient noyées à travers les garçons (une pour 4). C’est en entrant à l’Université que nous nous somme bousculés. Là aussi les profs étaient jeunes y compris ceux qui enseignaient les fondements de l’économie, de la sociologie.
Ces dernières années, je m’amuse à lire et à analyser les commentaires sur différents réseaux. Les plus tranchants sont ceux que l’on retrouve dans les sports et dans la politique. Que vous ajoutiez celui d’un grand conseiller économique ne me surprend guère, le Québec a toujours eu besoin de se comparer pour ne pas être différent du reste du monde. Ne comprendrons-nous jamais que nous sommes distincts et qu’il nous revient de nous assumer en ce sens!

Bravo M. Fortin, enfin un grand économiste qui nous démontre les vraies valeurs d’une société. On devrait l’entendre régulièrement sur les ondes !

Les vraies valeurs d’une société, oh la, la. Et qu’en est-il de la société dans son ensemble, où s’en va telle, sinon vers son extinction pur et simple. Et la grand mère plus haut croit-elle que les enfants de ses petits enfants goûteront à ces même joies.

https://www.franceculture.fr/oeuvre/la-6e-extinction-comment-lhomme-detruit-la-vie

https://www.youtube.com/watch?v=AW138ZTKioM

Mais il faut quand même demeurer positif en espérant que ceux là qui ont le contrôle sur la planète se réveilleront et comprendront qu’ils ne s’en sortiront pas eux non plus, si le virage à 180 de la surconsommation et la surpopulation n’est pas prit au sérieux.

C’est comme le roi de la montagne, le but du jeu n’est pas de monter, mais d’empêcher l’autre de monter.

Oui, Télé Québec semble une belle réussite mais les francophones de l’ouest ne peuvent le regarder sur le câble… C’est drôle que TFO (Ontario) est disponible dans l’ouest mais pas Télé Québec. Est-ce un symptôme de nombrilisme? Est-ce dans la même catégorie que l’attitude de Mme Bombardier qui pense que les francophones de l’ouest sont agonisants? C’est dommage car les francophones de l’ouest pourraient aussi apprécier énormément Télé Québec, surtout que l’offre en français est très pauvre par là… Alors, les francophones se rabattent sur la télé en anglais et après les Bombardier de ce monde vont hurler qu’ils sont en voie de disparition… Partagez donc ce beau succès avec les autres francophones d’Amérique! Ce serait un beau geste envers eux.

« C’est drôle que TFO (Ontario) est disponible dans l’ouest mais pas Télé Québec. Est-ce un symptôme de nombrilisme? »

De grâce, ne sombrons pas dans les complots ici. Pensez-y deux secondes : pourquoi la chaîne Télé-Québec s’opposerait-elle à son propre rayonnement à l’extérieur du Québec? M’est avis qu’il faut plutôt regarder du côté des entreprises de câblodistribution au Canada pour trouver la cause de cet état de choses. Maintenant, si les Franco-Canadiens minoritaires s’intéressent vraiment à Télé-Québec, il leur appartient de présenter une demande en bonne et due forme à leur câblodistributeur respectif. Il y a quelques années, des Franco-Ontariens avaient demandé (et obtenu) la chaîne Musique Plus dans leur forfait télé. Bref, demandez et (souvent) vous aurez!

Ce n’est pas télé-Québec qui empêche sa diffusion à l’ouest du Canada, mais les câblodistributeurs qui ne l’offre pas. Télé-Québec serait fière d’être diffuser ailleurs et dans recevoir les revenus.
Mais les câblodistributeurs de l’ouest sont-ils intéressés à satisfaire leur clients francophone ou préféré-t-ils les traiter indifféremment des anglos et ainsi graduellement les assimiler?

Quand on est faible, on est critiqueux.
Quand on est fort, on encourage le succès, et on supporte ceux qui le génèrent.

Pourquoi pas donner le nom de ce « grand conseiller » … SVP … que l’on paie sans douce « généreusement » pour son « expertise » (et qui utilise malgré tout, semble-t-il un langage de « chartier »). On pourrait communiquer avec lui ou son sous-ministre ou son supérieur pour lui faire part de notre … colère … ou, à tout le moins, de notre surprise et de notre mécontentement. Pourquoi protéger tes « cons » manquant de jugement qui sont à « notre service »?

Pourquoi vous imaginez qu’il fasse partie de l’appareil gouvernemental? Ce pourrait être un conseiller extérieur venu appuyer les dires d’un quelconque ministre, probablement à grands frais.

