D’où viendra l’argent ?

Il faudrait cesser de faire des barrages hydroélectriques, puisque chaque nouveau complexe semble détruire « la dernière rivière vierge du Québec ».

Il faudrait ne pas développer le potentiel minier du Québec à moins d’obtenir exactement ce que nous voulons, quitte à n’avoir rien du tout.

Il faudrait que les travailleurs de notre secteur manufacturier soient tous syndiqués, parmi les mieux payés et avec le maximum de congés, quitte à ce que les emplois soient relocalisés ailleurs.

Il faudrait que les employés du secteur public travaillent moins d’heures que dans d’autres secteurs, prennent leur retraite plus tôt et aient le meilleur régime de retraite qui soit, quitte à ce les payeurs de taxes soient saignés à blanc.

Il faudrait créer de l’emploi, mais pas dans les entreprises du secteur énergétique, pas dans les commerces non syndiqués, pas dans les PME qui ne paient pas suffisamment, pas dans l’industrie forestière, pas …

Il faudrait empêcher toute prospection gazière et pétrolière, quitte à importer pour presque 20 milliards de dollars de produits pétroliers et gaziers.

Il faudrait consommer moins d’énergie et de biens de consommation pour sauver la planète, mais tout le monde rêve d’habiter en banlieue et de se procurer les derniers appareils électriques et électroniques qui bouffent de l’électricité 24 heures par jour.

Il faudrait avoir une retraite dorée, mais sans avoir épargné.

Il faudrait développer nos entreprises, mais le manque d’investissement sape leur productivité et leur compétitivité.

Il faudrait faire grandir nos entreprises, mais on a peur d’aller en Bourse.

Il faudrait développer l’entrepreneuriat, mais on a conçu 561 exigences réglementaires pour surveiller le travail des entreprises et les tenir bien occupées.

Il faudrait encourager l’effort et le travail, mais c’est au Québec où ceux qui gagnent le plus, écopent le plus.

Il faudrait développer les exportations, mais en imposant le maximum de contraintes sur ceux qui produisent les biens exportés et en faisant la fine bouche sur les pays où nous vendons.

Heureusement, il paraît que nous ne sommes pas si endettés, pas si taxés, pas si dépendants de l’État et que nous sommes la vache à lait du Canada.

Heureusement.

 

Laisser un commentaire

Ce qui est problématique n’est pas ce qu’on fait, mais comment on le fait. De la même façon la question n’est pas seulement d’attirer des capitaux, c’est plutôt de bien gérer l’ensemble des ressources. Les bons capitaux viennent naturellement là où les ressources sont bien gérées.

Les capitalistes ou les détenteurs de capitaux ne cherchent pas seulement du rendement sur leurs investissements, ils recherchent aussi un mode de vie, une qualité de vie, de la paix et de la tranquillité d’esprit, de la stabilité et des projets de société.

Lorsqu’on construit des barrages pour produire de l’électricité on favorise une industrie en particulier. Une industrie lourde et les bétonneurs. Ce sont des choix de sociétés qui ne sont pas choisis par les citoyens, ce sont des choix conclu par des spécialistes qui sont intéressés à protègent certaines corporations.

Le corporatisme échappe à la démocratie. On ne peut prétendre évoluer dans une société libre lorsque les citoyens sont maintenus artificiellement en état de médiocrité. Lorsque les seuls qui graduent sont ceux qui embrassent le système non pour sa qualité mais pour les profits et les objets qui peuvent être retirés pour cette approbation du système.

Quand une société repose sur de fausses valeurs, il faut s’attendre à toutes les formes de corruptions et les profiteurs et les profiteuses de touts poils n’appartiennent pas à une classe, ils évoluent dans toutes les classes de la société.

C’est par l’observation de ce genre de détails qu’on peut évaluer sur une société est fondée sur le vice ou bien sur la vertu. Dans une société fondée sur le vice, c’est le vice qui prospère comme cela a toujours été.

Je suis un représentant de la classe moyenne…même très moyenne je vous dirait. Je vous écrit ceci sur un ordinateur même pas encore fini de payer.

Personne autour de moi veut tout sans payer.
Personne autour de moi veut une retraite dorée sans payer.
Personne autour de moi ne veut le beurre, l’argent du beurre, et si possible coucher avec la fermière.

Ce que l’on veut par exemple, c’est que nos gouvernements, supposément au service du peuple qui l’a élu, commence à envisager que d’être au service du peuple veut peut-être dire de prendre des décisions pour celui-ci, et dans l’optique du bien-être de celui-ci. Et non pas toujours dans l’optique de favoriser son cousin qui a une compagnie de construction ou bien les 2 ou 3 compagnies qui ont contribué à la caisse électorale lors de la dernière campagne.

On parle souvent de salaire minimum, mais jamais de salaire maximum…c’est drôle non ?
Vous ne trouvez pas surréaliste le fait que des dirigeants de banque s’accordent des salaires de plusieurs millions de dollars ?
Vous ne trouvez pas surréaliste que le dirigeant sortant de la caisse de dépôt obtienne un faramineux chèque alors que la caisse enregistre des pertes énormes.
Si je ne fais pas mon job correctement, je perds mon emploi et je n’obtiens que mon 4% de départ qui ne me permettra même pas de tenir mes 8 semaines d’attentes pour l’assurance-emploi…mais si un dirigeant de grandes entreprises ne fait pas correctement son job, on le renvoie avec un chèque de plusieurs millions de dollars.
Que font ces gens de si extraordinaire qui méritent un salaire de plusieurs millions de dollars ?

