D’où vient le plein emploi au Québec, et où va-t-il ?

Hors récession, les hauts niveaux d’emplois et de postes vacants vont demeurer. L’économiste Pierre Fortin explique pourquoi.

Photo: Unsplash/Pexels

Ce texte est une version allongée d’une conférence présentée au déjeuner organisé par le scientifique en chef du Québec, Rémi Quirion, pour les membres de l’Assemblée nationale le 27 février 2019. Merci à M. Quirion d’avoir clamé haut et fort que la science n’est pas seulement concernée par la nature, les technologies et la santé, mais aussi par l’humain et la société. Pourchasser sans relâche les idéologues, les démagogues et les charlatans est pour elle un impératif catégorique.

Dans cet exposé synthétique sur l’emploi au Québec, je veux faire trois choses :

  • Premièrement, donner un peu de profondeur au phénomène de l’emploi dans le temps et l’espace et me détacher du point de vue trop exclusivement immédiat et local de la presse quotidienne ; ma perspective va concerner le plus long terme et comparer le Québec avec ses partenaires nord-américains.
  • Deuxièmement, me concentrer sur l’écologie d’ensemble de la forêt de l’emploi plutôt que sur chacun de ses arbres ; une chose à la fois, mon approche sera macro- plutôt que micro-scopique.
  • Troisièmement, souligner au passage les contributions scientifiques qui ont permis les affirmations que je vais présenter ; certains résultats sont les miens, mais la plupart appartiennent à des collègues chercheurs.

La croissance économique se mesure par la progression du revenu par habitant des principaux âges actifs (par exemple, des 15 à 64 ans). Ce revenu est le produit de deux facteurs :

  1. du pourcentage de cette population que nous réussissons à mettre effectivement au travail — son taux d’emploi ;
  2. de la valeur produite en moyenne par chaque personne en emploi — sa productivité.

Donc, la croissance totale de l’économie, c’est la somme de la croissance du taux d’emploi et de celle de la productivité. Les deux facteurs importent. Dans le présent exposé, mes propos vont essentiellement porter sur le premier des deux, soit le taux d’emploi. Il faudra évidemment revenir plus tard sur la productivité.

Le taux d’emploi est plus élevé au Québec qu’en Ontario et aux États-Unis

En gros, il y a plein emploi quand le taux de chômage ne peut plus diminuer sans que cela fasse repartir le taux d’inflation à la hausse. On ne sait pas exactement quel est ce taux de chômage minimum au Québec (ni au Canada ni ailleurs). Ce qu’on sait, c’est qu’à 5,5 % présentement, on n’en est plus très loin.

Chômage minimum veut dire emploi maximum. Ce taux de chômage de 5,5 % se traduit par 4 300 000 emplois au Québec. Cela équivaut à 78 % de notre population de 15 à 64 ans. Pour juger si 78 % est un pourcentage élevé ou faible de cette population, le graphique 1 compare son évolution passée à celle de nos partenaires nord-américains. On constate ici un phénomène remarquable : alors qu’il y a 25 ans le taux d’emploi des 15 à 64 ans du Québec tirait outrageusement de l’arrière sur les taux de ses voisins, en 2018, son taux de 78 % dépassait les deux moyennes américaine et canadienne. La question centrale qui se pose donc est : comment se fait-il que le pourcentage de son monde que le Québec met au travail soit parti en fusée depuis un quart de siècle et que son retard initial énorme par rapport aux voisins se soit maintenant inversé, en avance modeste, mais significative ?

Les principaux « coupables » sont notre révolution éducative et notre politique familiale.

La révolution éducative a porté ses fruits, mais il faut maintenant aller plus loin

Le taux de diplomation postsecondaire des 25 à 64 ans a fortement augmenté au Québec depuis 60 ans. Le graphique 2 fait voir que nous sommes passés d’une société massivement sous-scolarisée en 1960, avec 71 % de sans-diplômes, à une société massivement scolarisée en 2018, avec 71 % de diplômés du postsecondaire. (Et si on se restreint au groupe plus jeune des 25 à 44 ans, le pourcentage grimpe à 79 %.) Or, comme l’illustre le graphique 3, le taux d’emploi est étroitement et causalement lié au niveau de scolarité atteint. Ce résultat a été définitivement établi par Dave Card, de l’Université de Californie à Berkeley, et Thomas Lemieux, de l’Université de Colombie-Britannique (UBC). Au Québec, comme partout dans le monde, plus on est scolarisé, plus on est actif, moins on chôme et mieux on est rémunéré.