La droite va vous dire que personne écoute Télé-Québec, que les CPE coutent plus de 50 piasses par jour à cause des syndicats et que personne en Amérique n’a encore copié les CEGEP. (votre femme a été patronne de Télé-Québec n’est-ce pas?)

En Amérique ça veut dire quoi exactement jack2?
Le Canada?
Les États-Unis?
Le Mexique?
Haïti?
L’Argentine?
Le Vénézuéla?
Du nord?
Du sud?
Aucun n’a non plus un système de santé public.
Et puis après?
Oui je sais notre système de santé est pourri…
Et puis celui du plus grand et plusse riche du monde n’est que privé, coûte une fortune et les pauvres à la place d’attendre 16 heures à l’urgence pour voir un médecin, ils attendent de gagner à une loterie pour pouvoir en voir un. Comme ils ne peuvent pas s’acheter de billet…
En vérité, en vérité, je vous le dis, le meilleur endroit pour vivre, tout compté et tout analysé, c’est ici au Québec!
Évidemment, ça ne veut pas dire que tout est parfait, loin de là!
Apprécions tout de même quelques secondes à chaque année, de préférence presque une minute notre chance de vivre dans notre Québec.
On respire, il ne reste plus que quelques secondes…
Et voila on peut se laisser allez: jn;jh;j;nc;n;n;;cns;d;sn%?%?&?&?(P*, sti!

Au Québec, on a souvent tendance à se dénigrer ou dénigrer ceux/celles qui font l’éloge du talent québécois. Sans être nationaliste, bravo à nos initiatives reconnues au national (qui font souvent bien des jaloux) et à l’international.
Parlons du gourou de l’Intelligence artificielle et des chirurgiens qui ont effectué des miracles en refaisant le visage d’un homme et ceux qui ont drainé le cerveau surdimensionné de cette petite fille de l’Afrique du Nord.

Petite fille qui n’avait pas de carte-soleil! Chose qu’on ne nous a pas toujours expliqué? Comment peut-on subir une opération aussi couteuse sans carte-soleil?

Donald Trump dans un élan de générosité a accepté de payer tous les frais jack2.
Vers 2 heures demain surveillez Tweeter, il dira pourquoi il a changé d’idée…
La rumeur dit qu’il a cédé à la jalousie en apprenant que l’équipe concerné lui refusait le même genre d’opération, concluant que ce serait inutile pour lui et que ça n’y changerait rien!

À mon avis les CPE ne feraient pas mieux que les garderies privées bien gérées. Il ne faut pas oublier que les méchant libéraux ont augmentés les parents dans les CPE mais que, depuis toujours, les revenus par enfant aux institutions subventionnées versus non non-subventionnés sont du simple au double… (les revenus par enfant en cpe sont souvent plus du double, ça ne devrait donc pas être un problème d’avoir des coût similaire aux non subventionnées). L’article ne mentionne pas, comme par hazard, le vrai problème qui est le sous financement des enfants dans tous le réseau.

C’est dommage je crois que les CPE seront eux aussi dépourvus d’importantes sommes d’argent au bénéfice des maternelle 4ans (peut-être votre prochaine innovation du domaine publique)… peut-être auront-ils moins de moyens pour les syndicat, leur lobyisme et leur études biaisées qui oublie de mentionner leur financement inégal…

Parce qu’après tout une éducatrice qualifiée en cpe et non subventionnée c’est la même formation…

Rien ne prouve que ce n’est qu’une question d’argent. Ce n’est qu’une présomption de votre part. Moi aussi j’ai des présomptions: quand votre premier but est de faire du profit… quand votre taux d’éducatrices détenant un diplôme est plus bas… quand votre programme pédagogique est plus faible… quand les parents s’impliquent moins dans la gestion…

À présomptions égales, il ne reste que les faits sur lesquels s’appuyer. Or, toutes les études contredisent votre opinion: les CPE font un meilleur travail. Pour contredire ces faits démontrés, il vous faudra une étude qui compare les services des garderies privées par rapport à leurs revenus. Il faudrait que cette étude montre que les garderies privées financées à même hauteur que les CPE (il doit certainement en exister pour les riches) performent aussi bien. Si vous m’apportez de telles preuves, je les accepterai mais pour l’instant, votre opinion ne repose sur rien.

En passant, la maternelle à 4 ans existe en Ontario. Elle ne peut donc devenir une innovation québécoise.