C’est juste ça qu’on veut…de l’équité sociale.

Mais évidemment, juste en lisant votre texte, je vous dénote une appréhension positive vers le capitalisme pur et dur. Définition: Produire toujours plus pour toujours moins de dépenses afin que les dividendes cette année permettent au conseil d’administration de passer les fêtes de Noël sur la sable bien au chaud pendant que les travailleurs déballeront leurs cadeaux achetés chez Tigre Géant cette année parce que nous avons supprimé les bonus.

Bonne fin de journée, et surtout n’oubliez pas de prendre rendez-vous chez votre concessionnaire, les BMW sont de petites voitures fragiles qui demandent un entretien rigoureux…

@ Pierre-Paul Charlebois : Vous résumez tellement bien ma pensée. Bravo. Et je pense qu’une très grande majorité de québécois pensent comme vous.

Chez les partisans de la droite, j’imagine facilement deux groupes bien distincts: le premier est composé de ceux qui possèdent le pouvoir et veulent s’enrichir sans fin, les prédateurs. Le deuxième groupe est constitué de gens comme vous et moi qui font partie de la classe moyenne et se sont laissés convaincre par le premier groupe que tous les maux de la société viennent de la gauche, du gouvernement, des syndicats, bref de tous ceux qui se mettent de travers dans le chemin des premiers.

Alain Michaud
Pointe-aux-Trembles

@ Pierre-Paul Charlebois (# 2) & @ Alain Michaud (# 3):

Ah…le mythe des gros méchants riches capitalistes qui sont nés pleins aux as et dont l’argent est apparu comme ça, soudainement, dans leur cour arrière sans qu’ils ne fassent aucun sacrifice, sans qu’ils ne passent d’heures interminables au bureau sacrifiant ainsi leur vie de famille, sans qu’ils n’aient fait d’études universitaires longues et ardues, et sans qu’ils n’aient pris aucun risque a la vie dure sur votre planète.

Au Québec, 3,6% des contribuables qui n’ont pas encore quitté le Québec gagnent plus de 100 000$/an. Ce 3,6% de contribuables a payé 6,4 milliards de dollars en impôt, ce qui représentait 30,8% de tous les impôts perçus chez les particuliers.

Pas assez pour vous? Où devrions-nous nous arrêter? À 100% d’impôt?

Les 20% des contribuables les plus riches, revenus supérieurs à 51 056$ (imaginez…au Québec, c’est d’être riche!!!), ont contribué à hauteur de 70,0% des impôts perçus chez les particuliers.

Pas encore assez « équitable » pour vous? Vous voudriez qu’ils paient pour travailler?

Les 40% des contribuables les plus riches, revenus supérieurs à 32 591$, ont contribué à hauteur de 91,4% des impôts perçus chez les particuliers. Autrement dit, les impôts prélevés chez le 60% des contribuables restants, revenus inférieurs à 32 591$, ne représentent que 8,6% des impôts perçus chez les particuliers.

Bref, une proportion importante de la population profite des avantages/programmes sociaux qui sont payés par une minorité.

D’après moi, comme « justice sociale », on peut difficilement faire « mieux » non?

Qu’est-ce que vous voulez de plus? Rouler nos entrepreneurs dans le goudron et les plumes pour ensuite les donner en pâture aux pauvres? Cela règlerait-il les problèmes du Québec qui est riche en pauvres et pauvre en riches?

Vous voulez vraiment une équité sociale? OK!!! Attaquez-vous aux régimes de pension de certains boomers syndiqués et surtout des innombrables fonctionnaires syndiqués du Québec (provinciaux et municipaux) qui sucent le sang du peuple qui, lui, n’a majoritairement aucun fonds de pension, pour permettre à ces vampires de continuer de jouir de privilèges indécents. On appauvrit le pauvre peuple (dont vous semblez faire partie…ça devrait vous scandaliser au plus haut point!) pour gaver encore plus des bureaucrates qui se ont déjà régalés au buffet des conditions de travail indécentes auxquelles ils ont eu droit.

ÇA se serait un VRAI combat pour l’équité sociale.

On a détourné une rivière dans le nord et on construit le barrage de la Romaine.

On a déplacé une partie de la ville de Malartic pour construire une mine d’or.

L’abitibi et la côte-nord sont en feu à cause du boom dans les mines. Cela, malgré le fait que le gouvernement fédéral préfère utiliser notre argent pour subventionner les compagnies automobiles de l’ontario.

Une compagnie minière en gaspésie a un plan pour approvisionner nos alumineries tout en produisant des terres rares. En passant, en 10 ans, la gaspésie a installé des centaines de MW en énergie éolienne, malgré une certaine opposition au départ.

Le taux de chômage de la région de Québec-chaudières Appalaches est le plus bas parmi toutes les régions au canada.

Heureusement que ce n’est pas au Québec que tout cela se passe.

Heureusement.

Excellent résumé du Québec : tout avoir aux frais de la princesse, sans émettre de gaz à effet de serre (pas si castastrophiques, apparrement), sans tuer le moindre microbe, en alourdissant le fardeau réglementaire…

M Duhamel

Vous avez une vision très médiatique de ce qui se vit au Québec. C’est-à-dire que rien ne change. Une nouvelle coalition de gauche à la proximité de la république du Plateau, c’est-à-dire les diplômés, les jeunes, les minorités, s’oppose à un électorat qui défend le présent et le passé contre le changement. Des forces d’inertie contre le progrès !