Bref, selon les deux graphiques, ceci explique cela : la révolution éducative a entraîné la révolution de l’emploi.

Il nous faut maintenant aller plus loin. Nous avons besoin d’une révolution éducative 2.0. Le graphique 4 illustre pourquoi. De 2016 à 2018, par exemple, il s’est créé au net 129 000 emplois au Québec. Mais ce résultat cache le fait que les diplômés du postsecondaire ont acquis 162 000 emplois, alors que les diplômés du secondaire et les sans-diplômes en ont perdu ensemble 33 000. On voit bien que le diplôme secondaire ne suffit plus. Il faut pousser nos jeunes au cégep et à l’université parce que, dans l’économie contemporaine, les travailleurs qui ne possèdent qu’un diplôme secondaire ou professionnel risquent fort d’être déclassés sur le plan de l’emploi.

Sur le plan salarial, j’ai estimé à partir des données du dernier recensement du Canada qu’au Québec, en 2015, le titulaire d’un diplôme d’enseignement supérieur a gagné en moyenne 53 % de plus que celui qui n’a qu’un diplôme secondaire ou moins (voir le tableau ci-dessous). Son avantage est en hausse depuis trois décennies, car la prime de l’enseignement supérieur n’était que d’environ 35 % en 1980. Même tendance aux États-Unis, la démonstration a été faite récemment par David Autor, du MIT.

Comme le grand économiste néerlandais Jan Tinbergen (Nobel 1969) l’a envisagé il y a 45 ans, on peut concevoir cette évolution comme résultant d’une espèce de course contre la montre entre éducation et technologie. Dans le contexte économique contemporain, les changements technologiques demandent de plus en plus de travailleurs hautement scolarisés, mais le système d’éducation ne réussit pas à en faire diplômer en nombre suffisant pour répondre adéquatement à cette demande. S’ensuit donc une rareté croissante de travailleurs diplômés de l’enseignement supérieur, laquelle fait augmenter la prime salariale qui leur est accordée par le marché du travail relativement aux travailleurs moins scolarisés. Le jeu de l’offre et de la demande. Les codirecteurs de l’initiative du Massachusetts Institute of Technology (MIT) sur l’économie numérique, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, ont résumé la situation comme suit :

« Il n’y a jamais eu meilleure époque pour posséder des compétences distinctives ou la formation appropriée, car cela permet d’utiliser la technologie pour créer et capter la richesse. À l’inverse, il n’y a jamais eu pire époque pour être un travailleur n’ayant que des compétences et des aptitudes “ordinaires” à offrir, parce que les ordinateurs, les robots et les autres produits numériques sont en train d’acquérir ces compétences et ces aptitudes à toute vitesse. »

Ceux qui prétendent sans preuve qu’un diplôme universitaire ou collégial n’est plus aussi nécessaire aujourd’hui qu’autrefois sont complètement dans l’erreur.

Nos garderies éducatives à tarif modique ont fait exploser le taux d’activité féminin

Complétons maintenant l’explication de l’essor du taux d’emploi au Québec depuis 25 ans en nous tournant du côté du programme des services de garde à l’enfance à tarif modique, lancé en 1997. Les recherches récentes ont constaté unanimement qu’en rendant travail et famille moins coûteux à concilier, il a incité des dizaines de milliers de jeunes Québécoises de plus à entrer dans la population active et à y trouver des emplois stables. Les sources de ce résultat scientifique sont multiples : Catherine Haeck, Pierre Lefebvre et Phil Merrigan, de l’UQAM ; Mike Baker, de l’Université de Toronto ; Jon Gruber, du MIT ; Kevin Milligan, de UBC ; Michael Kottelenberg et Steve Lehrer, de l’Université Queen’s. Il est maintenant reconnu par le Fonds monétaire international, l’OCDE et la Banque du Canada. L’effet est majeur. Les données rapportées par le graphique 5 indiquent qu’à 85 % en 2016, le taux d’activité des femmes de 20 à 44 ans du Québec (QC) était supérieur de 5 points à celui des autres provinces (CXQ) et n’était surpassé par celui d’aucun pays avancé. (Note : CH, c’est la Suisse, pas les Canadiens de Montréal !)