Des miettes et des jeux, beaucoup de jeux, la recette parfaite pour garder le bon petit peuple en somnolence pendant que les autres toujours les même continuent en engranger les profits. Vous ne voulez plus travailler au salaire de misère qu’on vous propose, pas de problème on va importé la main d’oeuvre à vos frais bande de racistes.

Oui M.Fortin, on en fait des réussites dans ce pays merdique, comme partout ailleurs sur la planète économique du consomme toujours plus pour que les riches continuent à élargir le fossé.

https://www.revenuquebec.ca/fr/salle-de-presse/statistiques/le-revenu-total-des-particuliers/

Ceci est la réalité au Québec M.Fortin, oui ça date de 2015 mais vous savez tr`s bien que notre pouvoir d’achat ainsi que l’austérité des libéraux a affaibli la population encore plus ces dernières années. Alors si on veut parlé de réalisation, il faudrait comparé toutes les sources et non seulement quelques réalisations qui aveugle sur la vraie situation au Québec. On parle beaucoup de taux de chômage très bas et de mains d’oeuvre déficientes dans plusieurs domaine, mais à quel salaire et conditions, quels sont les avantages sociaux quand seulement il y en a.

La seule réalisation qu’on peut faire sur la situation présente, est celle d’une population qui s’appauvrit pendant que certains encore et toujours les même s’enrichissent sur le dos de celle-ci.

Je suis un retraité chanceux, un de ceux qui ont eu la chance de venir au monde durant les bonnes années, un de ceux qui bénéficient d’une pension de compagnie arracher par les syndicats quand les syndicats ça voulaient dire quelque chose pour le travailleur, un de ceux qui a pu s’acheté une maison et la payer, un de ceux qui a pu vivre une vie passablement confortable en travaillant beaucoup.

Mais aujourd’hui, est-ce possible pour la majorité quand on constate que 69% de la population gagne moins de $50,000 dont 40% à moins de $25,000. Vos beaux discours à trente sous vous savez ce que j’en pense et plus de la moitié de la population en pense la même chose.

On parle de plus en plus d’intelligence artificielle, de numérique et de robotique, quel est la stratégie gouvernemental et patronal pour remplacer tous ces travailleurs qui perdront leurs emplois, quel est la stratégie gouvernemental pour former la jeunesse dans nos écoles à diplôme à rabais pour affronter demain car on ne se le cachera pas, tout cela c’est demain, sont-ils prêts nos enfants et la formation pour ceux qui leur reste encore plusieurs années sur le marché du travail, avons-nous seulement commencé à élaborer le plan. Y vont surement pas tous entre à Télé-Québec, dans un CPE ou dans l’orchestre de Monsieur Nézet-Séguin car y jouent pas tous de la musique comme vos belles parole vides qui négligent l’essentiel de la situation de la majorité et je ne vous glisserai même pas un mot sur la situation des migrants économiques imposées pour remplir les trous laissés par ceux qui veulent plus travailler pour des jobs de 16 piastres et moins sans avantages autres que se lever le matin pour aller faire son temps en attendant de crever tranquillement. Des belles réalisations, un chausson avec ça M. le lutin du bonheur Fortin.

Vous êtres dans quel tranche pour nous moralisé de la sorte, bleu foncé, dites moi pas vert je vais braillé.

« …les CPE, les cégeps ou Télé-Québec, continuent d’être dénigrés à répétition… »

Ouais, c’est ça : ce n’est pas gentil de « dénigrer ». Il ne faut surtout pas que les gens se laissent avoir par ce trucage rhétorique – soudain répandu comme une traînée de poudre, chez les bateleurs de tous les camps – qui consiste à remplacer « critiquer » par « dénigrer » (ou encore « stigmatiser ») afin de faire passer l’esprit critique pour une tare.

Depuis tout petit, tout enfant, ayant goûté la vraie liberté grâce notamment à ‘Sol et Gobelet’ et ‘Les aventures de Pinocchio’ (avec Nino Manfredi !), je n’ai jamais pu blairer Télé-Québec et ses ignobles émissions « éducatives », à commencer par l’insupportable ‘Passe-Partout’ qui tentait de me manipuler par en-dessous. En grandissant, je me suis rendu compte que c’était souvent à peine moins pire dans les émissions s’adressant à un public adulte: toujours ce petit ton de propagande sentencieux et pontifiant. Et voilà, que malheur de malheur, ‘Passe-Partout’ revient ! Aux grands maux les grands remèdes, le moment est venu de citer Fruttero et Lucentini, chroniqueurs au quotidien ‘La Stampa’ aujourd’hui disparus mais dont le recueil d’articles ‘La Prédominance du crétin’ est facile à trouver dans le Livre de poche :

« Mièvrerie et sensiblerie sont toujours annonciatrices de malheurs et de désastres. »

Voilà. Tu parles que je ne vais pas « dénigrer » Télé-Québec, chéri !

