Cours de médecine pour tous

TAIMMA COMMUNICATIONS

Leaders de la croissance 2012 - Taimma Communications
Photo : J. Lafrenière

TAIMMA COMMUNICATIONS

Classement : no 6

Domaine d’activité : multimédia

Nombre d’employés en 2011 : 65

Siège social : Montréal

Chiffre d’affaires en 2011 : 4 millions

Croissance 2006-2011 : 938 %

Viendra-t-il un temps où les étudiants en médecine n’auront ni professeurs ni salles de classe ? C’est ce qu’on se demande quand on navigue dans les applications multimédias de Taimma Communications (devenue, depuis avril dernier, A.D.A.M., une division de la multinationale américaine Ebix).

Le rôle des hormones, le fonctionnement du système nerveux, l’asthme, le diabète, tout y est ! L’entreprise a conçu des animations multimédias pour expliquer tant aux novices qu’aux initiés les notions médicales les plus pointues. Ses clients sont des hôpitaux, des écoles de médecine et des sociétés pharmaceutiques, comme GlaxoSmithKline, Bayer et Pfizer. Depuis peu, elle vend aussi des applications pour les particuliers, offertes dans iTunes. « Les contenus scientifiques sont souvent ennuyeux et difficiles d’accès. Nous avons voulu être différents », dit Soula Chronopoulos, qui présidait aux destinées de Taimma et est aujourd’hui vice-présidente d’A.D.A.M. Une stratégie qui paie !

Lors de sa fondation, il y a huit ans, Taimma comptait trois personnes, dont les deux fondateurs, Soula Chronopoulos et Thierry Semoff. Début 2012, ceux-ci peinaient à loger leurs nouveaux employés. « De 5 à 10 nouveaux projets entraient en moyenne chaque semaine », dit Soula Chronopoulos, petit bout de femme de 45 ans au regard franc.

C’était écrit dans le ciel que cette femme d’origine grecque allait devenir entrepreneure. Son père était entrepreneur en construction et sa mère, propriétaire d’un atelier de confection de robes de mariée.

La décision de vendre n’a pas été facile à prendre, disent-ils. Elle leur ouvre cependant de nouveaux marchés et leur offre la possibilité de dominer le secteur médical avec leurs applications.

 

Laisser un commentaire