Hors récession, les hauts niveaux d’emploi et de postes vacants sont là pour de bon

La hausse du niveau moyen de scolarité a non seulement amené beaucoup plus de Québécois à vouloir occuper un emploi, mais elle a fait considérablement diminuer leur taux de chômage. Le graphique 6 en fait la démonstration en traçant l’excédent du taux de chômage du Québec sur celui de la province voisine d’Ontario depuis la guerre de Corée. On constate que le taux québécois a été supérieur en moyenne de 3 points au taux ontarien de 1954 à 1998, mais que, depuis 20 ans, l’excédent a fondu progressivement à zéro. La révolution éducative ne s’est évidemment pas faite en criant « lapin ». Il a fallu que toute une génération de jeunes passe par ce changement avant que ses avantages puissent se matérialiser pleinement. Il faut comprendre ici que les résultats de toute réforme de l’éducation sont forcément lents à apparaître et que tout gouvernement qui s’y implique doit s’armer de courage et de patience. Il faut allonger la vision bien au-delà du prochain rendez-vous électoral.

Le faible taux de chômage actuel au Québec n’est pas un caprice temporaire de la conjoncture. Ses causes fondamentales, soit la révolution éducative et la politique familiale, sont là pour de bon. Par conséquent, hors des années de récession, le haut niveau de l’emploi au Québec est un phénomène qui va perdurer lui aussi.

La rareté de la main-d’œuvre, ça peut et ça doit se gérer

Le revers de la médaille est qu’on n’a pas fini d’entendre nos entreprises se plaindre de manquer de main-d’œuvre. Du point de vue du bien-être collectif, il est évidemment moins grave d’avoir 100 000 postes à pourvoir que 500 000 chômeurs à soutenir. Néanmoins, la rareté de la main-d’œuvre est un problème à ne pas minimiser, et il va revenir chaque fois que la conjoncture économique nous ramènera au plein emploi. Il faut s’y attaquer résolument avec tous les moyens à notre disposition :

  1. se fier aux suggestions des employés en matière de technologie et d’organisation du travail
  2. garder les vieux employés qui le désirent au travail plus longtemps
  3. accueillir plus d’immigrants possédant les qualifications particulières requises
  4. éviter d’embaucher prématurément et excessivement les jeunes qui n’ont pas encore obtenu leur diplôme secondaire
  5. instaurer des programmes de formation continue à l’interne et à l’externe
  6. se convertir aux nouvelles technologies qui économisent la main-d’œuvre
  7. rajuster la rémunération des employés.

Nos travailleurs âgés et nos régions contribuent fortement à l’embellie du taux d’emploi

Il n’y a pas que nos diplômés de l’enseignement supérieur et nos jeunes femmes qui contribuent à l’embellie tendancielle du taux d’emploi au Québec. Nos travailleurs plus âgés et nos régions hors de Montréal y participent également.

Le graphique 7 indique que le retard traditionnel du taux d’activité de nos 55 à 64 ans sur celui des Ontariens est en train de s’estomper. Il n’était plus que de 2 points (64,5 % contre 66,5 %) en 2018, contre 13 points il y a 30 ans. La vague des Québécoises à qui les garderies à tarif modique ont permis d’entrer dans la population active, et dont les plus âgées ont maintenant autour de 55 ans, devrait même aider le taux d’activité de nos 55 à 64 ans à dépasser bientôt celui des Ontariens. Si on veut que nos 55 ans et plus soient encore plus nombreux à vouloir continuer à travailler, il va être essentiel de s’assurer que chaque dollar de salaire brut gagné leur permette de garder en poche assez d’argent au net pour que le jeu en vaille la chandelle après avoir été soumis aux ponctions fiscales et aux diverses règles des régimes de retraite (comme le RRQ) et des programmes sociaux (comme le SRG fédéral) !