Je trouve heureux que la gauche soit bousculée par un E. Duhaime, par Bock-Coté

Est-ce qu’un pessimiste serait plus lucide ?

@Pierre-Paul Charlebois: J’essaierai ici de vous enseigner comment fonctionnent certains aspects de la gestion de compagnies. J’ai trouvé que votre commentaire laissait paraître une ignorance certaine à cet égard, et je me permets candidement d’éclairer certains points.

Les dirigeants de compagnies par actions sont choisis par les actionnaires, des épargnants-investisseurs lorsqu’on parle d’un entreprise cotée à la Bourse.

Leur rémunération est souvent reliée à la performance de l’action de l’entreprise, qui réflète sa valeur à long terme. Elle est payée par les actionnaires et sa valeur est conforme aux clauses du contrat qui unit la compagnie et ses administrateurs. Un administrateur qui ne performe pas – à moins bien sûr que le contrat soit mal pensé – gagnera moins d’argent.

Il faut une panoplie de compétences bien rares pour arriver à être Chef exécutif d’une grande entreprise. Bien peu de gens sont capables de bien faire ce boulot et les actionnaires de toutes les entreprises(évidemment) veulent maximiser la valeur de leur épargne/investissement. Le prix de cette main-d’oeuvre est donc très haut, contrairement par exemple au prix d’un commis d’épicerie, main-d’oeuvre abondante et peu demandée.

Un salaire maximum serait une abérration économique, en ce sens qu’il n’y a aucune raison d’empêcher quelqu’un de payer trop cher pour les services d’un autre. Les ressources d’une partie iront au compte de l’autre partie, sans effet externe négatif, ce qui n’obligera aucun tiers (une personne qui n’est pas dans le contrat, vous et moi par exemple) à acheter des cadeaux décevants chez Tigre Géant. De cette façon d’ailleurs, il n’y a aucune raison d’empêcher quelqu’un d’accepter de travailler pour un salaire inférieur à 9,75$ par heure, mais plusieurs États décident de fixer un salaire minimum dans le but d’éviter que certaines personnes mal intentionnées abusent d’autres personnes naïves ou peu douées au niveau décisionnel. On doit donc souligner ici le concept d’effet externe négatif de l’absence de salaire minimum. On ne peut pas par contre voir d’effet externe négatif au niveau de revenu remarquablement élevé de certains administrateurs de compagnies.

En somme, on peut comparer les chefs de grandes entreprises à des athlètes de haut-niveau. Bien que la rareté de l’ensemble de leurs compétences fasse grimper les enchères à des niveaux qui nous semblent ridicules, ce sont les propriétaires d’équipes qui paient leur nouveau joueur-vedette, selon les termes d’un contrat entre deux adultes lucides et consentants. Pas vous, pas moi, personne d’autre que ceux qui ont consenti à ces conditions.

Au sport comme en affaires, il y a des Scott Gomez, mais il y a aussi des Claude Giroux!

On va encore emprunter.

Nos enfants seront fières : nous nous sommes tenus debout devant les prédateurs.

Heureusement pour eux.

toujours égal à vous même M.Duhamel,

Rien n`est correct au Québec si on ose exiger que
les grandes compagnies(minière ou gazière) paie pour les dégats fait à l`environnement(combien de site minier ont été laissé à l`abandon et devront être nettoyé à nos frais!!!!) Le gaz de shisme la plus grande COCHONNERIE que l`industrie veut nous imposer…(avec votre appui indéfectible en tant
que capitaliste sauvage) Ont n`a pas le droit de protéger notre EAU…..(C`est pas bon pour l économie…sic)

@Olivier Normandin – Votre vision des « vedettes » de la finance demande un peu d’approfondissement, surtout quand vous les comparez à des athlètes de haut niveau. Les « vedettes » sont payées selon la qualité du « show » qu’ils donnent. Le joueur de hockey qui ne donne plus un bon show va voir sa paye coupée à la fin de son contrat. Le joueur de Monopoly va aussi voir sa paye coupée à la fin de son contrat si son show n’est plus bon. Par contre, les conséquences d’un mauvais show sont très différentes pour l’un et pour l’autre. Le mauvais show du joueur de hockey a très peu de conséquences si ce n’est que pour lui. Les conséquences du mauvais show du joueur de Monopoly sont énormes pour bien des gens. Vous comprendrez que l’image du « joueur de Monopoly » perd tout son sens dès que l’on mentionne les impacts du show de vos « vedettes. » On ne joue plus.

La responsabilité sociale des vedette de la finance ne peut être ignorée car cette responsabilité existe pour tout les membres d’une société, individus et entreprises. Et, pour vous paraphraser, personne n’oblige les vedettes de la finance à accepter un gros salaire. Par contre, gros salaire veut dire grosses responsabilités.

@Lemoutongris – C’est peut-être ce que veut le Québec, que tout soit au frais de la princesse. C’est possible et peut-être même une bonne idée. Toutefois, un gouvernement responsable doit édicter des lois et des règlements qui assureront que toutes et tous pourront profiter d’une société qui répond à leurs aspirations. Pour profiter de sa part, il faut payer sa part.

