Docteur, inc.

Le Dr Vincent Demers, qui a le sens du marketing, dit que son projet de service de consultation à domicile coûtera moins cher qu’une visite du plombier.

Blogue EconomieUn médecin montréalais retourne dans sa ville natale pour offrir un service de visite à domicile et de consultation privée par Skype ou Facetime à charge de l’usager. La nouvelle, rapportée par Le Journal de Montréal et La Presse, a capté mon attention par son caractère innovateur et singulier, car il s’agira du seul médecin québécois offrant un tel service.

Je ne suis pas un spécialiste de l’organisation des soins de santé, je ne suis pas partisan de la privatisation de ces soins et je ne veux pas m’inscrire dans l’analyse des discussions et de l’accord finalement conclu entre le ministre de la Santé et la Fédération des médecins omnipraticiens. Non, ce qui m’étonne dans le projet du Dr Vincent Demers, c’est la simplicité de la démarche. Une simplicité qu’on ne retrouve pas souvent dans le système québécois. Comme tout entrepreneur, il croit voir un besoin dans la population et il veut le combler. En affaires, on appelle cela une «opportunité de marché».

Il fait l’hypothèse que des gens aimeraient compter sur la présence d’un médecin à domicile ou par appel vidéo quand ils ont un problème de santé. Ce peut être parce qu’ils ont une maladie chronique et qu’ils aimeraient avoir l’opinion d’un médecin avant de se présenter à l’urgence pour se faire hospitaliser. Ou parce que leur enfant est souffrant et qu’ils ne veulent pas camper plusieurs heures à l’urgence avec leurs autres marmots sous les bras. Peut-être parce qu’ils sont en phase terminale et qu’ils aimeraient finir leur vie à domicile, mais tout en recevant les soins appropriés.

Pour avoir droit à une consultation à domicile, il en coûtera 135 dollars. Un montant de 62 dollars sera prélevé pour la visite en tant que telle, et 73 dollars pour le déplacement. La Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) ne rembourse aucun temps pour le déplacement des médecins qui veulent visiter un patient à domicile — juste le kilométrage, dans un sens seulement, et après les huit premiers kilomètres.

Il est évident qu’un médecin rémunéré à l’acte est beaucoup plus intéressé à faire de la clinique sans rendez-vous, où la clientèle ne manque jamais et où la facturation potentielle est beaucoup plus intéressante. Quelle idée de perdre son temps dans la circulation quand votre bureau déborde…

En revanche, on peut faire l’hypothèse qu’une partie de la clientèle apprécierait une visite à domicile, comme celles que faisait le bon vieux docteur Welby de la série télévisée des années 1970. Le Dr Demers, qui a le sens du marketing, dit que son service coûtera moins cher qu’une visite du plombier. Il me semble que nous méritons autant de soins que nos vieux tuyaux.

Le Dr Demers a un bagage particulier. En plus d’être médecin, il a terminé un MBA à McGill et à HEC Montréal. Il a aussi une formation de graphiste, rapporte-t-on. Doit-on pourtant y voir un apôtre de la médecine à deux vitesses au service des plus fortunés ? Jusqu’à sa démission fracassante de la Régie de l’assurance maladie du Québec, en janvier dernier, il travaillait pourtant dans une clinique spécialisée en itinérance et il compte faire du bénévolat en plus de sa nouvelle pratique privée.

Il est complètement désengagé de la RAMQ et il ne peut plus facturer la Régie pour des soins assurés par le régime public. Il est devenu un pur entrepreneur, ne comptant que sur la mise en place de sa clientèle propre pour gagner son pain. Il me semble que son idée est porteuse et répond à un réel besoin, auquel le régime public peut difficilement répondre, vu son organisation et la méthode de rémunération des médecins.

Personnellement, je lui souhaite bonne chance et je serai le premier à le référer si l’un de mes proches avait rapidement besoin de l’œil expert d’un médecin sans devoir subir l’attente en clinique ou aux urgences.

* * *

Comment sont payés les médecins au Québec ?

[brightcove videoID=4133624634001 playerID=636457847001 height=509 width=600]

26 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Le modèle d’affaire du docteur Demers est viable puisqu’il a choisi d’opérer à Québec où il va trouver une clientèle de rentiers assez conséquente qui peut effectivement défrayer ses tarifs. Dans une ville où les déplacements sont encore le plus souvent aisés (hormis quelques heures de la journée). Ce modèle et ces tarifs pourraient-ils aussi aisément se dupliquer dans la grande région de Montréal avec ses travaux, ses embouteillages, ses engorgements de ponts ? Est-ce que la clientèle serait au rendez-vous de la même façon dans une ville moyenne ou encore en région ?

