Le chiffre : 2,5 millions

C’est, en dollars, le montant des ventes de livres numériques réalisées par des éditeurs francophones canadiens, en 2013.

136400195-digital-books-gettyimages
Photo : Getty Images

2,5 millions

C’est, en dollars, le montant des ventes de livres numériques réalisées par des éditeurs francophones canadiens, en 2013, par l’intermédiaire de l’Entrepôt numérique.
Blogue Economie

Créé par l’Association nationale des éditeurs de livres et l’entreprise québécoise De Marque, l’Entrepôt numérique répertorie plus de 10 000 titres d’ouvrages en français. Les achats effectués par les bibliothèques publiques québécoises comptent pour près de 25 % de ce montant.

Toutes catégories confondues, 17 % des livres vendus en 2013 étaient des livres numériques, selon BookNet Canada. Après une légère baisse en 2012 (15 %), la part de marché du livre numérique, qui était de 16,5 % en 2011, reprend de la vigueur.

À voir ici :
L’infographie Canadians Adopting Ebooks (en anglais)

* * *

À propos de Kathy Noël

Kathy Noël est journaliste, chroniqueuse et blogueuse à L’actualité. Journaliste économique depuis près de 15 ans, elle a auparavant travaillé au journal Les Affaires et au magazine Commerce, où elle a occupé le poste de rédactrice en chef adjointe de 2002 à 2009. On peut la suivre sur Twitter : @kathy_noel.

Les commentaires sont fermés.

Attention à ceux qui ne s’y connaissent pas encore mais qui songent à se tourner aux livres numériques.
Le livre papier:
-vous l’achetez et il vous appartient
-vous le prêtez à qui vous voulez, le nombre de fois que vous voulez
-vous pouvez le louer, le vendre, le donner à qui vous voulez
-il pourra encore servir dans 400 ans, tant et aussi longtemps qu’il ne sera pas détruit.

Le livre numérique:
-ne vous appartiendra jamais complètement, il sera comme une location
-vous ne pourrez pas le prêter, le louer, le vendre, le donner
-à chaque mises-à-jour de logiciel ou à chaque achat d’un nouvel ordinateur ou d’un nouveau lecteur, il n’est pas certain que vous continuerai à avoir accès à tout vos livres, que vous pourrez tous les transférer
-il n’est pas à 100% certain que les formats actuels ne changeront pas encore et encore et qu’un jour viendra vous ne perdrez pas l’accès à toutes votre ou vos bibliothèques payées des milliers de dollars, voir des dizaines de milliers de dollars pour certain au fil du temps…
-pour en avoir accès vous devrez toujours posséder, remplacer et payer:
-un ordinateur et/ou (APPLE oblige un Mac pour faire le transit des bibliothèques) une tablette ou un lecteur de livres numériques
-un disque dur pour en conserver une copie par précaution ou utiliser un nuage quelconque
-une connexion et un fournisseur internet
-dans certains cas présentement mais à prévoir dans l’avenir pour la majorité du temps, une connexion internet active pour pouvoir lire votre livre sur votre appareil, comme pour certains jeux et logiciels, pour que le fournisseur puisse vérifier l’authenticité de votre fichier et qu’il n’a pas été obtenu illégalement…

Je possède près de 10 milles livres papier.
Certains qui datent des années 1700 et 1800.
Une grande quantité des livres de ma bibliothèque ont été lus et relus, prêtés, vendus et revendus. L’un de ceux là appartenait à mon arrière grand-père.
Je possède aussi un peu plus d’un millier de livres numériques, certains en double et donc sur papier aussi.
Et certaines difficultés sont apparus à mesure que les éditeurs et les vendeurs, les ventes augmentant et voulant s’accaparer et conserver des marchés ont inventés des complications de toutes sortes, souvent au nom des droits d’auteur, en créant des protections, des limites, des formats différents voir exclusifs et même dernièrement changeant de format.
J’ai perdu l’usage de $400.00 de livres numériques parce que l’application exclusive aux iPads n’est plus disponible pour celui que je possède (le premier).
J’en ai perdu un autre $7-800. aussi pour tablettes d’APPLE parce que l’application n’est plus offerte du tout.
Dans les deux derniers cas, les formats ne permettent pas le transfert des fichiers dans d’autres applications de lecture même celle d’APPLE. Lorsqu’on écrit à APPLE, la réponse est de communiquer avec l’éditeur de l’application. À cet éditeur, on nous retourne à APPLE.
Je suis passé du pc aux ordinateurs APPLE et les formats du premier ne sont pas compatible avec le deuxième. Pour continuer à les (+ ou – 400 livres) lire, je devrai m’acheter un pc à vie…aussi longtemps que quelqu’un ne décidera pas de rendre le format actuel indisponible… Ça représente un investissement de $5-600. pour une partie seulement de ses livres car la majorité ont été obtenus gratuitement…sans compter l’achat de l’ordinateur et de la location de la connexion internet…
Mais même avec les livres achetés au format d’APPLE (PDF) sur mon Mac sous Montain lion ne sont pas automatiquement disponibles dans l’application iBooks venant avec Maverick dans mon nouvel iMacPro pour tous les livres qui n’ont pas été acheté directement de APPLE (iTunes) à moins de faire des manipulations à chaque mise-à-jour et pour certains livres, c’est complètement perdu.

