Cirque du Soleil : un rêve citoyen

Une entreprise qui verse deux millions à son « Service Citoyenneté » pour aider des jeunes en difficulté, c’est rare. Aussi rare que le Cirque du Soleil !

Cirque du Soleil : un rêve citoyen
Photo : François Rivard

FINALISTE : GRAND PRIX BILAN SOCIAL

Retrouvez tous les finalistes et les gagnants des Prix québécois de l’entreprise citoyenne 2010 >>

Six cents millions de dollars en pub gratuite ! C’est ce qu’a généré la « mission sociale poétique » de Guy Laliberté dans l’espace en 2009, selon Influence Communication. En dépit des critiques, la coûteuse expédition (35 millions de dollars) du patron du Cirque du Soleil aura donc atteint son but : accroître la notoriété de One Drop – Goutte de vie, la fondation pour la pré­servation de l’eau qu’il a créée en 2007.

« Les retombées médiatiques ont dépassé tous nos espoirs, dit Lili-Anna Peresa, directrice générale de la fondation. Nous sommes désormais sur l’écran radar de la communauté internationale. » Et si One Drop n’a pas reçu de dons mirobolants à la suite de cette « mission », elle peut toujours compter sur le soutien du Cirque du Soleil et de son fondateur.

L’engagement citoyen du Cirque ne date pas d’hier. Depuis 1989, il réinvestit 1 % de son chiffre d’affaires annuel dans des programmes sociaux et environnementaux. Somme (huit millions de dollars en 2009) qui est répartie également entre One Drop et le Service Citoyenneté du Cirque. « Notre croissance est proportionnelle à celle de l’entreprise », dit Gaétan Morency, à la tête de cette division qui regroupe 50 personnes, dont 10 à l’étranger.

Sur les quatre millions dont dispose le Service, 60 % sont alloués au Cirque du Monde, un programme de réinsertion sociale par l’art du cirque destiné aux 8 à 25 ans. Créé en 1995 de concert avec l’organisme Jeunesse du monde, il a aidé 200 000 jeunes de 80 communautés ethniques de la planète – dont 40 000 au Québec, notamment issus de villages autochtones – à devenir autonomes, avec l’appui d’intervenants sociaux locaux.

« Aider les jeunes de la rue fait partie de nos valeurs depuis l’origine », dit Gil Favreau, directeur de l’action et de la responsabilité sociales au Service Citoyenneté du Cirque du Soleil. « Nous ne sommes pas des philanthropes traditionnels, ajoute Gaétan Morency. Nous agissons sur le terrain pour amener un véritable changement. » Hormis le Cirque du Monde, le Service soutient de multiples activités culturelles.

Cette approche artistique a inspiré la fondation One Drop, qui mise sur l’éducation populaire et l’art social pour sensibiliser les pays riches et ceux en développement aux enjeux liés à l’eau. Pour être en accord avec l’action de sa fondation partenaire, le Cirque du Soleil s’emploie à améliorer son bilan environnemental, entre autres par la récupération de l’eau sur les emplacements de ses différents chapiteaux dans le monde.