Sans blague.Pour les photo radar, je ne dis par que Montréal doit avoir un statut particulier, je dis qu’ou actuellement ce sont la police provinciale qui fait respecter la vitesse, l’argent et la resposabilité d’assmer l’intervention leur reste, de même pour les routes ou ce sont des policiers municipaux ça leur reste. Ainsi les argents vont rester pour améliorer la sécurité mais aussi servir a dautres fins dans le budget comme c’est présentement le cas. A moins qu’on avait déjà l’intention si c’est vraiment mieux de mettre la circulation et la prise en chasse des contrevenants sur toutes les routes par la police provinciale, ça c’est autre chose. Comme je trouve nécessaire qu’on garde des policiers municipaux partout et que j’ai peur qu’en perdant ces budget on les coupe je préfère que les villes qui ont des corps municipaux puisse prendre ces sommes pour assumer les cout du fonctionnement des corps de police. Peut-être même que d’avoir des radar donnera la possibilité a des municipalités qui n’ont pas de corps municipaux de s’en payer. La sécurité, ça n’est pas juste une affaire de circulation automobile, mais aussi d’intimidation, de violence, de crime etc.Rendre les gens plus respnsable.
Par exemple. On légifère et dit qu’il est dangereux de fumer mais que ça demeure légale de le faire excluant dans telx lieux.
Parcontre l’état vous avise que malgré qu’elle vous donne le droit de le faire vous devrez assumer les soins relatif au maladies qui ont été provoqué par votre comportement irresponsable. Vous devez assumer les conséquences et payer vous-même. Idem pour l’alcool au volant, dépassé tel limite c,est interdit, mais entre tel et tel taux d,alcool il y a des risques accrus, l’état vous donne le droit de le faire sauf que si a cause de votre manque de jugement, vous avez un accident vous devrez assumer les responsabilités financières des conséquences sur votre personne, les autres, vos biens et ceux des autres.
L’État devrait dédomager les personnes et poursuivre le responsable pour et exécuter le jugement. En vous saisissant, et en vous mettant en prison si vous ne pouvez payer.
NB Que je suis d’opinion aussi que le prisonnier doit assumer les couts de son logement(nourrirutre, surveillance, loisirs etc), mais s’il n’a pas les moyens il pourra y travailler. Par exemple dans le recyclage.
Le sens des responsabilités ça se développe en assumant les conséquences.

Ceux qui disent que les syndicats sont nécessaires, je dis et redis non. Il y a des milliers d’employé qui travaillent a contrats. Les termes et conditions sont clairement établies pour les 2 partis et les conséquences aussi. C’est une meilleure façon d’avoir des relations responsables durant toute la durée. Quand les gens ont des garanties qu’ils ne peuvent être évaluées, ou licenciées ils ne donnent plus un bon rendement, pour la tr`s grande majorité. Nos déficits et la détérioration de nos sservices publiques en sont un bone exemple. Avant la syndicalisation mur a mur et les conventions de plus en plus gourmandes nos profs enseignaient, mais s’il faisaient une faute grave ou étaient incompétents ils étaient remerciées. Ça n’est qu’un exemple.
p.s.
Ceux qui disent que les syndicats sont nécessaires, je dis et redis non. Il y a des milliers d’employé qui travaillent a contrats. Les termes et conditions sont clairement établies pour les 2 partis et les conséquences aussi. C’est une meilleure façon d’avoir des relations responsables durant toute la durée. Quand les gens ont des garanties qu’ils ne peuvent être évaluées, ou licenciées ils ne donnent plus un bon rendement, pour la tr`s grande majorité. Nos déficits et la détérioration de nos sservices publiques en sont un bone exemple. Avant la syndicalisation mur a mur et les conventions de plus en plus gourmandes nos profs enseignaient, mais s’il faisaient une faute grave ou étaient incompétents ils étaient remerciées. Ça n’est qu’un exemple

Comme vous avez raison!
La première chose, il faut se débarrasser des syndicats. De cette façon, nous pourrons vite revenir à la journée de 12 heures, 6 jours par semaine. Productivité exige!
Ensuite, il faut rendre caduques les mesures sociales: la sécurité au travail coûte beaucoup trop; les assurances-maladie, c’est aux employés à y voir, l’industrie ne saurait être tenue responsable de la santé de ses employés; il faut fermer les garderie, les femmes resteront au foyer.
Laissons les minières creuser des trous où bon leur semble; elles savent rentabiliser leurs opérations.
En plus, nous n’aurons plus à nous préoccuper de retraite: en général, les gens vont mourir beaucoup plus jeunes.
Et ce sera le paradis sur terre car le 1% de la planète va posséder le 100% de celle-ci.
Tout cela grâce à une droite libertaire.

« Il faudrait cesser de faire des barrages hydroélectriques, puisque chaque nouveau complexe semble détruire « la dernière rivière vierge du Québec ». »

Pour un économiste, je suis surpris de votre raisonnement. Nous bâtissons actuellement une centrale sur La Romaine pour produire de l’électricité à plus de 10¢ le KwH, pour la revendre à moins de 6 ¢ aux grandes compagnies. Dites-moi M. Duhmamel, quel est la peritnence de bâtir des barrages qui coûtent plus chers à exploiter que ce qu’ils nous rapportent? Même une entreprise privée n’aurait pas investi dans ce projet!

