Décollage sur mesure

Leaders de la croissance 2020 : C’est grâce à ses contrats de transport d’employés dans le Grand Nord que l’entreprise de nolisement d’avion Chrono Aviation survit à la crise actuelle. 

Vincent Gagnon-Pouliot (illustration : Pauline Stive / L'actualité)

Présenté parLogo partenaire

Chrono Aviation

Services de nolisement d’avion
Croissance 189 %
Chiffre d’affaires entre 25 et 50 millions
Employés 250
Siège social Québec

Si vous croisez un avion de Chrono Aviation un jour, vous ne le manquerez pas. Que ce soit sur le tarmac ou dans les airs, les appareils de cette compagnie aérienne de Québec détonnent avec leur chic peinture noire agrémentée de rouge. « L’image est très importante pour nous », dit le président de l’entreprise, Vincent Gagnon-Pouliot, 47 ans.

L’image extérieure compte, certes, mais l’intérieur aussi, puisque Chrono Aviation retouche la cabine de ses avions chaque année, le confort étant un attrait pour les entreprises qui nolisent ses appareils de 9 à 120 passagers pour se rendre dans les Caraïbes, aux États-Unis, dans une autre province ou dans le nord du Québec.

C’est spécialement pour fournir des services aux entreprises ayant des opérations dans le Nord-du-Québec et au Nunavut que Chrono Aviation a été fondée en 2012, avec un seul appareil. Sa flotte compte désormais 22 avions, dont trois Boeing 737 capables d’atterrir sur des pistes en gravier.

Ce dernier modèle a été acquis uniquement dans le but de soumissionner pour un important contrat de transport des employés d’une mine au Nunavut. « C’était presque impossible de l’obtenir, mais on a pris un risque », raconte Vincent Gagnon-Pouliot.

L’impossible s’est produit et, maintenant que la COVID-19 terrasse l’industrie aérienne, ce sont ses contrats pour transporter le personnel essentiel des installations nordiques qui permettent à Chrono Aviation de survivre. Les revenus de l’entreprise n’en ont pas moins fondu de moitié, mais Vincent Gagnon-Pouliot est sûr que ses avions noir et rouge feront tourner les têtes pendant encore longtemps.

Laisser un commentaire