Quelles solutions propose-t-il pour le moment à ses patients en dehors de ses heures d’affaires ?

Ce qui peut sembler intéressant à première vue, c’est la consultation d’un médecin via le réseau Internet. On l’utilise (Internet) de plus en plus en médecine. Notamment en chirurgie, il est possible d’employer des robots commandés à distance de cette façon, permettant en toute sécurité des interventions bénignes sous supervision médicale sur place néanmoins.

À ce titre, si le docteur Demers innove peut-être dans cette bonne ville de Québec. Il aura simplement observé ce qui se pratique de plus en plus ailleurs avec succès. Ici, nous avons déjà une ligne gratuite : Info-santé, nous sommes servis par des infirmières. On pourrait bien sûr concevoir des services à distance plus complets et mieux intégrés.

Il n’en reste pas moins que ce qui manque le plus où que l’on soit ; c’est l’accès à un médecin en tout temps et qui puisse se déplacer chez vous. Un tel ensemble de services très efficaces, remboursables en partie ou en totalité par les mutuelles ou les assurances et relativement peu coûteux grâce à sa rapidité.

Un patient pris en charge rapidement coûte toujours moins cher. Ce genre de services existe en France depuis quelques décennies et cela a fait ses preuves.

Si le projet du docteur Demers mérite d’être remarqué, cela n’apporte aucune solution qui favorise pour le moment réellement l’accès universel aux soins de santé. Quoiqu’il en soit, c’est son droit le plus absolu d’organiser sa vie professionnelle comme bon lui semble, cette solution devrait lui permettre qui plus est de poursuivre sa mission auprès des plus démunis, un exercice qui ne peut susciter que de l’admiration.

J’ai bien peur que notre bon médecin nous fait de l’esbroufe. Ses visites à domicile seront destinées aux hypocondriaques en moyens puisque les personnes âgées ou handicapées qui ne peuvent se déplacer facilement ne pourront se payer ses services. D’ailleurs, ceux qui ont la chance d’avoir un médecin de famille et de lui rendre visite régulièrement savent qu’il se fie davantage aux analyses de sang et d’urine, parfois de fèces, pour diagnostiquer une maladie qu’à l’examen physique d’une personne.

Enfin, les discussions sur le net pour des conseils de santé ou pour me dire d’aller à l’urgence de l’hôpital si c’est sérieux, info-santé rend le même service gratuitement.

Un médecin qui a un tarif plus cher pour ses déplacements que pour ses soins, n’est-ce pas un signe sérieux de son inefficacité ?

Je renverser votre argument. Puisque l’hôpital est gratuite, un établissement de santé qui demande un tarif de stationnement plus élevé qu’un tarif pour ses services de soins, est-ce à dire que ses services sont pourris? Allez voir les tarifs de stationnement au nouveau CUSM, vous m’en donnerez des nouvelles!

En passant, je ne critique pas le fait que les établissements de santé demandent des frais de stationnement, c’est la gratuité universelle des soins qui est intenable.

Au Québec le système de santé est gratuit?
Bonne nouvelle je ne le savais pas!
1-La santé est le principal poste de dépense du gouvernement.
2-Il y a toutes sortes de frais qui sont imposés ici et là, même sans respecter les règles et les lois.
3-Parlez en au diabétique, aux gens en perte d’autonomie pour ne nommer que ceux là. Pour ma part je rajouterai 2 gouttes pour les yeux à chaque fois que je vais chez l’ophtalmologiste à $30., même lorsqu’il n’en met pas. Et quoi d’autres?
4- Le dentiste ne coûte rien et les lunettes non plus, le physio-thérapeute et le psychologue et c’est sans parler de l’attente pour les deux derniers.
Existe-t-il une façon: 1- d’avoir en un temps raisonnable un rendez-vous chez le dermatologue, surtout pour un homme à moins de spécifier que vous voulez un traitement de botox?; 2- d’en sortir sans avoir à débourser pour un traitement, un médicament, une crème? Ils sont tous spécialisé pour des traitements non couvert par le système de santé « gratuit » du Québec, ou presque!

Je n’ai aucune difficulté à deviner que vous n’avez pas réfléchi longtemps pour me fournir cette comparaison. Ma remarque portait sur l’efficacité de ce médecin, je n’ai aucun doute sur la qualité des soins qu’il prodigue.

J’ai un problème avec ce raisonnement qui veut comparer le coût du stationnement des visiteurs d’un hôpital avec le coût des soins dispensés par cette hôpital et de voir un lien sur la qualité des soins fournis par celle-ci.

