Compo Recycle : un vert réaliste !

Compo Recycle met tout en œuvre pour réduire la quantité de déchets acheminés vers les centres d’enfouissement. Sa dernière trouvaille : un service pour donner une seconde vie aux objets dont les propriétaires ne veulent plus.

Compo Recycle : un vert réaliste !
Photo : Matthieu Rivard

LAURÉATE EX AEQUO : PME

Retrouvez tous les finalistes et les gagnants des Prix québécois de l’entreprise citoyenne 2010 >>

Sylvain Lafortune s’en confesse sans ambages : il n’est pas écolo de nature. C’est un homme d’affaires, qui pense d’abord à ses affaires. Mais il a compris que, dans le domaine de la collecte des déchets, il faut se préoccuper de l’environnement pour avoir du succès. « Je suis devenu un vert réaliste en raison de mon travail », explique le PDG de Compo Recycle, qui fait la collecte à trois voies – recyclage, compostage, enfouissement – pour plusieurs municipalités de Lanaudière.

Depuis qu’il s’est lancé dans cette activité, en 1990, avec un seul camion de ramassage des ordures, l’entrepreneur a vu évoluer la gestion des déchets de façon spectaculaire. À l’époque, pres­que tous les détritus se retrouvaient dans les décharges. Sylvain Lafortune avait un désavantage sur ses concur­rents : il ne possédait pas de lieu d’enfouis­sement et devait payer les proprié­taires de décharges contrôlées pour y enfouir ses déchets. C’est donc pour réduire ses coûts qu’il s’est intéressé au recyclage et au compostage. Et afin d’être indépendant, il exploite depuis 1997 une usine de tri et de compostage à Chertsey.

Aujourd’hui, l’usine recycle ou composte 7 000 tonnes de matières par année, soit 52 % des déchets ramassés dans 12 municipalités de la région. Si le recyclage est maintenant présent à peu près partout au Québec, de plus en plus de villes s’intéressent au compostage en raison des coûts d’enfouissement qui augmentent. « Ce n’est pas facile de changer les habitudes des gens, mais si on leur donne les outils et l’information nécessaires, ils vont le faire », explique Sylvain Lafortune.

Compo Recycle accompagne justement son service d’activités d’information et d’éducation destinées à la population : des dépliants sur le recyclage et le compostage sont distribués régulièrement, son site Web regorge de renseignements et des kiosques d’information permettent de faire de la sensibilisation à l’occasion des festivals de la région.

La dernière initiative de l’entreprise : réduire le ramassage des gros objets en permettant aux propriétaires de les donner à ceux qui en ont besoin. Dans le site Web de Compo Recycle, dans la section « Ton surplus, mon bonheur », les gens de la région peu­vent annoncer les objets en bon état dont ils veulent se défaire. Micro-ondes, fauteuils, poussettes et équipements de sport échappent ainsi aux ordures. « Ça fait partie de nos activités d’édu­cation, pour faire prendre conscience aux gens de ce qu’ils peu­vent faire pour diminuer la quantité de leurs déchets », explique Ghislaine Du Nord, agente de communication pour Compo Recycle. En ligne depuis environ un an, le service n’est pas encore très utilisé, mais l’entreprise travaille à le faire connaître.

« Je suis certain qu’un jour on éliminera totalement l’enfouissement. On va tout composter, recycler ou réutiliser, affirme Sylvain Lafortune. Ce que je ne sais pas, c’est quand cela se produira. » Même s’il n’est pas un écolo pur et dur, l’homme d’affaires contribue à l’atteinte de cet objectif.

 

Les plus populaires