Desmarais et les ficelles du pouvoir

Les Desmarais ont souvent été accusés de «contrôler» le Québec, d’avoir un pouvoir indu auprès des gouvernements. Comment la famille réagit-elle à ces accusations? C’est ce que mon collègue Alec Castonguay et moi avons tenté de savoir.

Desmarais déclassé
Photo : G. Hughes / PC

Même s’il a fondé l’une des plus grandes et des plus puissantes entreprises du Québec, Paul Desmarais père ne donnait pour ainsi jamais d’entrevue. Ses fils, André et Paul, se montrent tout aussi discrets. Au printemps 2012, nous avons tenté pendant des semaines d’obtenir une entrevue avec eux. Nous voulions les faire réagir aux nombreuses critiques formulées à leur égard — notamment sur leur prétendue influence dans les corridors du pouvoir. Devant leurs refus, nous nous sommes présentés, en mai, à l’assemblée générale de Power Corporation, à l’hôtel Intercontinental, au centre-ville de Montréal.

Le Québec était alors plongé en pleine crise étudiante et des centaines de manifestants étaient rassemblés devant l’immeuble, dénonçant le «pouvoir» des Desmarais et de Power Corporation. Nous avons dû franchir un cordon de sécurité de la police pour nous faufiler dans la salle de conférence de l’hôtel, où régnait un calme étonnant. Dans le point de presse improvisé après l’assemblée, les journalistes questionnaient les Desmarais sur les défis de leur entreprise. Mais aucun d’eux ne parlaient de l’éléphant dans la pièce: la manifestation contre Power Corp qui se déroulait à l’extérieur. Alec Castonguay a brisé la glace…

Alec Castonguay: Il y a eu des controverses récemment sur le fait que le premier ministre [Jean Charest] et [le PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec] Michael Sabia ont séjourné à votre domaine de Sagard. Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir ce type de couverture médiatique? Pourquoi invitez-vous ces personnes à votre domaine?
Paul Desmarais:
M. Sabia est un très bon ami depuis 12 ans. Je l’ai invité chez nous comme j’invite d’autres amis. C’est un plaisir de recevoir nos amis, comme vous le faites aussi, j’imagine.

AC : Il n’y a pas d’objectif d’affaires derrière ces invitations?
PD:
On ne parle pas nécessairement d’affaires quand les gens viennent chez nous. On peut s’amuser, avoir un peu de plaisir dans la vie! Moi, quand je vais à la campagne, j’aime passer du temps à faire ce que j’aime, pas nécessairement à parler d’affaires ― ce qu’on fait d’habitude au bureau.

(À André Desmarais) Jonathan Trudel: Pourquoi les gens ont-ils l’impression que vous tirez les ficelles du pouvoir?
AD: 
C’est d’un ridicule, là!

JT: Mais pourquoi ne sortez-vous pas plus souvent sur la place publique?
AD:
Parce qu’on gère nos affaires. On est occupés à essayer de construire une entreprise à travers le monde. Vous avez vu l’envergure de nos affaires? Vous voyez les difficultés qu’il y a partout dans le monde?

JT: Vous êtes un des fleurons du Québec et on vous entend très peu…
AD:
Parce qu’on travaille très fort! On ne trouve pas que c’est notre rôle de dire aux gens quoi faire et comment le faire. Moi, je suis comme vous, je vote tous les quatre ou cinq ans. On élit des gens et c’est à eux de gouverner le Canada et le Québec. Ce n’est pas à nous de faire des commentaires. Les seuls moments où on en fait, c’est quand on participe à des comités du ministère des Finances. C’est là qu’on a une expertise. Franchement, je ne suis pas un élu. Pourquoi irais-je me mêler des affaires des gens qui sont élus pour résoudre ces problèmes? Nous, notre travail, c’est de bien gérer notre entreprise ainsi que de prendre soin de nos employés, de nos clients et de nos actionnaires.

Un journaliste anglophone: Les manifestants à l’extérieur disent que les Desmarais sont associés à la cupidité. Que leur répondez-vous?
AD:
Je pense que c’est très, très malheureux. On se préoccupe énormément de notre société. On travaille fort pour aider les gens de cette ville. On y consacre beaucoup de temps et d’argent à titre personnel. Notre famille et notre entreprise sont très soucieuses des gens et de la société qui nous entoure. Nous l’avons toujours démontré. Si certaines personnes sont en colère et confondent les choses, ça ne nous regarde pas personnellement. Tout ce qu’on peut faire, c’est continuer à se comporter comme on l’a toujours fait, comme mon père se comportait, comme mon frère et moi nous comportons. Nous sommes très fiers de ça.

À cet instant, l’équipe de relations publiques de Power Corporation est intervenue pour mettre fin au point de presse…

Les commentaires sont fermés.