« Il faudrait que les employés du secteur public travaillent moins d’heures que dans d’autres secteurs, prennent leur retraite plus tôt et aient le meilleur régime de retraite qui soit, quitte à ce les payeurs de taxes soient saignés à blanc. »

Ce que vous ne dites pas, et je comprends que ça ne sert pas votre propos, c’est que les employés du secteur public gagne moins que ceux qui assument des tâches comparables dans le privé. Le principe est simple, moins de salaire pour plus d’avantages. Si vous leur enelvez leurs avantages, vous devrez leur donner plus de salaires.

« Il faudrait développer nos entreprises, mais le manque d’investissement sape leur productivité et leur compétitivité. »

Que les entreprises investissent, c’est tout. Nous leur avons consenti des baisses d’impôt mirobolantes justement pour ça. Qu’elles fassent leur part maintenant!

On pourrait continuer longtemps comme ça…

Salut Duhamel. D’accord avec plusieurs de tes points mais faire un gros melting pot de tout ça et après, en dégager une théorie, c’est vulgairement stupide. Je suis habitué à mieux de votre part. La plupart des Qcois sont prêts à faire certains sacrifices pour éponger les déficits et développer économiquement le Québec, quitte à couper dans certains services. Mais comment voulez-vous que la population ait confiance en son gouvernemement quand celui-ci est corrompu jusqu’à la moelle et dont les orientations économiques à long terme sont orientés par les sondages ?

Quand un leader solide avec un parti solide se pointra, la population suivra. D’ici là, pas surprenant que tous fassent du chacun pour soi quand la collectivité gagne si peu à chaque pas du gouvernement.

@Lagentefeminine – Sans les syndicats, vous gagneriez encore la moitié de ce que gagne un homme comme c’était le cas en 1960. Ça, ce n’est qu’un exemple.

SVP M.Duhamel
Demandez un transfer, faites application, à Sun News vous trouverez bien un auditoire taillé sur mesure pour vous

Autrement dit on entrave l’initiative et la productivité par tous les moyens possibles et après on se demande: d’où viendra l’argent?

Réponse: De nulle part…

@ Monsieur Olivier Normandin,

Je conjecture que vous eussiez ignoré intentionnellement pour servir vos propos, que le mandat d’un administrateur de société est avant tout un contrat social régit par la loi. Aussi un administrateur et à plus forte raison le PDG d’une entreprise ont un ensemble de responsabilités à assumer. De même, les plus belles qualités pour un administrateur de « haut niveau », ce sont le désintéressement, un sens élevé du sacrifice et de l’abnégation.

S’il est vrai que la tendance de ces dernières années a consistée à faire de plusieurs haut dirigeants des divas (en d’autres termes rien de moins que la courroie de transmission de Dieu), cela signifie qu’on a choisi de travestir des administrateurs en principes sérieux en de simples objets de culte comme peuvent l’être certaines stars du show-business, du sport ou encore des univers de l’image.

Il existe fort heureusement une majorité d’administrateurs et administratrices qui travaillent dans l’ombre et assument pleinement la pérennité des entités qui leurs sont confiées. Si la rémunération de ces travailleurs de l’ombre est souvent supérieure à celle d’un employé au salaire minimum (certains administrateurs administrent aussi dans certains cas bénévolement des entités qui leur tiennent à cœur), les émoluments qu’ils reçoivent pour leurs prestations sont en général somme toute raisonnables au regard de l’ensemble des services rendus.

Je ne suis aucunement certain que ces PDG modestes et autres administrateurs qui ne font usuellement pas les grands titres de l’actualité, qu’ils ou elles soient dans leur entièreté si mauvais que ça (pour recevoir beaucoup moins que certains)…. D’ailleurs l’économie réelle, celle de tous les jours repose essentiellement sur leurs épaules et sur l’excellence de l’ensemble des employés engagés dans la réussite des entreprises impliquées.

En outre, même avec un salaire minimum ou sans salaire minimum, vous avez des employés qui sont plus performants que d’autres. Les salaires versés, quelque soit l’échelle que vous occupez dans la société n’apportent jamais la garantie absolue qu’un travail sera bien fait et en tous points bien exécuté.

Si vous croyez encore que les rémunérations accordées aux dirigeants en général, dépendent intrinsèquement des résultats liés à la performance de l’entreprise et/ou à la valeur des actions pour les entreprises cotées en bourse, tout cela dévoile que vous ne savez pas comment et de quelles façons sont rédigés des contrats qui souvent sont très longs et requièrent en raison de leur complexité l’assistance de juristes chevronnés.

– Être ou ne pas être et vouloir paraître telle est bien la question 🙂

Et comme l’a bien illustré Mme Paillé au débat des chefs fédéraux, on ne veut pas aller vers les emplois, on veut que les emplois viennent à nous.

@Marc DGagnon, ça fait longtemps que les syndicats travaillent pour eux et ne contribuent plus a améliorer les choses mais a les détruire. Vous ne me donnerez pas de leçons la dessus.
Ils vous font croire qu’ils sont nécessaires mais ça n’est PLUS le cas. Quand le médecin vous rend malade en entretenant votre dépendance, vaut mieux le mettre dehors que de manger dans sa main.

Vous ne faites pas dans les nuances, M. Duhamel, mais plutôt dans la dichotomie simpliste et décevante pour un chroniqueur de l’Actualité.