Le graphique 8, de son côté, montre que, depuis 2014, nos régions hors de Montréal ont réussi à employer une plus grande proportion de leur population de 15 à 64 ans que la région métropolitaine elle-même, alors qu’elles tiraient traditionnellement de l’arrière sur ce plan. La hausse du nombre total d’emplois a tout de même été plus forte dans la métropole, mais seulement parce que la population totale augmente à Montréal et diminue en région, comme le révèle le graphique 9. Le « problème des régions » est de nature démographique, et non économique. Présentement, l’économie est particulièrement dynamique dans des régions comme l’agglomération de Québec, Chaudière-Appalaches, l’Abitibi et la Montérégie. La région de Québec, par exemple, a enregistré en 2018 le taux de chômage moyen le plus bas, soit 3,8 %, sur les 33 régions métropolitaines de plus de 100 000 habitants au Canada, ex æquo avec Guelph, en Ontario.

Conclusion : prochain épisode, la productivité

Je résume les six affirmations présentées :

  1. Le taux d’emploi est plus élevé au Québec qu’en Ontario et aux États-Unis.
  2. La révolution éducative a porté ses fruits, mais il faut maintenant aller plus loin.
  3. Les garderies éducatives à tarif modique ont fait exploser le taux d’activité féminin.
  4. Hors récession, les hauts niveaux d’emploi et de postes vacants sont là pour de bon.
  5. La rareté de la main-d’œuvre, ça peut et ça doit se gérer.
  6. Nos travailleurs âgés et nos régions contribuent fortement à l’embellie du taux d’emploi.

Il reste bien sûr à traiter de la productivité de notre économie, c’est-à-dire de sa capacité de produire plus de valeur par heure travaillée. Cette condition est, bien sûr, absolument nécessaire pour que les salaires puissent progresser. Productivité élevée et « jobs payantes » sont en pratique des synonymes ! Malheureusement, le Québec a moins bien fait en matière de productivité que d’emploi au cours des dernières années. Il faudra y revenir.

Dans la même catégorie
18 commentaires
Laisser un commentaire

Voilà qui va enfin mettre fin au mythe entretenu par Lulu depuis trop longtemps. C’est vrai qu’on travaille moins en heures que le reste du continent, mais on est plus nombreux, en proportion, à travailler. Et ca c’est bon qu’on le dise.

« Du point de vue du bien-être collectif, il est évidemment moins grave d’avoir 100 000 postes à combler que 500 000 chômeurs à soutenir. » Voilà qui est dit! Et ca il faudrait le répéter pour en finir avec la campagne de désinformation entretenue par les associations patronales qui cherchent du cheap labor plutot qu’augmenter les salaires.

Répondre

Cher monsieur, quel plaisir de lire un article si précis et intéressant. Lorsque vous comparez l’Ontario au Québec, est-ce que l’économie de l’Ontario est considérée comme un exemple à suivre ?

Répondre

« Ceux qui prétendent sans preuve qu’un diplôme universitaire ou collégial n’est plus aussi nécessaire aujourd’hui qu’autrefois sont complètement dans l’erreur. » (P. Fortin)

En opposant cette affirmation avec le tableau¹ du BLS américain qui compare les «Professions présentant la plus forte croissance de l’emploi, 2016 et projections 2026 (Occupations with the most job growth, 2016 and projected 2026) », on peut conclure, preuve à l’appui, qu’elle était déplacée.

1 – https://www.bls.gov/emp/tables/occupations-most-job-growth.htm

Répondre

Ce que le tableau du BLS démontre c’est qu’il y aura une augmentation très importante des emplois dans le secteur des soins aux personnes (soins infirmiers de base, préposés aux malades, etc.) et dans d’autres secteurs où le travail manuel est intensif. Ce tableau démontre aussi que ces emplois en augmentation sont et seront les moins bien payés.
Je comprends de l’affirmation de M. Fortin que les diplômes universitaires sont encore nécessaires pour avoir un emploi mieux payé que les autres. Il semble donc que le tableau du BLS confirme cette affirmation.