Armand Bombardier a inventé les skidoo et son gendre en a fait Bombardier
Pierre Péladeau a construit Quebecor
Jean Coutu a construit des centaines de pharmacies

A part Sagard, qu’est-ce que Paul Desmarais a construit au Québec?

Desmarais qui a fait reculer Daniel Johnson père en 1967.
La campagne de Trudeau en 1968 fut concoctée dans les bureaux de Desmarais à Montréal
Desmarais que Bourassa consultait en moyenne deux fois par semaine.
Desmarais qui force Bourassa, malade, en 1992 de revenir sur ses paroles car Bourassa, comme Johnson en 1967, en était venu à la conclusion que l’indépendance était la seule solution valable.
Le seul job qu’ait jamais eu Daniel Johnson fils, à part premier ministre, a été conseiller de Desmarais
Le pont d’or de Charest de 2 400 000$ pour venir au PLQ venait de qui vous pensez?
Desmarais qui cède Canada Steamship Lines pour 1$ à Paul Martin.
La fille de Jean Chrétien est la bru de Desmarais.
Sarkozy qui a déclaré que sans Desmarais il ne serait jamais devenu président de la France.
Desmarais qui, dès 1968, déclarait qu’il ferait tout pour empêcher le Québec d’être souverain.
Desmarais est le prince des oligarques qui veulent s’emparer de notre état.
Et M. Sirois est un protégé de Desmarais. Messieurs Sirois et Legault sont associés dans la CAQ.
Desmarais avait son mot à dire dans la CAQ.

Bonjour,

Certes, vous essayâtes en vain de tirer les ficelles, de poser certaines questions que tout bon nationaliste québécois se triture la caboche. Bien sûr, cette grande famille canadienne française n’a même pas à se justifier devant quiconque. Et tant q

( Suite )…… Et tant qu’à poser des questions, soit cette fois sur le ton de la confidence, pourquoi nos nationalistes québécois ont t’ils toujours été frappés de ce vilain défaut qu’est cette jalousie morbide ? Au plaisir, John Bull.

« L’universel, c’est le local moins les murs », disait Miguel Torga. Monsieur Desmarais, canadien, québécois et montréalais jusqu’au bout des ongles, incarnait par ses actions cette vérité. Son regard dépassait de loin les visions étriquées de gens qui ne rêvent que de ficelles, de complots ou de frontières.

Monsieur Desmarais est un Canadien-Français natif de l’Ontario qui a trimé très dur, qui a eu un énorme succès en affaires et qui a décidé de créer et de conserver le siège social de Power Corporation au Québec, à Montréal malgré les gauchisto-séparatistes qui y pullulent.

En plus, c’est un philanthrope comme il ne s’en fait plus au Québec qui a contribué à l’essor de notre culture.

DONC, il a tout de l’ennemi à abattre pour les idiots utiles gauchistes…

@ Francois 1

« Monsieur Desmarais…qui a décidé de créer et de conserver le siège social de Power Corporation… » (Par Francois 1)

Power Corporation du Canada a été CRÉE en 1925 par Arthur J. Nesbitt et Peter Thompson. Ils ont crée ce holding pour investir les sommes faramineuse que leur compagnie d’électricité faisait.

« Je ne suis pas entrepreneur… » a déclaré Paul Desmarais alors qu’il disait préférer acheter des entreprises déjà crées.

Vous êtes à la hauteur de votre ignorance M. Francois 1, comme dans votre négation de l’existence des 30 glorieuses où les américains payent 91% d’impôts

Nos Elvis Gratons se font fourrer par leurs idoles et en redemandent tellement ils les adorent.

Ce que je trouve dommage c’est que vous ne vous rendez pas compte de toute l’incidence qu’ils ont sur nos vies… Great West est une des meilleures compagnies d’assurance au monde… ca fait partie de power corp…. Si on lisait attentivement le portefeuille de Power COrporation, on comprendrait mieux CE QU’ILS ONT ET FERONT POUR NOUS. Passez sous silence le mécénat envers des artistes qui sont devenus populaires c’est minimalistes comme approche..!!! Les dons au Universités Québécoises, la collection de Riopel aurait pu échouer chez un riches princes arabes…
RIEN NE LES A OBLIGÉS A FAIRE TOUT CELA…
Falardeau avait raison finalement… nous ne sommes qu’un peuple de colonisés et vasalisés qui ne sommes même pas capables de rendre hommage a un grand homme qui est partie de 3 fois rien…

Quand j’entends que le philanthrope à fait beaucoup pour le Québec, ces gens ne savent à quel point ils sont colonisés.

Le mécénat de Démarais équivaut à un pour boire de 0,73$ à la serveuse qui à trimé dur pour servir un repas de 276,00$ dollars.

C’est le Québec qui a fait beaucoup pour Démarais et non le contraire. Les contribuables du gouvernement et les politiciens ont mis riches à coup de milliards Démarais.