Un seul exemple (et il y en aurait d’autres) : «Il faudrait empêcher toute prospection gazière et pétrolière, quitte à importer pour presque 20 milliards de dollars de produits pétroliers et gaziers.»
… ok, soit on produit du pétrole, soit on en achète. Et explorer de nouvelles formes d’énergie moins polluantes et plus durables, ça ne se peut pas??

Wow vous venez exactement de décrire le Québec en quelques ligne. Une province avec une mentalité de BS, donc totalement irresponsable

Trois constats:

1 – L’environnement, c’est important, tant que je n’ai pas à faire de sacrifice de mon petit confort (votre référence à la vie en banlieue était sublime)

2 – Le salaire exorbitant payé à un président d’une compagnie minière ne m’importe pas: il s’agit après tout d’une compagnie privée, et puisque mes propres poches sont laissées en paix, ça ne m’importe pas de savoir si les actionnaires sont assez idiots pour payer des salaires démesurés à des dirigeants incompétents.

3 – Toutefois, le salaire des employés du public, lui, me concerne fortement. Surtout, la masse salariale, qui se chiffre dans les milliards à un impact sur l’endettement public et touche directement à la capacité de l’état de fonctionner. Voilà pourquoi l’argument sophiste « Les dirigeants gagnent X, donc les employés du publique ont bien le droit de gagner Y, est totalement frauduleux. Je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi mes impôts doivent payer la retraite dorées des employés du public. Chacun devrait épargner en vue de sa retraite, point final.

DERNIER constat: Je suis employé du gouvernement fédéral et non, je ne suis pas fou. L’employé de Rona qui gagne 14$ de l’heure ne devrait pas avoir à renflouer mon fond de pension parce que les rendements n’ont pas été au rendez-vous. C’est tout simplement odieux. Et non, il n’y a aucun lien avec la paie exorbitante des dirigeants des entreprises privées.

@Marquis, la vision centriste qu’ont les Montréalais par rapport a la banlieu est une dépassée.
j’habite en banlieu de Montréal, je ne suis en aucun cas intéressée a travailler a Montréal, moi mari non plus ne travaille pas a Montréal. Je vais a Montréal 2-3 fois par année, salon de l’auto, de l’habitation, une sortie culturelle. Pour le reste je vis très bien en banlieu. Comme la banlieu est une ville qui devrait en intégrer des dizaines puisqu’elles sont toutes reliées et dépendantes les unes des autres, on arrive a s’organiser avec une seule voiture, mais le syst`me de transport en commun étant déficiant pour une telle densité de population la rive nord compte plus d’habitant que l’Ile de Montréal, de même que la rive sud. Les Montréalais continuent de se bercer d’illusion et de vouloir imposer un pouvoir sur le québec en nous mettant tous dans le même panier quand ça fait leur affaire. Dailleurs jaimerais bien avoir les chiffres sur la densité de population pour l’ile de Montréal en entier comparé a la rive-nord en entier par exemple. Vous avez certaienement plus de béton et de bitume mais peut-être pas plus d’habitant au kilometre carré.
p.s. Mon poele a eu 20ans l’été dernier et mon tout réfrigérateur et tout congélateur lui 19ans, votre voiture dépense probablement plus que la mienne et on utilise probablement les transport en communs plus souvent que vous. ;-p

@ Marquis le salire d’un dirigeant d’une cie minière est déduit de ces dépenses et diminue donc les profits donc le montant imposable oui ça touche a notre poche.

@Geneviève Aubry

« Moins polluantes et plus durables » = hydro? L’article en parle.

« Moins polluantes et plus durables » = Éolien, solaire ou biomasses? Les coûts sont généralement exorbitants et justement l’article fait références à notre incapacité de les payer.
Le double discours écologique est très facile à exposer : Posez-vous la question suivante : Si la planète est vraiment menacée par le « Carbone » alors des solutions comme l’hydro devraient être LA priorité de TOUS les écologistes dans tous les pays… Ce n’est pas le cas.
Généralement, les écologistes tapent sur tout ce qui bouge comme des poules pas de tête. C’en est carrément ridicule.

M. Guy vous avez raison, on doit mettre les priorités dans le bon ordre, oui on doit développer nos ressources mais pas en détruisant l’essentiel

@Lagenteféminite.

Primo, je n’habite pas Montréal. Secondo, je n’ai JAMAIS possédé de voiture. Je suis un très grand marcheur et j’habite dans un tout petit appart. Mon empreinte environnementale est beaucoup, BEAUCOUP moins importante que la votre.

Tertio, non, le salaire du président de Barrick Gold ne sort pas de ma poche. Tant qu’il paie son impôt, le président, il peut bien gagner $500 000 ou $50 millions, je m’en fou. Et si vous avancez que les riches savent utiliser les abris fiscaux, et bien je vous répondrai que votre argument fait fausse route: peu importe qui triche l’impôt, du gars de la construction au président d’une minière, voler, c’est voler. Point final.

Monsieur Duhamel, il n’y a que vous qui dites ça.
De la part d’un économiste de votre trempe on peut espérer mieux que des chroniques d’humeur. Vraiment désolant.. même vexant!