Par contre, je m’inquiète aucunement de savoir si le pdg de l’hôpital ait sa place de stationnement gratuite.

« …un établissement de santé qui demande un tarif de stationnement plus élevé qu’un tarif pour ses services de soins… »

Vous devriez suivre des cours calculs gratuits et n’oubliez pas qu’il y a des François libertariens ultra conservateurs qui écrivent à s’en meurtrir les doigts que les Québécois sont des analphabètes fonctionnels.

« …’est la gratuité universelle des soins qui est intenable. » ( Martin Beaulieu)

Pour combler votre manque d’information, je vous signale que le système d’assurance santé universel du Canada n’est pas gratuit.

Le système du Canada coûte mois de 5 000$ par habitants et est beaucoup plus efficace que le système des USA alors qu’au Canada, tous sont soignés sans exception.

Pour les USA, alors que pour eux la gratuité est du socialisme et du communisme, ils vivent presque quatre ans de moins que nous et en moins bonne santé les dix dernières années de leur vie selon l’OCDE.

Ce système USA coûte plus DIX MILLES DOLLARS PAR HABITANTS et en plus de payer des taxes pour ce système, QURANTE MILLIONS D’HABITANTS n’ont presque PAS DROIT aux soins de santés aux États Unis d’Amérique.

À comparer au Canada c’est le système de santé US privé qui est pourri et en plus, ils n’ont plus le moyen de ce système.

« …n’oubliez pas qu’il y a des François libertariens ultra conservateurs qui écrivent à s’en meurtrir les doigts que les Québécois sont des analphabètes fonctionnels. » (sic)

http://www.ledevoir.com/societe/education/330606/l-analphabetisme-au-quebec-un-fleau-pour-toute-la-societe

Extrait:

« Ce sont 49 % des Québécois qui ont des difficultés de lecture, qui cherchent à éviter les situations où ils ont à lire et, lorsqu’ils parviennent à décoder une phrase, qui n’en saisissent pas forcément le sens.

Or l’Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes (EIACA, 2003) a révélé que, au Québec, près de la moitié de la population n’atteint pas ce niveau 3, que 16 % des 16-65 ans, soit 800 000 personnes, se classent au niveau 1 de l’échelle de compréhension des textes et qu’ils sont donc considérés comme analphabètes. »

Autre chose Youlle?

« Autre chose Youlle? »

Non!

Mais je parlais surtout d’un libertarien libéral analphabète fonctionnel.

Merci M. Duhamel pour cet article. Une petite précision, je n’ai pas de formation de graphiste et ne me qualifie pas de graphiste. Le journaliste de la Presse a, je crois, mentionné cela dans son article, parce que j’ai réalisé moi-même le design et le logo de mon site Internet Domicilemed.com.

Personnellement, je pense que les visites à domicile devraient être des cas d’exceptions et non un moyen de procurer une médecin à deux vitesses aux gens bien nantis. Il faut ouvrir les CLSC 24/7 et en faire la vraie première ligne. Si le cas du patient est grave on l’orientera aux urgences. Multiplier les cliniques sans rendez-vous consiste à payer en double au privé pour pallier la sous-utilisation des immeubles (les CLSC) déjà payés par la population Il est temps qu’on se réveille : la ré ingénierie de la médecine ne vise qu’à favoriser la privatisation des soins, pourtant un droit universel

Une caisse de bière avec ça?

« Le Dr Demers a un bagage particulier. En plus d’être médecin, il a terminé un MBA à McGill et à HEC Montréal. »
Homme intelligent et avec de grandes capacités!
« Le Dr Vincent Demers, qui a le sens du marketing, » .
Wow, impressionnant!

Un forfait voyage avec ça?

