Des chefs de train payés aussi cher que des chirurgiens!

Les travailleurs australiens ont profité du boum dans l’industrie minière depuis 10 ans pour s’enrichir.

Photo: Christian Uhrig/Getty Images
Photo: Christian Uhrig/Getty Images

En Australie, un chef de train employé par la société minière Rio Tinto est payé aussi cher qu’un chirurgien aux États-Unis! Pas étonnant que l’entreprise projette de les remplacer par des robots, comme le mentionne cet article paru récemment dans Bloomberg.

Les travailleurs australiens ont profité du boum dans l’industrie minière depuis 10 ans pour s’enrichir. À Pilbara, dans l’ouest du pays, la compétition entre les entreprises qui exploitent des mines de fer est telle que les chefs de trains qui transportent le minerai gagnent maintenant jusqu’à 224 000 $ par année.

C’est dans ce contexte que Rio Tinto a annoncé en juin dernier qu’elle allait investir plus de 518 millions de dollars pour mettre au point un réseau de trains sans conducteurs pour transporter son minerai de fer. On prévoit que ce système automatisé et contrôlé à distance sera fonctionnel dès 2014.

En comparaison, au Québec, un chef de train pour une grande société minière gagne en moyenne de 52 000 $ à 66 000 $ par année. Ce montant grimpe à 81 000 $ s’il travaille pour une société ferroviaire comme le CN, selon le Comité sectoriel de main-d’œuvre de l’industrie du transport ferroviaire au Québec.

Verrons-nous un jour ces salariés remplacés par des robots comme en Australie? La question de la sécurité de ce genre de système se pose chez nous en particulier depuis la tragédie ferroviaire de Lac Mégantic, qui a fait 50 morts. Est-on prêt à éliminer le risque d’erreur humaine en se fiant uniquement au jugement d’un robot?

Rio Tinto, estime qu’elle améliorera ainsi non seulement sa productivité mais aussi la sécurité de ses convois. Ses locomotives seront entre autres munies d’un régulateur de vitesse et d’un mécanisme de détection qui activera les freins automatiquement devant un obstacle sur les rails.

Laisser un commentaire