@Marquis la féminite vous répond
Primo si vous n’habitez pas montréal pourquoi réagir sur la défensive a mon com27, qui donnait la position d’une banlieusarde sur le propos de l,article et votre appréciation au point 1 de votre com26
Votre style de vie ne convient absoluement pas a ma réalité, j’ai beau avoir de forts molets je ne peut porter sur mon dos mes 2 ados bien plus grands que moi. Et comme je vis trop près de Montréal les efforts en transports en communs y sont tous investi on a un service de navet Rive-Nord Mtl mais pas adapté pour la vie urbaine. Alors même si la population de l’aglomération de la rive-nord dépasse en population celle d’Ottawa-Gatineau, Calgary, Québec, et toute les autres régions au Canada excepté Toronto et Vancouver, parce qu’on l’Inclue dans Montréal Mais n’offre pas le service de transport urbain loin de là ce n’est qu’un service approximatif. Vous ne pouvez aller dans les parcs industriels de Blainvill par exemple, il n’y a aucun express, il est pratiquement impossible pour des gens qui travaillent de vaquer a leurs occupations courantes en autobus seulement. Si vous êtes surpris qu’ils utilisent leur voiture pour aller a Mtl ceux qui y travaillent, c’est probablement que soit il y a trop de temps a investir pour se rendre en autobus. J’ai utiliser google map pour établir les distances des universités en prenant a partir de J7B par exemple et le résultat est
Concordia2h9min
U de M 1h26
U McGill 1h40
U Sherbrook Longeuil 1h40
U McGille Ste-Anne de Bellevue 2h40
Pas normal puisqu’en plus on paie une taxe sur nos immatriculations.
deuzio Même si le salaire de Garick Gold est imposable, il est déduit des dépenses de l,entreprise avant impot. S’il avait moins l’entreprise devrait payer des impots sur la différence et se trouver une autre place ou l’investir ou le payer aux actionnaire qui eux paierait des impots aussi.(2foisqueching)
tersio Vous n’avez pas assez d’informations pour évaluer mon empreinte écologique et la comparez à la vôtre. Je consomme local, des meubles fabriqués ici, achètent des produits a long cycle de vie, etc
Par exemple si vous voyager en avion ça fait beaucoup de points
si vous consommer des produits importés, fabriqués avec des produits ou des procédés qui polluent plus et mangez plus souvent à l’extérieur etc si vous voulez en savoir plus
http://www.zeroghg.com/fr/comment_calculer_empreinte_carbone.html
http://www.eco-simulateur.com/calculer-empreinte-ecologique.php

Est-ce que quelqu’un c,est posé la question si c’est normal de mettre une ligne de transport avec une résistance au vent de max 125km-heure??

Ça n,est pas rare que nos conditions dépassent 125km-h et un réseau de transports d,électricherie ça coute des bidous et ça doit être claculé en conséquence. Les changements prévoit une nette augmentation de la pussiance des vents.

Un état communiste qui censure les détracteurs du modèle québécois et remet en cause les syndicats.
Impossible de publier un site de la fameuse société d’ état

Et il faudrait avoir le nez collé sur un arbre pour n’en voir qu’un au lieu de voir la forêt complète. Pourquoi voir à long terme quand on peu voir à cour terme et se foutre totalement de notre futur?

Excellent billet M Duhamel… On veut tout mais sans prévoir d’ou viendra l’argent ou en bloquant toutes sources potentiels de revenus supplémentaires (autre que l’augmentation des taxes et impôts s.v.p. car chu pu capable)… Mais qui dans une position d’autorité verra ça? Il me semble que tous ceux en « pouvoir » d’agir sur ces faits ont la tête dans le sable…

J’aime toujours lire des réflexions de « droite » (c’est vrai!). Le problème avec celle-ci, c’est que chaque paragraphe – pour ne pas dire chaque phrase – couvre un débat québécois contemporain. Disons que ça simplifie beaucoup trop des réalités complexes. Évidemment, ça donne des belles pistes de réflexion si on est au fait de tous ces débats. Sinon, ça permet simplement aux lecteurs de « droite » de renforcer leur position idéologique et à ceux de « gauche » de conclure que leurs opposants préfèrent les débats de valeurs à ceux d’idées. Mais bon, je suis conscient que des deux côtés, la réflexion est rarement mise de l’avant dans les médias. On est loin de l’époque où même les ministres tels que René Lévesque vulgarisaient avec brio les enjeux de société via des enregistrements vidéos : http://www.youtube.com/watch?v=rQLN3WejR9U !

D’où viendra l’argent demandez-vous Monsieur Duhamel?

Mais…du fédéral…comme d’habitude au Québec!

wow juste wow… Voila un billet d’un quelconque qui souffre de la vision a long terme. On s’oppose au développement sauvage, pas au développement lui meme. On a un des sol les plus riche de la planete : minerais, terres rare, petrole, gaz, réserves d’eau souterraines. Une des surface les plus riche du monde : de la foret de qualité, de l’eau douce a profusion. Notre territoire acquis et préservé est notre héritage et c’est nous de l’investir prudemment et avec remise en cause, ne serait-ce que pour etre certain de laisser un héritage potable aux suivants.
Si l’on vous lis bien il faut faire fi de tout cela au profit du moment.
Voila bien la myopie dont vous et, à lire les commentaires, un paquet d’autres, souffrez.
On ne veux pas tout avoir sans travail, on veux obtenir le mieux pour notre bien commun quitte a ce que ca soit plus long faisons bien et solide.

A vous lire M Duhamel, on devrait faire des fondations en plâtre en s’imaginant que c’est du béton armé, juste pour que ça aille vite et qu’on ait une impression de progrès.

Des gens qui penses a court terme comme vous Monsieur, j’en ai pas besoin dans mon pays.