Pour le vidéo ci-haut allé seulement regarder à partir de 39;57 à 42;30, le verdict rendu par la cour qui accule le gouvernement des Pays-Bas au pied du mur face à ses engagements climatiques. Nous devrions faire la même chose ici face à nos propres gouvernements qui font des promesses avec nos argents mais en réalité ne font pas le nécessaire pour rencontrer ces promesses.

Bla, bla, bla devant les caméras au rendez-vous annuel et en revenant à la maison, on achète un pipeline pour 4.5 milliards et ensuite on subventionne ces même pétrolières 1,6 milliards aujourd’hui pour qu’ils continuent à développer cette ressource d’une autre époque au lieu d’investir dans la recherche du remplaçant à celle-ci.

Les Néerlandais eux l’ont compris. C’est pas vrai que vous allez nous taxer pour le climat et prendre le cash pour subventionner autre chose, dans notre cas au Canada le pétrole. La terre se réchauffe, tous le monde le comprends ou presque mais c’est pas la tête dans les sables bitumineux qu’on va atteindre les cibles qu’on promet.

✔️Les CPE n’ont rien changé au taux de diplomation au secondaire et aux études supérieures.

✔️Les Cégeps ne semblent pas avoir créé de richesse depuis leur création. Et un DEC en sc.hum. n’a aucune valeur.

✔️TQ a des cotes d’écoute marginales. Donc la culture de qui?

« TQ a des cotes d’écoute marginales. Donc la culture de qui? »

Super bonne question. Comme toutes les télévisions « éducatives » Télé-Québec prêche aux convertis, ravis – voire extatiques – de retrouver à l’écran ce qu’ils pensaient déjà.

Enfant, j’étais encore moins articulé qu’aujourd’hui ; et côté intelligence, vraiment pas gâté par la nature. Et pourtant, je sentais obscurément, en regardant ‘PASSE-PARTOUT’, que quelque chose n’allait pas.

Ce qui m’a sauvé, c’est qu’à la même heure (9h samedi matin) Radio-Canada diffusait ‘LES AVENTURES DE PINOCCHIO’, avec Nino Manfredi, un miracle de télévision en six parfaits épisodes de 52 min. où (quand on a grandi) on constate avec un immense plaisir la réticence presque sacrée des auteurs à prêchi-prêcher les enfants, et aussi leur dégoût pour la mièvrerie, le bonbon, le gnangnan. À zéro pour cent « éducatif » ! Ah, comparé au doucereux et moralisant ‘PASSE-PARTOUT’, c’était comme se plonger dans un bon bain chaud avec des bubulles.

Était-ce donc une affaire de télévision « progressiste » (Télé-Québec) versus une télévision « réactionnaire » (la RAI) ? De droite contre gauche ? Que nenni. Les auteurs étaient de gogauche dans les deux cas, mais pour le dire symboliquement, ceux de la minisérie ‘PINOCCHIO’ – le réalisateur Luigi Comencini, sa scénariste Suso Cecchi d’Amico, la star Nino Manfredi – avaient eu 20 ans le 8 septembre 1943 et non le 1er mai 1968 et étonnamment, ça faisait une sacrée différence.

Je crois qu’enfants puis adolescents dans les années 30, M. Comencini, Mme D’Amico ont dû être littéralement bombardés d’audiovisuel « éducatif » (comme ‘SCIPION L’AFRICAIN’ par exemple) et de trucs d’une mièvrerie insensée (les mélodrames du régime dits « de téléphones blancs ») et qu’ils ont dû se jurer de ne pas, de ne JAMAIS faire ça à des enfants.

Donc, merci la RAI et à bas Télé-Québec, ou quelque chose comme ça !

CPE…CEGEP…quelqu’un d’autre a tenté d’imiter ces deux « succès » québécois ailleurs dans le monde civilisé?

…c’est ce que je pensais.

M Corbeil,
Et la France ne remportera pas la Coupe du Monde en 2022. Vous voyez comment il est facile d’être hors champ?
M Fortin apporte un éclairage sur quelques aspects positifs de réalisations toutes québécoises et non pas le jugement dernier 😉
Par ailleurs, ça va? Bonne journée