COVID-19 et krach boursier : que faire de vos placements ?

Voici une technique éprouvée, utilisée par les professionnels, pour traverser les tempêtes financières.

Image : iStockPhoto

Les manchettes économiques sont étourdissantes, et les chiffres le sont encore plus. « Pire journée boursière depuis des décennies », titrait Radio-Canada jeudi après que la bourse de Toronto ait dévissé de 12 % et le S&P 500, de 10 %. Les deux grands indices sont officiellement en marché baissier, qui se définit par un recul de 20 % depuis leur dernier sommet. [Mise à jour: après la déclaration de l’état d’urgence par Donald Trump, les principaux index boursiers ont bondi de 10% en fin de journée vendredi. Les conseils ci-dessous s’appliquent toujours si jamais les marchés continuent à faire du Yoyo.]

À gauche et à droite, des experts conseillent désormais des titres boursiers qui pourraient profiter de la crise déclenchée par la COVID-19, tels Netflix et Amazon, qui divertiront et approvisionneront les gens coincés à la maison, ou encore Slack, une plateforme de travail collaboratif utile pour le télétravail.

Ce n’est pas bête comme réflexion. Sauf qu’en réalité, la crise n’a pas épargné la valeur de ces actions. Depuis leur sommet en février, Netflix a décroché de 19 %, Amazon de 22 % et Slack de 36 %. Ouch !

Voici donc le meilleur conseil que vous pouvez appliquer, éprouvé par les meilleurs investisseurs au cours des krachs précédents : inspirez, expirez, puis tenez-vous-en à votre plan financier. Et si vous ne parvenez pas à relaxer, consulter votre planificateur financier; c’est son travail de vous conseiller et de vous rassurer.

« Il ne faut pas paniquer, dit Keith Mattiews, gestionnaire de portefeuille chez Tulett, Matthews & Associés. Toutes les crises semblent uniques — et elles le sont —, mais lorsque les émotions sont fortes, il faut conserver ses objectifs à long terme et, pour les plus jeunes, continuer à faire ses contributions financières régulières. »

Certes, relaxer est plus facile à dire qu’à faire lorsqu’on voit la valeur de ses placements fondre de plusieurs milliers de dollars, voire davantage, chaque jour. N’empêche, résister à l’envie de tout liquider est la seule façon d’être certain de profiter d’une éventuelle remontée. Au moment d’écrire ces lignes, les principales places boursières nord-américaines effectuaient d’ailleurs un rebond de 2 %. 

En théorie, votre stratégie financière est construite en fonction de vos objectifs personnels. Si vous êtes relativement jeune et épargnez pour une retraite lointaine, vous avez probablement une plus grande exposition aux marchés boursiers. C’est mon cas, et j’ai eu un petit choc en ouvrant mon compte de courtage ce matin. Puis, je me suis rappelé que je n’aurai pas besoin de l’argent qui se trouve dans mon REER avant des décennies. J’ai inspiré. J’ai expiré. Et, comme d’habitude, j’ai investi le petit montant d’argent que j’économise chaque mois.

Si vous êtes sur le point de prendre votre retraite ou si vous épargnez pour un projet à court terme, comme l’achat d’une maison, votre portefeuille devrait normalement être composé majoritairement de placements plus stables, telles des obligations. Si c’est le cas, les récentes fluctuations boursières ne devraient pas vous avoir trop malmenées.

Cette période de turbulence peut même être avantageuse pour certaines personnes. Si vous avez effectué un gain en capital depuis le début de l’année, que ce soit en vendant un placement, un immeuble ou une entreprise, il pourrait être intéressant de liquider certains titres boursiers en baisse dans des comptes non enregistrés « pour capturer une perte en capital et diminuer l’impôt à payer », dit Lyne Larochelle, conseillère en sécurité financière chez Larochelle-Conseils. Évidemment, c’est le genre de stratégie qu’il faut planifier avec un professionnel.

Pour les jeunes investisseurs, ce choc boursier est aussi un bon moment pour apprendre à se connaître. Les marchés ont connu une période de croissance d’une durée phénoménale au cours de la dernière décennie et, pour plusieurs, la crise actuelle est la première à laquelle ils sont confrontés. Si les manchettes économiques vous obsèdent et que l’idée de voir vos placements fondre comme la neige au soleil vous empêche de dormir la nuit, votre tolérance au risque est probablement plus faible que vous ne le pensiez. Lorsque la tempête sera passée, il serait sage de revoir votre stratégie d’investissement. Mais pas tout de suite. Pour le moment, répétez après moi : inspirer, expirer. Inspirer, expirer.

Vous avez des questions sur la COVID-19 ? Consultez ce site Web du gouvernement du Québec dédié au coronavirus.

Vous avez des symptômes associés à la maladie ? Appelez au 1 877 644-4545 ou consultez un professionnel de la santé.

Les commentaires sont fermés.

Ben tiens ! Quand tu as 70 « balais » et que tu as perdu 100.000 € en 3-4 jours tu fais comment pour les récupérer ????
Attendre 85 ans ?

C’est que vous étiez bcp trop placer en actions vu votre âge avancer ! Quand ont commence à décaisser pour la retrait un diminué notre risque ! Bonne chance à vous