1- Il y a plus de 20 ans, un vieux médecin que je visitais pour la première fois, en février, pour une mauvaise grippe qui semblait s’éterniser, sans avoir fait le HEC, ce que je présume cependant, devait aussi avoir un grand sens du marketing. En effet, sans me faire un examen digne de ce nom, ni me poser trop de question sur ma condition, il insista beaucoup, beaucoup, beaucoup pour m’administrer (peut-être avait-il cependant un MBA?) le vaccin de la grippe avec tout ses avantages, en oubliant comme dans toutes les publicités de me parler des effets négatifs possible, mais pire en passant outre le fait qu’un vaccin pour la grippe en février alors qu’on l’a déjà en plus, est aussi utile qu’un changement d’huile juste avant d’appeler pour faire remorquer sa voiture aux rebuts! Il y a 20 ans je n’avais pas encore 65 ans, ce n’était pas gratuit! Enfin gratuit, même quand c’est gratuit, on se comprend, ce n’est pas gratuit!
Non seulement insistait-il beaucoup, mais en plus avant même que j’aie accepté, il préparait sa seringue en me demandant: « on l’a fait? » et « vous décidez-vous là? ». Je suis reparti avec ma grippe, aucune suggestion et pas de vaccin! Demandez-moi donc ce que j’en ai pensé?
2- Je me suis fait parler de placement boursier lors d’un rendez-vous chez un autre médecin!
3- Aussi dans une occasion pareil, un autre m’a dit que son épouse avait une agence de voyage. Oh mais tout-à-fait par hasard sans aucun doute, qu’un voyage à la chaleur me ferait le plus grand bien. Je suis sorti de son bureau avec une carte de la business de sa femme que j’ai remise à sa secrétaire en sortant en lui recommandant un voyage dans le sud.

4-5-6 et peut-être 7 pourrait raconter des annecdotes de médecins qui ont le sens des affaires et du marketing aussi. Je vous les épargnes ou vous en prive? Ouin difficile de se sortir de l’aspect business de la chose, même en médecine à ce qu’il semble ou encore du public ou privé!

C’est sans compter toutes ses cliniques privées et ses médecins ou chacun sont des entreprises en soit, gentre pme et qui sont tous et toutes en plus de ce que j’ai raconté et de ce que je n’ai pas raconté des trappes à crabes vers des abus de toutes sortes.

Merci monsieur Duhamel pour votre article, le docteur Vincent Demers est dans ma liste de contacts à éviter.
Il y a des choses qui ne se mélange pas, dont les affaires et la médecine…enfin pas aussi directement!

Je prendrais aussi 2 hots dogs et une patate! Oui avec la caisse de bière.
Ma cousine d’Outremont, lorsqu’elle prendra rendez-vous, elle, commandera en même temps une bouteille de champagne!
Pourquoi pas?
Les affaires sont les affaires?
Il ne faut pas manquer les occasions!
Tiens donc, le dépanneur du coin, ouvert 24 heures…par jour…annonce l’ouverture d’un cabinet sans rendez-vous en complément de l’offre de services aux bénifices de la clientèle. Le propriétaire chinois m’a dit dans un anglais compréhensible, qu’il attendait son permis de pharmacie.
Ça fera changement, un dépanneur-pharmacie-cabinet de médecins, des pharmacies-dépanneur-cabinet de médecins au dessus déjà existants.
Y-a pas une ministre provinciale libérale qui était propriétaire d’un tel complexe il n’y a pas aussi longtemps?
Le plein d’essence avec ça?

Ah oui, celle, la ministre qui était une pharmacienne en même temps, et femmes très affairées par ses entreprises!

…et à qui le Parti Québécor s’égosillait à demander, à l’époque, de démissionner justement parce qu’elle était propriétaire d’une pharmacie.

Et maintenant, si l’on parlait de PKP propriétaire de plus de 45% des média québécois et qui aspire à devenir premier ministre? Hein?

Habituellement, vous commentez avant la «barre du jour». Est-ce que celui-ci vous a demandé plus de réflexion?

Quand on travaille dans un dépanneur, c’est le boss qui décide du temps.

Ou on triche le boss.

Merci pour autant d’inspiration François premier.
Le docteur Demers, pourra en plus de la bière, des hot dog et des patates, du champagne, pourra ajouter un autre produit « connexe » et d’affaires pour le bénéfice de sa clientèle, soit les journaux et revues de PFK!
Vu c’est talent de graphiste, il pourra aussi en faire la promotion sans trop de frais sur son site et sur twitter!
Le HEC et le marketing à toutes les sauces: c’est payant!
C’tu beau le sens des affaires?

Surtout pour ceux qui peuvent se payer tout leurs désirs.
Pouvoir se payer une poignée de porte en or est une chose.
Pouvoir se payer de ne pas faire la file en santé, c’est odieux!
La santé n’est pas un bien qu’on peut s’acheter…dans le même sens que tout les autres biens de consommations.
Malheureusement le gouvernement de docteurs et de financiers au pouvoir, eux, puissent qu’ils se sont acoquinés ensemble n’y voient aucune différence. Non seulement, pour mieux arriver à leurs fins, en campagne électorale, ils ont cachés à la population leurs véritables intentions, une fois au pouvoir ils ont inventé une crise financière, pour que leurs zamis puissent s’enrichir encore plus rapidement.

« Le docteur Demers, pourra en plus de la bière, des hot dog et des patates… »

Et le très gros docteur minisse et son chef pas du tout attachés à l’argent doivent se bourrer la face.