@Constant
Il faut mettre cette affirmation dans son contexte où P. Fortin met moins de poids sur les salaires, mais en accorde plus (même trop) sur la scolarité pour faire fasse aux changements technologiques qui entraîneraient la perte d’emploi.

Exemple :
« Dans le contexte économique contemporain, les changements technologiques demandent de plus en plus de travailleurs hautement scolarisés, mais le système d’éducation ne réussit pas à en faire diplômer en nombre suffisant pour répondre adéquatement à cette demande. »

Or, dans la liste du BLS des emplois qui seront les plus en demande dans les dix prochaines années, aucun de ceux-ci, qui commande une faible scolarité, voit-on présentement ni pour l’avenir la trace de robots et aucune démonstration réaliste qu’il y aura des robots dans ces domaines.

Voici un autre exemple récent qui démontre que P. Fortin s’est égaré. En gros titre dans le JdeM : « Le PDG d’Apple pense qu’un diplôme n’est pas nécessaire pour réussir ».

« Le PDG d’Apple a même confié que l’année dernière, la moitié des employés d’Apple aux États-Unis n’avait pas de baccalauréat universitaire. [­­­…]

D’autres compagnies numériques sont aussi ouvertes à recruter des talents sans diplômes comme Google et IBM. »

https://www.journaldemontreal.com/2019/03/13/le-pdg-dapple-pense-quun-diplome-nest-pas-necessaire-pour-reussir

Il faut croire que l’actualité (pas la revue) est de mon bord. Ce matin dans le Devoir du 14 mars dans la rubrique d’économie du journal, le journaliste économique Gérard Bérubé écrivait : « Statistique Canada soulignait que le niveau minimal de scolarité recherché pour 63,3 % des postes vacants était un diplôme d’études secondaires ou moins, alors que 12 % exigeaient un baccalauréat ou plus.» (Les postes vacants demeurent difficiles à pourvoir). Cette affirmation est un élément de plus qui renforce les commentaires précédents.

En tant qu’informaticien de plus de 20 ans d’expérience qui cherche un emploi en région (Estrie) et ce depuis 6 mois, je peux vous dire qu’il n’y a pas de pénurie de main d’oeuvre, juste des employeurs qui cherchent l’impossible et qui attendent des subventions!

Répondre

J’ai hâte que vous nous offriez un discours aussi bien bâti pour la productivité.
La productivité, ça peut et ça doit se gérer.
Merci.

Répondre

Je suis heureuse de voir que des mesures sociales sont à la base de cette progression. Mais je suis plus que préoccupée de voir que l’écart entre les riches et les pauvres continue de s’agrandir chaque année. En Gaspésie et aux îles de la Madeleine, une grande partie des emplois qui vont se libérer au cours des cinq prochaines années sont en majorité dans des secteurs traditionnellement rémunéré au salaire minimum. Des emplois saisonniers qui exigent un faible taux de diplomation . Combiné à cela l’enjeu de l’accès au logement dans un contexte de croissance où le coût de la vie ne cesse d’augmenter, je pense que la vraie question à se poser est: dans quelles conditions de vie évolueront les futurs employés de notre société? Alors que les plus riches continuerons de s’enrichir et les plus pauvres de s’appauvrir. Mais soyons heureux, tout cela en travaillant gardons le sourire! Un peu pathétique selon moi comme évolution d’une société. Le taux d’emploi et la productivité ne sont pas les seuls facteurs pour se gargariser. Je serais curieuse d’insérer à travers Ces graphiques une courbe du taux de problème de santé mentale et de dépression depuis les 20 dérnières années. Selon moi la progression d’une société devrait se mesurer par rapport à l’augmentation de la qualité de vie des gens ! Je trouve qu’il y a une utilisation abusive de « nous devons absolument » et et de nombreux raccourcis dans l’articket qui nous donne l’impression que la croissance continue est une évidence pour tout le monde alors que ce n’est vraiment pas le cas.