Je lis les commentaires…

et c’est incroyable comment plusieurs personnes réussissent à condamner le texte de M. Duhamel, que ce soit dans la forme ou dans le fond…

Bon, il souligne l’absurdité ce certains points de vue (exagérés on en convient) associés à la gauche.

Mais que cela suffise à faire dire à certains qu’il appuie une droite pure et dure… Ben voyons donc! Et cela disqualifierait son article? Hein?!?

Tout ce qu’il faut lire, c’est que de nombreux messages et attitudes largement diffusés semblent être gravement coupable de ces incohérences.

Mais quelqu’un pourrait être de gauche et être dérangé lui aussi par ces incohérences. De critiquer le fait que quelqu’un les présente réunies, pour qu’on en rie un peu, c’en est une autre grosse incohérence!

« On s’oppose au développement sauvage, pas au développement lui meme »

le développement « sauvage » peut UNIQUEMENT se produire avec l’intervention du gouvernement. Une entreprise entièrement privée a avantage à développer « doucement »

« Notre territoire acquis et préservé est notre héritag »

Ah, le mythe de la propriété publique. Ça appartient à tout le monde, donc à personne. D’ou la pollution

« on veux obtenir le mieux pour notre bien commu »

ça n’Existe pas.

Selon les commentaires lu, il y a encore une gang d’imbeciles qui pensent a laisser en heritage pleins de valeurs non exploiter. La derniere generation se plaint deja que les baby boomer ont tout pris et q’ils ne leur reste plus rien. Ils n’ont rien compris, les baby boomer ont inventer et bati. Sauf eux ils croient que tout est tomber du ciel. Cette generation est la a attendre que le pays fasse tout a leur place et en plus le critiquer. Alors pouvons nous exploiter ces richesses ainsi que les retombees

Je me répète:

Mettez des débitmètres à l’échelle civile et industrielle…

Ce qui est vraiment digne de la mort de notre société, en dehors de la vente des ressources, c’est le don de celles-ci…

Est-il normal qu’en 2012 on ouvre un robinet et de l’eau potable coule à flot sans restrictions?

Est-il normal que le gouvernement donne l’eau potable aux multinationales, mais d’obstine à vendre l’hydro un prix de fou aux familles pauvres?

anyway…

Vous savez, je fais partie de ces méchants riches. Et oui, nous avons un revenu familial de beaucoup supérieur à 100 000$ par année. Comment nous nous sommes rendus là? Moi et ma conjointe avons fait des études supérieures, travaillé comme des fous, pris des risques en se lancant en affaires, nous nous sommes créé un réseau social efficace à force de rencontres les soirs et weekends. Bref, nous avons travaillé très fort pour obtenir tout ça. Vous savez quoi aussi? Je n’ai que 30 ans et ma conjointe 28.

Je suis né au Québec et suis un partisan de la droite économique tout en étant centriste au niveau social. Ce que cela veut dire pour moi c’est que je suis pour que tous s’enrichissent par le capitalisme. C’est beau d’être pour la partage et l’équité, mais il faut avant tout la créer cette richesse. C’est ça que je prône. Ça et le fait que la richesse doit être redistribuée aux bonnes personnes. Je suis le premier à être heureux que mon impôt serve à faire vivre une personne handicapée ou invalide, ou encore qu’elle fournisse des soins à des gens malades. Par contre, qu’on ne me demande pas de payer un salaire à un individu en mesure de travailler qui a fait le choix de rester à la maison et de travailler au noir de temps à autre.

Le Québec est l’enfant pauvre du Canada et je ne suis pas non plus en accord que l’argent de la péréquation soit utilisée pour que l’on se paye des régimes que les autres provinces ne peuvent se payer. Vous savez que, maintenant, Terre-Neuve contribue à nous payer ces programmes? Et oui, les newfies…

Les grandes entreprises, particulièrement celles de l’étranger, viennent et exploitent nos ressources. Pas le choix, nous n’avons pas d’entreprises ni de ressources pour les exploiter nous-mêmes. Dans ce cas, vaut mieux créer des emplois et retenir un pourcentage de leurs profits via les impôts que de se priver de ces revenus. Non?

Pour résumer, sa richesse on se la crée, son environnement on se le batî et les seules limites sont celles que l’on s’impose.

@ Jonathan (# 52):

Merci de votre témoignage auquel je souscrit et également auquel j’aimerais humblement ajouter, à votre dernière phrase, soit celle où vous écrivez que « sa richesse on se la crée, son environnement on se le batî et les seules limites sont celles que l’on s’impose. » que vous n’avez ici que partiellement raison. Les socialo-gauchistes, eux, ne créent aucune richesse. Ils VOLENT celle que vous créez pour mieux en vivre.

« Le socialisme est un parasite qui a besoin d’un hôte, le capitalisme pour se faire vivre. Il tire sa subsistance de la différence entre votre salaire brut et votre salaire net »!!!

« Le capitalisme est le pire système à l’exception de tous les autres. »

Je ne saurais comparer mon capitaliste de pays avec quoi que ce soit d’autre puisque, toute ma vie, je l’ai vécue dans ce même pays capitaliste. Et partout où je me trouvais dans mon pays capitaliste, il se trouvait au moins un Pierre Duhamel de comptoir pour me rappeler que « le monde sont bien plus malheureux en Russie. » et qu’Oxydol lave plus blanc.