Attention donc à ceux qui ne s’y connaissent pas encore mais qui songent à se tourner aux livres numériques.
Le livre papier:
-vous l’achetez et il vous appartient
-vous le prêtez à qui vous voulez, le nombre de fois que vous voulez
-vous pouvez le louer, le vendre, le donner à qui vous voulez
-il pourra encore servir dans 400 ans, tant et aussi longtemps qu’il ne sera pas détruit.

Le livre numérique:
-ne vous appartiendra jamais complètement, il sera comme une location
-vous ne pourrez pas le prêter, le louer, le vendre, le donner
-à chaque mises-à-jour de logiciel ou à chaque achat d’un nouvel ordinateur ou d’un nouveau lecteur, il n’est pas certain que vous continuerai à avoir accès à tout vos livres, que vous pourrez tous les transférer
-il n’est pas à 100% certain que les formats actuels ne changeront pas encore et encore et qu’un jour viendra vous ne perdrez pas l’accès à toutes votre ou vos bibliothèques payées des milliers de dollars, voir des dizaines de milliers de dollars pour certain au fil du temps…
-pour en avoir accès vous devrez toujours posséder, remplacer et payer:
-un ordinateur et/ou (APPLE oblige un Mac pour faire le transit des bibliothèques) une tablette ou un lecteur de livres numériques
-un disque dur pour en conserver une copie par précaution ou utiliser un nuage quelconque
-une connexion et un fournisseur internet
-dans certains cas présentement mais à prévoir dans l’avenir pour la majorité du temps, une connexion internet active pour pouvoir lire votre livre sur votre appareil, comme pour certains jeux et logiciels, pour que le fournisseur puisse vérifier l’authenticité de votre fichier et qu’il n’a pas été obtenu illégalement…

Aussi, les fournisseurs de livres numériques imposent aussi une limite de téléchargements qui est souvent de 6.

Également, les livres numériques achetés en France sont en moyenne 25% meilleur marché que si vous les acheter d’un fournisseur Québécois.
Malgré toutes les limites et les contraintes imposées, sans compter les coûts du support, d’un moyen de sauvegarde quelconque et d’une connexion internet ainsi que des coûts de leur remplacement, les livres numériques, et malgré le fait que le fournisseur économise une très forte proportion de ses coûts de revient à cause de ses économies sur le papier, l’impression, l’entreposage, le transport, la publicité, l’offre en magasin, et quoi d’autres, malgré tout cela, surtout pour ceux en français offert au Québec et au Canada, il y a peu d’économie à faire en achetant un livre numérique.
Et celui qui devrait en bénéficier le plus, soit l’auteur, est toujours aussi mal payé…celui pour quoi le livre que vous achèterez existe est celui qui reçoit le moins de toute la chaîne…même pour un « meilleur vendeur »!

Reste à savoir le montant des achats à l’international par cette même clientèle.

Avec les divers services en ligne offrant des publications qui ne sont pas disponible au Québec (ou disponible ailleurs à meilleur prix) il y a fort à parier que plusieurs centaines de milliers de dollars sont dépensé en ligne chez des revendeurs non-canadiens. Les achats fait sur ComiXology France, BD Gest’ – Le portail BD de référence, Zinio, Amazon Kindle, Les Humanoïdes Associés et autres ne figures pas dans ce 2.5 millions. L’analyse est donc un survol et donc est de moindre utilité.

Les plus populaires