Répondre

Vous avez bien raison. Le bla-blade ces messieurs de la bonne société omet de spécifier plusieurs choses, et de celles-ci que toute supposée croissance est en grande partie attribuable aux secteurs péri-publiques et para-publiques… Secteurs se trouvant majoritairement dans les quelques grands centres urbains du Québec: Montréal et Québec + les couronnes = pour la majeure partie, et dans une moindre mesure Sherbrooke et Gatineau + couronnes…
En fait, cela ressemble fortement aux écrits des « urbains » tels Trudeau Père et clique qui qualifiaient l’époque Duplessis comme étant « la grande noirceur »… Dans leurs pamphlets il ne fut jamais question que le régime Duplessis avait électricité les campagnes, bâtit le plus d’écoles primaires et secondaires hors les deux grands centres urbains de l’époque, etc. Pire, ils ne mentionnèrent jamais que le régime libéral antérieur à l’avenant du régime Duplessis était encore plus corrompu que ce dernier…
Quant à l’accroissement de la scolarisation de la masse, et l’accès aux bons emplois… Ils passent sous silence le fait que plus de 45% des « parcheminés » – peut importe le niveau et le secteur – occupent des emplois sous qualifiés, et de beaucoup, à leur scolarité. Tout comme ils ne mentionnent aucunement la multiplication des parchemins pour un même détendeur… pour réussir à obtenir un emploi « potable »… Cette équation de doublage de diplômes s’applique à tous les niveaux de formation. Exemples: le soudeur-monteur (DEP) doit de préférence posséder un autre DEP dans un domaine connexe, l’informaticien universitaire un autre diplôme comme en gestion de projets informatiques, etc.
En fait, ce texte de ces messieurs de la bonne société, est simplement de manipulation odieuse de l’opinion publique…

Tout à fait d’accord. C’est une approche simpliste qui considère l’humain comme un moyen de production. L’humain au service de l’économie plutôt que l’économie au service du développement de chacun d’entre nous.

Répondre

Il faudrait tout de même trouver une solution aux taux marginaux d’impôts très élevés pour les aînés de 70 ans et plus qui continuent de travailler. Je dois retirerai mes RÉER, ce qui m’amène à un taux marginal combiné de 66%.
Disons que ça devient moins intéressant de continuer de travailler dans ces conditions.
Merci pour cet article intéressant, comme toujours avec M. Fortin.

Répondre

Pour ce qui est du nombre de femmes qui travaillent (graphique 5), il aurait été intéressant de tenter de mesurer l’effet de la précarité des mariages et de la baisse du taux de natalité, deux facteurs qui se sont développés suite à l’émancipation des femmes et l’abandon de certains principes religieux entourant le mariage et empêchant les divorces. Ces facteurs ont aussi favorisé ou forcé les femmes à être moins dépendantes de leur conjoint et ainsi à travailler davantage pour un employeur, au lieu de travailler comme mère de famille à la maison. Ces effets se font probablement sentir de façon plus prononcée au Québec que dans les autres provinces, où la religion est davantage présente et favorise la famille traditionnelle (avec l’homme comme pourvoyeur et la femme au foyer avec les enfants). De plus, ce n’est qu’au Québec que le nombre de couples en unions libres égale presque le nombre de couples mariés, et on sait que les unions libres sont moins stables.

Bien sûr, les garderies et l’éducation ont favorisé le travail des femmes, mais les changements sociaux liés à une augmentation de l’individualisme et la fragmentation des familles sont des facteurs importants qu’on devrait quantifier. Reste à savoir si c’est l’indépendance économique des femmes qui favorise les séparations des couples, ou l’instabilité des couples qui favorisent le maintien des femmes sur le marché du travail.

Finalement, ou peut aussi dire adieu à la Liberté 55… L’espérance de vie a augmenté et notre société ne peut plus supporter les retraités pendant 30 ans sans qu’ils travaillent.

Répondre

Effectivement, l’espérance de vie a augmenté et notre société, comme celles des autres pays développés, ne peut plus supporter les retraités pendant 30 ans sans qu’ils travaillent.