Nos Libéraux ont GAGNÉ les 2 élections complémentaires et ce, après plus d’un an « d’austérité »!

En plus, ils mènent dans tous les sondages et ce, même après que PKP ait pris la tête du Parti Québécor et qu’il est censé être toujours en lune de miel et que les journaleux des média de Québécor ne cessent de faire de la vile propagande contre le gouvernement québécois actuellement en place et qui dirige toujours notre province de main de maître.

Quant à vos affirmations au sujet des n’amis Libéraux qui s’enrichissent, je vous invite à lire le Rapport Moisan et à réfléchir sur le « deal » entre la Marois et la FTQ. La Marois roule maintenant en Ferrarri…

« Et maintenant, si l’on parlait de PKP propriétaire de plus de 45% des média québécois et qui aspire à devenir premier ministre? Hein? »

Et si on parlait des autres 55% propriétaires des presses, ceux qui dictent quoi faire aux conservateurs du parti libéral canédian québécois. Hein?

en réplique à François premier:
« le gouvernement québécois actuellement en place et qui dirige toujours notre province de main de maître. »
Nous sommes d’accord!
Mais ça ne devrait pas être ainsi.
Les Québécois n’étant pas les élèves des maîtres au pouvoir mais bien les véritables directeurs de toutes les institutions gouvernementales québécoises et les grands patrons de ses maîtres: pas le contraire!

Payer mon plombier pour ses services ne me dérange pas du tout, même si je trouve cela dispendieux. Aussi lorsque je l’ai pu, à la place de payer un plombier, j’ai fais la job moi-même.
Devoir payer les services à « un » docteur Demers, j’espère que jamais je n’aurai à le faire. Je ferais savoir mon mécontentement à mes proches et à mes voisins si j’apprenais qu’ils utilisent ce genre de service…au privé…au privé…!
Ses services existent déjà au public.
Peu de médecins pour des raisons évidentes veulent travailler de cette façon. Les conditions devraient pouvoir être améliorées. Mais cela devrait être rendus seulement pour des cas « spéciaux » de gens qui ne peuvent pas ou plus se rendre en cabinet, à l’hôpital…peu importe la fortune, les assurances des malades et patients.
En santé comme dans quelques autres domaines, les services devraient être disponibles et rendus à tous de la même façon, peu importe les avoir des bénéficiaires!
Ceux qui en veulent vraiment plus et qu veulent payer le prix, qu’ils aillent s’acheter out ce qu’ils veulent au pays champion des inégalités, de l’incohérence, là où encore en 2015, la couleur de votre peau fait une différence et que le port d’une arme est une question de liberté incluse dans la charte, soit aux états-unis.

« Le Dr Vincent Demers, qui a le sens du marketing, dit que son projet de service de consultation à domicile coûtera moins cher qu’une visite du plombier. » (Pierre Duhamel)

Quand on a le sens du marketing on évite de parlez des coûts et on les camoufle. T-sé on cache les petits extras etc.

« Pour avoir droit à une consultation à domicile, il en coûtera 135 dollars. Un montant de 62 dollars sera prélevé pour la visite en tant que telle, et 73 dollars pour le déplacement. »

C’est donc beau le bénévolat et le veux de pauvreté.

Il veut nous faire croire qu’un médecin travaille à 62$ de l’heure!!!!

Je ne suis pas un imbécile et vos lecteurs non plus.

Un médecin se déplacerait d’un ville à un village à 25 km pour 73$???????

C’est beaucoup moins cher qu’un taxi.

Et puis il a un MBA! Aille!!!

Voyons donc M. Duhamel, vous préconisez un système de de santé pour les riches que payeront les pauvres en partie.

Comme aux USA!

Le plombier.

« La norme sur le marché est de charger 30 minutes de transport au tarif horaire régulier. Donc, pour un plombier qui charge normalement 75$ de l’heure, ses frais de déplacement équivaudraient à 37.50$. »

« Peu importe si les travaux requis prennent 50 minutes ou moins, les plombiers vous chargeront usuellement au moins une heure d’honoraires pour la main d’œuvre (en plus du déplacement). Donc, pour un plombier à 70$ de l’heure, il ne faut pas espérer payer moins de 100$ pour le moindre travail si vous le faites venir à votre emplacement. »(Québec Plombier)

Donc le docteur machin truc à 135,00$ qui fourni le gaz et son char.

et

Le plombier à 100,00$ minimum pour un travail de 50 minutes.

Un plombier plus cher qu’un docteur?

C’est plombier qui est menteur ou le docteur?